Nadia Nakhlé, Les oiseaux ne se retournent pas

« Les oiseaux
ne se retournent pas.

Ils partent.

Exilés au cœur léger,
Âmes vagabondes,
Qui filent à travers les ombres.

Ils partent. »
Les grands-parents d’Amel ont pris une décision douloureuse : leur petite-fille de douze ans doit partir, quitter leur pays en guerre. Elle devient Nina, troisième enfant d’une famille d’amis qui part pour l’Europe. Mais elle se trouve séparée d’eux à la frontière.
Bacem fuit aussi la guerre, ce rêveur solitaire préfère la musique au combat. Ils feront une partie du chemin ensemble.

« La vérité est comme les étoiles. Elle n’apparaît que dans la nuit obscure. » Khalil Gibran
Repérée chez Aifelle et trouvée aussitôt dans les nouveautés à la médiathèque, quelle chance ! J’ai été happée dès les premières pages par le dessin, le noir et blanc rehaussé de touches de rouge, d’or, de bleu ou d’émeraude.
La grande réussite est d’avoir raconté une histoire réaliste d’exil, vue à hauteur d’enfant, enfant qui garde une part d’innocence malgré les nombreuses recommandations de ses grands-parents, d’avancer, de ne pas montrer ses peurs, de ne donner sa confiance à personne. Ensuite d’avoir mêlé ce récit d’exil à des éléments plus proches du rêve, les oiseaux, la musique, la poésie, qui reviennent entre les pages.
Les illustrations sont magnifiques, des pleines pages ou des cases plus conventionnelles, des arabesques blanches sur noir, des paysages et des visages, tout concourt à en faire un roman graphique exceptionnel. Et pour moi, un coup de cœur incontestable !



Les oiseaux ne se retournent pas de Nadia Nakhlé, éditions Delcourt, mars 2020, 224 pages.

32 commentaires sur « Nadia Nakhlé, Les oiseaux ne se retournent pas »

  1. Je ne l’ai pas encore lue mais elle est en ma possession (c’est déjà ça!). Je l’ai feuilletée et j’ai directement été séduite par ces dessins. Ton avis me conforte dans l’idée de la lire tout bientôt.

    J'aime

  2. J’en ai fait mon coup de coeur pour Antigone ce mois-ci ; je suis contente que tu l’aie appréciée aussi, elle est magnifique cette BD.

    J'aime

  3. Tu confirmes tout le bien que disait Aifelle… Il y a longtemps que je ne suis allée en bibliothèque, je trouve ça très compliqué dans ma ville.

    J'aime

  4. Je suis déjà conquise, comme je viens de chez Aifelle. Ce noir et blanc avec une pointe de rouge, c’est du déjà vu mais ça reste vraiment intéressant et magnifique !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.