littérature Europe du Sud·rentrée hiver 2016

Elena Ferrante, Le nouveau nom

nouveaunom« Au printemps 1966, Lila, dans un état de grande fébrilité, me confia une boîte en métal contenant huit cahiers. »
La deuxième partie de la fresque napolitaine d’Elena Ferrante, Le nouveau nom, m’a permis de retrouver les personnages qui m’avaient touchée dans le premier, L’amie prodigieuse, à commencer bien sûr par Lila qui mène sa vie avec toujours autant de passion et de désespoir mêlés de combattivité. Elle est mariée et travaille dans l’épicerie de son mari. Quant à Lena, elle poursuit des études supérieures loin de Naples, et doit s’adapter à un environnement nouveau en tentant de gommer ses différences. Les deux jeunes filles fréquentent toujours les jeunes de leur quartier, et revoient la famille Sarratore au moment des vacances. Je ne peux guère en dire plus sans en dévoiler trop pour ceux qui n’auraient pas lu encore le premier tome.

« Le temps s’apaise et les faits marquants glissent au fil des années, comme des valises sur le tapis roulant d’un aéroport : je les prends, je les mets sur la page, et c’est fini.
Raconter ce qui lui arriva pendant ces mêmes années est plus compliqué. Alors le tapis roulant tout à coup ralentit, puis accélère, prend un virage trop serré et sort des rails. Les valises tombent et s’ouvrent, leur contenu s’éparpille ici et là. »
J’aime bien cet extrait pour montrer comment Lena déroule ses souvenirs en laissant une grande part à la jeunesse mouvementée de sa camarade d’enfance, reconstituée à partir de cahiers que Lila lui a donnés, et d’événements racontés par des amis communs. La sage et studieuse Lena se trouve elle-même moins intéressante, trouve sa vie plus morne et indigne de s’y attarder. Cependant la comparaison des deux parcours est ce qui fait tout le sel de ces romans.

Qu’est-ce qui fait l’attrait de cette quadrilogie ?
C’est sans doute tout d’abord la finesse de la psychologie qui plonge dans les profondeurs de l’âme adolescente si intimement qu’on se demande comment l’auteure a pu garder tout ses sentiments en mémoire avec autant de précision. Car il est difficile de douter de l’authenticité de ses ressentis, sans que pour autant cela soit forcément autobiographique. Peu importe d’ailleurs…
Ce qui plaît aussi sans doute est le fait que les lecteurs et surtout les lectrices nées après guerre se reconnaissent dans les années d’enfance puis d’adolescence et de jeunesse des deux jeunes filles, qui sont assez universelles. Et qui n’a pas eu une amie à laquelle elle a pu, après coup, comme Lena, comparer son parcours de vie ?

« Je ne possédais pas cette puissance émotionnelle qui avait poussé Lila a tout faire pour profiter de cette journée et de cette nuit. Je demeurais en retrait, en attente. Alors qu’elle, elle s’emparait des choses, elle les voulait vraiment, se passionnait, jouait le tout pour le tout sans crainte des railleries, du mépris, des crachats et des coups. »
Quant au style, que les quelques (rares) détracteurs d’Elena Ferrante trouvent plat voire inexistant, il n’est certes pas ce qui fait le succès de ces romans, mais il est précis, efficace et laisse toute latitude au lecteur pour se trouver transporté à Naples ou à Ischia dans ces années-là, et pour cheminer aux côtés de personnages qu’il a l’impression de connaître au bout d’un moment.
C’est une fresque, certes, mais intime et presque domestique, qui parle directement au lecteur, et ça marche. Je ne me ferai pas trop prier pour lire le troisième tome, en tout cas !

Le nouveau nom d’Elena Ferrante (Storia del nuovo cognome, 2012) éditions Gallimard (2016) traduit de l’italien par Elsa Damien, 554 pages

Le mois italien/ Il viaggio c’est cette année chez Martine.
Objectif PAL 2017
avec Antigone.
Elles ont aimé aussi : Ariane, Delphine-Olympe et Florence.
moisitalien  logo_objpal

littérature Europe du Sud·policier

Marco Malvaldi, Le mystère de Roccapendente

mysterederoccapendentePour les gens à l’esprit morbide qui aiment les descriptions détaillées, nous dirons que le cadavre était recroquevillé sur une chaise en osier, avec une main qui pendait, d’une blancheur impressionnante, alors que le visage était violacé. La veste de travail de Teodoro était soigneusement posée sur un cintre. Sur un guéridon, face au défunt, se trouvait un plateau avec une bouteille de porto et un verre contenant un peu de vin rouge.
J’ai raté le jour du roman policier au cours du mois italien, mais ce n’est pas très grave car ce roman n’est pas vraiment un polar. Même si son point de départ est une mort mystérieuse, le propos est essentiellement ailleurs. Il est dans la description d’un microcosme, le château du baron de Roccapendente, la famille, les domestiques et les invités. Tout le monde se demande qui vont être ces invités, l’un serait même, pense le fils poète, un homme de lettres auquel il pourrait demander conseil, voire devenir son disciple. Las, il s’agit d’un auteur de livres de cuisine, quelle déception ! Quant à l’autre invité, il est photographe, et chacun de se demander ce qu’il vient faire là. En cette année 1895, on parle des frères Lumière qui viennent d’inventer le cinématographe et Sir Arthur Conan Doyle a déjà créé Sherlock Holmes, qu’un des protagonistes lit dans le texte, au grand dam des vieilles filles, sœurs du baron, qui lorgnent sur le dessin de couverture en pinçant les lèvres.
Il s’agit donc pour le délégué à la sécurité publique dépêché au château de trouver qui a assassiné Teodoro. Mais pendant ce temps, le lecteur se régale surtout des petites incursions et clins d’œil de l’auteur dans le cours du récit, de l’humour avec lequel il traite les situations, de l’atmosphère de fin de siècle en Toscane… J’ai appris en faisant des recherches pour ce billet que Pellegrino Artusi, critique gastronomique et père de la cuisine nationale italienne, a réellement existé. Ce qui classe ce roman à part parmi ceux de Marco Malvaldi, les autres ayant un cadre plus contemporain. Quant aux recettes à la fin du livre, elles n’ont donc rien de fantaisiste. C’est vraiment piquant, délectable, une lecture agréable et facile entre deux autres plus sombres, loin des drames qui sont mon fond de lecture habituel !


Citation : Entre-temps, Artusi avait mené à bien l’opération d’avaler son café en conservant ses grosses moustaches étonnamment propres grâce à la technique dite « du fourmilier » (bouche en forme de trompe, lèvres tendues vers l’avant et rapide succion, si possible silencieuse, et ainsi de suite) si chère aux propriétaires de moustaches dans le monde occidental.


L’auteur : Marco Malvaldi est né en Toscane en 1974. Il a fait des études de chimie et été chercheur. Passionné de chant lyrique, il fait une brève carrière de chanteur professionnel. Son premier roman, La briscola à cinq, paraît en 2007.
208 pages.
Éditeur : 10/18
Traduction : Lise Chapuis
Titre original : Odore di chiuso

Ce livre trouvé opportunément dans une boîte à livres de mon quartier est donc une lecture pour le mois italien, la deuxième. A lire aussi, les avis plus anciens de Eimelle, Florence ou Yv.
moisitalien

Enregistrer

Enregistrer

deuxième chance·littérature Europe du Sud

Erri de Luca, Le jour avant le bonheur

jouravantlebonheur« Comme la couche de peinture qui sert à fignoler, la deuxième vie d’un livre est la meilleure. » Cette phrase est mise dans la bouche d’un libraire d’occasion, l’une des nombreuses personnes qui peuplent ce roman, et les rues de Naples après la guerre. Un jeune garçon vit dans la cour d’un immeuble, nourri par l’argent d’une mère adoptive, soigné et abrité par le gardien de l’immeuble, un homme sage et généreux, qui apprend tout au gamin, à l’adolescent, au jeune homme. Peut-être même lui apprendra-t-il à lire, comme lui-même, dans les pensées de ces concitoyens. Et à tenter de se sortir d’une situation difficile…
Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer ce roman, à classer incontestablement au rayon des romans initiatiques, au Garçon de Marcus Malte… Ils sont tous deux à mettre dans la catégorie des romans d’initiation réussis, l’un étant beaucoup plus minimaliste que l’autre. Celui d’Erri de Luca, bien sûr. Peu de mots lui suffisent à décrire et pourtant on voit ce décor napolitain, peu de lignes lui permettent de narrer un événement, et pourtant c’est un exceptionnel raconteur d’histoires. Le vécu affleure dans ce texte, entre les pages apparaissent sans doute des personnes qu’il a rencontrées, des récits qu’il a entendus, des souvenirs et sensations d’enfance. J’ai été émue de l’histoire du juif caché dans la cave qui attend la libération, et souri aux apparitions du cordonnier, qui embrouille les mots d’italien avec une saveur inégalable ! Et surtout suivi le jeune narrateur dans ses premiers émois…
C’est le premier roman de cet auteur qui m’emballe complètement, j’avais lu sans trop d’enthousiasme Montedidio et Trois chevaux, et je voulais refaire une tentative à l’occasion du mois italien. Pari réussi donc, et si vous avez un autre roman de l’auteur à me conseiller, je suis preneuse.

Extrait : Dans la cour, les enfants jouaient au milieu du passé simple des siècles. La ville était très ancienne, creusée, farcie de grottes et de cachettes. Les après-midi d’été, quand les habitants étaient en vacances ou disparaissaient derrière leurs volets, j’allais dans une deuxième cour où se trouvait une citerne recouverte de planches en bois. Je m’asseyais dessus pour écouter les bruits. D’en bas, qui sait à quelle profondeur, montait un chuintement d’eau agitée. Une vie était enfermée là, un prisonnier, un ogre, un poisson. L’air frais passait entre les planches et séchait ma transpiration.

L’auteur : Erri De Luca est né à Naples en 1950. D’origine bourgeoise, il refuse une carrière diplomatique, adhère au mouvement ouvrier, et fait différents métiers. Son premier livre, Pas ici, pas maintenant, paraît en 1989, et depuis il publie régulièrement. En 2002, il a reçu le prix Femina étranger pour Montedidio. Il vit près de Rome.
144 pages.
Éditeur 
: Gallimard (2010)
Traduction : Danièle Valin
Titre original : Il giorno prima della felicità


Lu aussi par Clara,
Hélène, Luocine et Valentyne.

Deuxième chance pour cet auteur, puisque j’étais restée sur un sentiment un peu mitigé… Lu dans le cadre du mois italien qui est à retrouver chez Eimelle.
deuxieme_chance_logo moisitalien

Enregistrer

Enregistrer

littérature Amérique du Nord·sortie en poche

James McBride, Miracle à Santa Anna

miracleasantaanna

Le roman commence dans les années 80 à New York, avec une petite incursion à Rome, dans l’extrait ci-dessous, début où des évènements s’enchaînent sans qu’on comprenne trop où cela va mener, puis le roman dépose le lecteur en Italie, au cœur d’un bataillon de soldats noirs, en 1944. Ceux à qui les positions les plus intenables, les actions les plus suicidaires sont demandées. L’un d’entre eux, nommé Train, va se trouver séparé de ses camarades, et au cœur d’une bataille, être amené à sauver un petit garçon italien dans une grange effondrée. Train et cinq autres soldats américains qui l’ont rejoint se trouvent coupés du reste de l’armée par les lignes allemandes et trouvent refuge dans un hameau proche de Santa Anna. Santa Anna est un village martyre, où la population a été massacrée en représailles, comme à Oradour-sur-Glanne. Ce fond historique est tout à fait réel, malheureusement, et seuls les personnages principaux sont inventés.
La construction du roman est originale, et l’intrigue bien menée, ce qui fait que ce roman de guerre, d’amitié et d’entraide, se lit comme un polar. D’une personne, voire d’un objet, l’histoire, tel un récit raconté au coin du feu, remonte à une autre personne, à une action qui aura son importance. C’est vraiment bien fait, et c’est le premier
atout du roman. Le deuxième est l’humanité qui fait ici bon ménage avec l’imagination, la chaleur qui émane de Train, un bon géant placide prêt à adopter un petit garçon esseulé, mais aussi d’autres personnages, ses coéquipiers aux profils atypiques, les italiens rescapés, les militaires restés en arrière, qui forment une galerie originale et donnent à ce roman de guerre une couleur inattendue dans ce genre de récit, d’où l’humour n’est pas absent.
Je voulais découvrir cet auteur avec son dernier roman, L’oiseau du bon dieu, dont on a pas mal parlé ces derniers mois, mais finalement, l’occasion de lire celui-ci m’a été accordée d’abord. Il m’a accompagné dans un aller et retour à Paris pour le festival America (what else ?) et je ne m’y suis pas ennuyée un seul instant !

Extraits : Cette même page de canard s’était retrouvée à planer jusqu’à terre depuis la fenêtre du neuvième étage de l’immeuble Aldo Manuzio à Rome, jetée par le concierge Franco Curzi, qui en avait sa claque et voulait rentrer chez lui de bonne heure parce que c’était bientôt Noël. Après quantité de virevoltes dans les airs, la page en question avait terminé sa course à la terrasse du café Terra, sur une table située en dessous de la fenêtre, comme si Dieu l’avait placée là exprès, et c’était bien, en vérité, un fait exprès de sa part.
Car elle avait atterri juste au moment où un italien, de haute taille, élégant et à la barbe bien taillée, était en train de prendre son café du matin à la table voisine. En voyant le gros titre, il s’empara du journal et lut l’article sans lâcher la tasse qu’il avait à la main.


Le petit garçon ne put résister. Du chocolat. Un visage géant en chocolat. Il tendit la main pour toucher son visage, puis lécha. Le goût était infect. Alors l’inconscience l’emporta, une inconscience plus douce que tout ce qu’il pouvait imaginer.

 

L’auteur : James McBride est écrivain et journaliste. Il est né en 1957 à New York d’un père afro-américain et d’une mère juive d’origine polonaise. Après ses études de musique dans l’Ohio et de journalisme à Columbia, il a travaillé pour différents journaux comme The Boston Globe, People, The Washington Post. Il est aussi saxophoniste et compositeur professionnel. Il vit aujourd’hui en Pennsylvanie. Son dernier roman est L’oiseau du Bon Dieu.
336 pages.
Éditeur :
Gallmeister (2015) Paru en poche
Traduction :
Viviane Mykhalkov
Titre original : Miracle at Santa Anna (2003)
Un film a été réalisé par Spike Lee d’après ce roman en 2012.

Billet pour le mois américain dont voici la page.
moisamericain2

littérature Amérique du Nord·policier·rentrée hiver 2016

Donna Leon, Brunetti entre les lignes

brunettientreleslignesQui ne connaît pas encore les polars de Donna Leon ? Malgré le nombre de romans (plus d’une vingtaine) qu’elle a écrit sur la cité vénitienne, elle ne donne jamais l’impression de se répéter, et trouve toujours un angle nouveau, une vision particulière, un métier ignoré, pour donner un cadre à une nouvelle enquête. Je ne m’en lasse pas et c’est toujours un vrai plaisir de retrouver le commissaire Brunetti, électron libre de la police criminelle vénitienne, sa tranquillité et son humour. Il enquête cette fois dans le milieu des bibliophiles, prétexte à mettre le doigt sur certains problèmes de la ville et plus largement, de l’Italie contemporaine.
Une conservatrice de bibliothèque appelle le commissaire pour un vol d’ouvrages, et de gravures de valeur découpées dans des livres. Les prêts de livres sont pourtant sous surveillance, et, de ce fait, les suspects peu nombreux. Des adjoints efficaces, un brin d’intuition et quelques bons plats roboratifs mais appétissants, aident Brunetti dans ses recherches. L’enquête a le rythme des marches à pied dans les ruelles de Venise, claires sous le soleil de printemps, ou sombres et plus inquiétantes à la nuit tombée. Parfois, d’un coup de vedette rapide, le tempo s’accélère…
Donna Leon prouve encore une fois qu’elle sait aussi bien évoquer les moeurs des nobles vénitiens que les habitudes des petites gens, comme son commissaire qui se met au diapason de chaque personne interrogée, avec tact et sensibilité.
Si vous n’avez encore lu aucun de ses romans, commencez plutôt par une des premières enquêtes, comme Mort à la Fenice ou Un vénitien anonyme, mais vous pouvez aussi essayer au hasard, selon un sujet qui vous inspire, vous n’avez pas de risque de mauvaise pioche !

Extrait : Tandis qu’ils finissaient leur tour dans le bacino et contemplaient le paysage, ils eurent tous deux le souffle coupé. Il n’y avait rien de théâtral dans leur réaction. Loin d’eux l’envie d’en faire trop, ou de se laisser aller à une pompeuse déclaration. C’était une simple réponse humaine à ce qui relève d’un autre monde, à ce qui est tout bonnement impossible. Devant eux se dressait l’un des derniers plus grands paquebots de croisière arrivés à Venise. Sa gigantesque poupe leur tournait effrontément le dos, les défiant de se livrer au moindre commentaire.
Sept, huit, neuf, dix étages. Comment était-ce possible ? Il bloquait la vue de la ville, bloquait la lumière, bloquait toute voie au bon sens ou à la raison, ainsi qu’à la justesse des choses.

L’auteure : Née en 1942 dans le New Jersey, Donna Leon vit depuis plus de trente ans à Venise, et elle y a situé tous ses romans. Les enquêtes du Commissaire Brunetti ont conquis des millions de lecteurs à travers le monde et ont toutes été publiées en France aux éditions Calmann-Lévy.
306 pages
Éditions Calmann-Lévy (février 2016)
Traduction : Gabriella Zimmermann
Titre original : By its cover

L’avis de Sharon.
Merci à NetGalley et à l’éditeur pour ce partenariat.
Challenge Il viaggio chez Eimelle.
liseuse_cybook  challenge italie

littérature Europe du Sud·sortie en poche

Italo Calvino, Le vicomte pourfendu

vicomtepourfendu

Je retrouve Italo Calvino que j’avais découvert dans les années 80. Je me souviens encore que des amis m’avaient offert Si par une nuit d’hiver un voyageur, roman étonnant ! J’ai lu ensuite Cosmicomics. Ce n’est que très récemment que j’ai eu envie de lire soit Les villes invisibles, soit l’un des romans de la Trilogie « Nos ancêtres », à savoir Le vicomte pourfendu (1952), Le baron perché (1957) ou Le chevalier inexistant (1959). J’ai donc choisi de faire connaissance avec ce vicomte.

On faisait la guerre aux Turcs. Le vicomte Médard de Terralba, mon oncle, chevauchait à travers les plaines de Bohème. Il se dirigeait vers le camp des chrétiens. Il était suivi d’un écuyer appelé Kurt. De blancs vols de cigognes traversaient, près de terre, l’air opaque et figé.
Ainsi commence l’histoire du vicomte Médard, qui va dès la page 22 se faire couper en deux par un boulet de canon. Son corps, ou ce qu’il en reste, un bras, une jambe, un demi-visage, une moitié d’homme, est soigné et rendu à la vie par des médecins enthousiasmés par un cas aussi rare. Mais lorsque le vicomte revient sur ses terres, en son château, plus que son apparence fragmentaire, c’est sa méchanceté sans fond qui frappe le plus son entourage. Ce qu’il inflige autour de lui est pire que ce qu’il a eu le temps de voir sur le champ de bataille, c’est peu dire.
Il peut arriver dans la vie de se sentir incomplet, notamment à l’adolescence, ou lorsque l’on se retrouve seul après un deuil ou une séparation, le vicomte Médard a, lui, vraiment perdu la moitié de lui-même au combat, et il ne reste que la mauvaise part. Ce qu’il va en faire, il vous faudra lire le livre pour le savoir !
L’histoire, narrée par le neveu tout jeune et innocent de Médard, est un tourbillon de péripéties menées de main de maître par Italo Calvino. La méchanceté immense incarnée par le vicomte, l’imagination et l’humour sans bornes de l’auteur, les nombreuses références à l’univers du conte, les surprises que révèle la fin du texte, tout m’a plu dans ce court roman, que je recommande à qui veut découvrir l’auteur italien.


Extrait : Si tout ce qui est entier pouvait ainsi être pourfendu ! dit mon oncle, couché à plat ventre sur le rocher et caressant les spasmodiques moitiés de poulpes. Si chacun pouvait sortir de son obtuse, de son ignare intégrité ! J’étais entier, et toutes les choses étaient pour moi, naturelles et confuses, stupides comme l’air ; je croyais tout voir, et je ne voyais que l’écorce.

L’auteur : Italo Calvino est né en 1923 à Cuba, il a passé son enfance et son adolescence en Italie, dans une famille antifasciste et laïque. Il combat au sein des brigades Garibaldi, ce qui le marquera durablement. Il commence à écrire dans une veine réaliste, puis s’oriente vers la littérature populaire et le conte. Il a écrit aussi pour le cinéma et la jeunesse. Il est mort en 1985.
138 pages
Éditeur : Folio (2012) Paru en 1952.
Traduction : Juliette Bertrand, revue par Mario Fusco
Titre original : Il visconte dimezzato

La lecture d’Hélène.
moisitalien
C’est le mois italien chez Eimelle ! Si vous souhaitez d’autres idées de lectures qui fleurent bon l’Italie, rendez-vous sur son blog ou sur la page Facebook dédiée. Vous pouvez aussi relire le billet de conseils de lecture « L’italie si j’y suis » où chacun y était allé de ses suggestions ! 

littérature Europe du Sud·mes préférés·rentrée hiver 2015

Francesca Melandri, Plus haut que la mer

plushautquelamerL’auteur : Née à Rome en 1964, Francesca Melandri est scénariste pour le cinéma et la télévision, et également réalisatrice. En 2010, son documentaire Vera a été présenté dans de nombreux festivals. Eva dort, son premier roman, a connu beaucoup de succès en Italie, et obtenu plusieurs prix. Plus haut que la mer est son deuxième roman.
203 pages
Éditeur : Gallimard (janvier 2015)
Traduction : Danièle Valin
Titre original : Più alto del mare

« Si l’on veut garder quelqu’un vraiment à l’écart du reste du monde, il n’y a pas de mur plus haut que la mer. »
Vous devez penser que je fais une fixation sur la littérature italienne, ou plus bizarre encore, sur les livres dont le sujet est la prison. Mais quand j’ai vu ce roman chez Clara et qu’elle m’a dit avoir pensé à moi en écrivant son billet, je n’ai vraiment pas pu résister !
C’est l’une de ces histoires toute simples que vous avez envie de faire durer bien plus longtemps que leurs 200 pages. Un bateau entame la traversée d’une grande île italienne vers une plus petite où se dresse un pénitencier pour fortes têtes, prisonniers politiques ou autres récidivistes. Nous sommes dans les années de plomb italiennes, les années 80. A bord du bateau, un homme isolé, et une femme un peu usée qui prend pour la première fois la mer.
Les quarante premières pages laissent augurer un excellent roman, par leur construction, leur manière de poser des jalons, des caractères, des interrogations, des bribes de vie superposées… et la suite est tout aussi réussie.
Paolo et Luisa viennent chacun voir un proche, chacun porte le poids de l’histoire qui l’a conduit là. Un événement sur l’île, à l’issue des visites, conjugué à un gros temps, condamne les deux visiteurs à passer la nuit loin de chez eux, ce qu’ils prennent avec philosophie. Un des gardiens sera chargé de les surveiller, il ne faudrait tout de même pas leur laisser la possibilité de préparer une évasion. La nuit, le vent, la mer noire d’encre, un couchage de fortune, et surtout des paroles toutes simples, des émotions qui affleurent, des sensibilités qui se reconnaissent…
En dire plus ? Non, surtout pas, vous aurez compris que j’ai déniché là une pépite, le coup de cœur de ce début d’année 2015, et que je suis sûre que sa magnifique couverture apparaîtra encore souvent sur les tables des librairies et entre les pages des blogs pour vous rappeler son existence !

Extrait : Parfois, derrière la table des parloirs, Luisa avait même retrouvé le visage dont elle était tombée amoureuse lorsqu’il l’avait invitée à danser la première fois et qui avait bien vite disparu après leur mariage. Ce visage ne lui était revenu que bien des années plus tard, quand elle allait le voir avec un des enfants.

Repéré grâce à Clara et Dominique.
nouveau logo 2014-2015

abandon de lecture·lectures du mois·littérature France·policier·sortie en poche

Lectures du mois (9) avril 2015

Si je ne veux pas accumuler trop de billets de lecture en retard, mieux vaut en regrouper quelques-unes, qui vont du moins intéressant au meilleur.

extraordinairevoyageRomain Puértolas, L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea
312 pages Livre de Poche (2015)
Que dire de ce roman ? Les cent premières pages sont plutôt drôles et vivement menées, la présentation des personnages est cocasse et les premières péripéties du voyage involontaire du fakir, quoique totalement invraisemblables, prêtent à sourire.
Mais ensuite, tout semble répétitif et le sourire devient de moins en moins fréquent pour disparaître tout à fait. Le sujet du livre n’est pas les multiples pièges et périls affrontés par les candidats à l’immigration, puisque le fakir Ajatashatru Lavash Patel est venu avec un billet d’avion et un visa touristique en règle et compte bien rentrer en Inde avec son lit à clous. Toutefois, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’actualité, lorsque le fakir croise des immigrants au fond d’un camion en partance pour le Royaume-Uni. Je n’avais plu le cœur à rire ensuite, ou bien l’avalanche de (plus ou moins) bons mots m’a lassée, et j’ai refermé le livre sans regret aucun, plus rien ne m’y retenait.

L’avis de Laurie.

enfantdeletrangerAlan Hollinghurst, L’enfant de l’étranger
768 pages Le Livre de Poche (2015) Traduit de l’anglais.
Le début rappelle le roman de Ian McEwan, Expiation, mais il n’est pas malheureusement pas doté du même souffle. Les personnages flirtent avec la caricature, une mère naïve, un frère aîné un peu coincé, un jeune frère qui se cherche, une oie blanche. Je suis un peu lassée des romans qui commencent en 1913 ou en 1938, et qui semblent vous claironner : Attention, des drames vont se produire ! Ce qui est assez malin, dans le cas de ce roman, c’est qu’après le début en 1913, se produit au bout de 150 pages un saut dans le temps de durée indéterminée, qui laisse le lecteur deviner progressivement comment les cartes ont été redistribuées. L’intérêt se trouve donc largement relancé par cet intervalle où de nombreux événements se sont produits… pour retomber tout aussi vite, et ne plus générer qu’un ennui profond !
Je ne sais pourquoi les romans qui parlent de poètes, vivants ou morts, réels ou imaginaires, me font seulement bâiller, d’autant plus sur 800 pages, et là malheureusement, cela s’est vérifié une fois de plus.

L’avis diamétralement opposé de Papillon.

vertpalatinoGilda Piersanti, Vert palatino
288 pages Pocket (2009)
Un policier romain (quoique l’auteure écrive en français) pour vacances romaines, voici qui ne pouvait mieux tomber. La plus grande partie de l’action se situe dans des quartiers que je n’ai pas eu l’occasion de voir, notamment une immense barre d’immeubles de près d’un kilomètre de long, inspirée par les travaux de Le Corbusier, mais la mixité sociale y est bien moins réussie que dans la Cité Radieuse.
Au printemps 2001, alors que ses collègues ne pensent qu’à la Coupe d’Italie, l’inspecteur Mariella de Luca s’y rend pour enquêter sur la disparition d’une fillette, et tente de relier cette affaire, comme son instinct le lui dicte, à la mort d’un membre d’un réseau pédophile.
De nombreux personnages, mais bien dessinés, autour de ces affaires, forment un roman solide et qui se lit avec un intérêt croissant.

Le billet d’Hélène.


confidentHélène Grémillon, Le confident
320 pages Folio (2012)
Je vais vous faire une confidence : malgré la quantité de livres que je lis, je suis une picoreuse. Vingt pages par ci, quinze par là, entrecoupées d’activités diverses et variées, ou grappillées en transports en commun. Même avec un bon fauteuil, je ne lis jamais bien longtemps d’affilée. Sauf exceptions, et Le confident en fait partie, et si je ne l’ai pas dévoré en une seule session, c’est qu’il fallait tout de même manger un peu !
Camille vient de perdre sa mère, et parmi les lettres de condoléances, elle trouve un écrit, pas vraiment une lettre, qui lui est toutefois adressé. Camille, étant éditrice, pense à un auteur en mal de reconnaissance. Mais ces lignes qui semblent parler de sa famille, où seuls les prénoms ont changé, l’intriguent énormément, d’autant plus que chaque mardi, une suite apparaît dans sa boîte aux lettres.
L’écriture est séduisante, et le roman conduit de telle façon que l’envie d’en savoir plus devient des plus fortes. Je l’ai trouvé très réussi, sur un thème qui semble assez rebattu.

Sylire a préféré l’écouter !

littérature Europe du Sud·non fiction

Goliarda Sapienza, L’Université de Rebibbia

universitederebibbiaL’auteure : Goliarda est née en 1924 à Catane dans une famille anarcho-socialiste. Son père était avocat et animateur du socialisme sicilien jusqu’à l’avènement du fascisme. Sa mère dirigea un temps le journal Il grido del popolo (Le Cri du peuple). En 1940, une bourse d’étude permit à Goliarda Sapienza d’entrer à l’Académie d’art dramatique à Rome. Dans les années qui suivirent, elle se produisit sur les scènes de théâtre. Son roman L’Art de la joie, écrit entre 1967 et 1976, refusé en Italie pour son contenu contestataire et féministe, ne fut publié qu’en 1998, deux ans après sa mort.
236 pages
Éditeur :
Attila (août 2013)

Traduction : Nathalie Castagné
Titre original : L’Università di Rebibbia


S’il est bien un cas où le livre apporte une expérience qu’on n’aura pas dans la « vraie vie », qu’on ne souhaite pas le moins du monde avoir (quoique cela puisse arriver à tout un chacun) c’est bien le cas d’un récit d’incarcération… Après Le bruit des trousseaux de Philippe Claudel, voici cette fois un témoignage de première main, et féminin qui plus est, sur la plus grande prison romaine pour femmes… lu justement au retour de Rome !
Dans ce témoignage intéressant à plus d’un titre, Goliarda analyse ses propres réactions à l’arrivée dans l’univers carcéral, et scrute aussi ses différentes compagnes d’incarcération. Les remarques qu’elle fait sur cet univers, venant d’une femme qui a dépassé la cinquantaine, qui de surcroît est arrêtée pour raisons pénales, et non politiques, donnent à voir des aspects qu’on n’imagine pas de la prison. Cet épisode se situe en 1980, peu de temps après que l’Italie ait procédé à une réforme des prisons, les droits des détenues sont alors mieux pris en considération, mais l’aspect peu ragoûtant des lieux, la promiscuité, le poids des barrières sociales, l’agressivité des codétenues, restent réels. Arriver en prison, c’est surtout apprendre le plus vite possible un grand nombre de codes, et ne pas tomber dans le piège de certaines erreurs fatales. Goliarda Sapienza remarque vite que son sens de l’humour doit absolument rester invisible dans ces murs, qu’il existe une façon incongrue et une autre convenable de marcher à la promenade, qu’il ne faut jamais penser à l’avenir. Son regard de féministe prend en note des choses qu’une autre ne verrait pas, son intelligence lui fait échafauder des théories sur les relations humaines entre prisonnières.
Le style, qui doit d’ailleurs aussi beaucoup à une très bonne traduction, rend cette expérience riche et passionnante, évoquant avec autant de réussite les compagnes de cellules, que les attitudes des gardiennes, rendant aussi bien les dialogues où l’incompréhension domine, que les privations sensorielles de la prisonnière. J’avais déjà beaucoup apprécié Moi, Jean Gabin, les souvenirs de l’enfance sicilienne de Goliarda Sapienza, je suis maintenant totalement conquise et avide de poursuivre ma découverte !

Extrait : Ma façon d’être ne convient pas ici. Ce sont peut-être les vêtements de luxe, quoique sales ; n’importe quelle femme comprend ce qu’est la coupe d’un pantalon ou d’une chemise, une coupe de cheveux… Ou est-ce simplement ma façon de bouger ? Et puis il y a les chaussures : il n’y a rien à faire, on voit que ce sont des chaussures à quatre-vingt mille lires. Tout cela, je ne peux pas le faire disparaître ; mais ma façon de bouger, de me mouvoir, si. Comment ? Là-dessus, il est inutile de théoriser, la prochaine fois il me faudra comprendre à la façon dont on me regarde et agir en conséquence. Ma seule erreur a été de m’abandonner à la beauté du ciel et des nuages.

Les billets de Cachou, Jostein et Mirontaine

Projet non-fiction avec Marilyne pour le mois d’avril.

littérature Europe du Sud·rentrée hiver 2015

Milena Agus, Luciana Castellina, Prends garde

 prendsgardeD’après l’éditeur : Pouilles, printemps 1946. D’un côté il y a les sœurs Porro, qui vivent recluses dans leur palais et ignorent le monde environnant. De l’autre les ouvriers agricoles, bousculés par la guerre et tenaillés par la faim. […] Ce jour de mars 1946 la foule se rassemble sur la place où s’élève la noble demeure pour un meeting syndical lorsqu’un coup de fusil retentit…
Milena Agus est romancière, elle a rempli les vides de cette histoire vraie grâce à son imagination. […] Luciana Castellina est historienne, elle nous relate cet épisode de l’Histoire dans le contexte trouble de l’époque…
176 pages
Éditeur :
Liana Lévi (janvier 2015)

Traduction : Marianne Faurobert et Marguerite Pozzoli
Titre original : Guardati dalla mia fame

Le titre original de ce livre à double figure parle de lui-même : « Prends garde à ma faim » (traduction toute personnelle !). En 1946, l’Italie et en particulier la région des Pouilles, a du mal à se sortir de la guerre. Les ouvriers agricoles n’ont plus de travail, leurs familles meurent de faim, les propriétaires terriens retranchés dans leurs villas ne leur prêtent pas attention.
Sans doute en est-il un peu de même pour les sœurs Porro, trois vieilles filles et une quatrième qui s’est finalement mariée à l’approche de la quarantaine. Elles donnent pour les bonnes œuvres de l’église, ont donc la conscience assez tranquille, et elles n’imaginent pas vraiment, tout à leur souci d’économie domestique, que les pauvres habitants de leur village n’ont absolument plus rien pour subsister. Elles seront victimes de cet aveuglement inoffensif.
Le principe, très original, de ce livre, est de donner la parole sur un même sujet, à deux auteurs : une romancière, Milena Agus, imagine ce que l’histoire n’a pas rapporté de la vie des sœurs Porro. Elle choisit le point de vue d’une de leurs amies. C’est peut-être ce point qui me paraît le plus discutable, et à la fois le plus intéressant, d’avoir choisi de se focaliser sur une personne que l’histoire n’a pas retenue, qui est sensiblement différente dans sa psychologie, plus délurée que les victimes, et assez naïve pour ressentir un besoin d’explication aux événements. J’imagine que cet éclairage de l’histoire porte bien la marque de Milena Agus, mais ce sera à vérifier car c’est la première fois que je lis cette auteure. J’ai suivi avec intérêt ce versant de l’histoire, celui par lequel j’ai commencé.
La deuxième face du livre comporte le texte de Luciana Castellina, une historienne qui replace la dramatique journée de mars 1946 dans son contexte historique. Bien souvent, à la fin d’un roman, je cherche à en savoir plus sur les tenants et les aboutissants exacts de faits relatés par un auteur de fiction. Pourtant, ce prolongement attendu ne m’a pas enthousiasmée outre mesure, et j’avoue l’avoir terminé en diagonale. Mon co-lecteur pour ce livre a d’ailleurs fait la même chose, alors qu’il est, plus que moi, porté sur la lecture d’essais historiques.
Finalement, j’ai été surtout intriguée par l’écriture du roman, par la manière dont on prend un fait réel pour en faire de la fiction. Je pense lire à l’occasion un autre texte de Milena Agus, pour voir si son univers me convient. Je viens de lire plusieurs romans italiens contemporains, deux dont je vous parlerai bientôt, et je compte bien continuer ainsi la découverte !

Extrait : Les sœurs Porro restaient toujours ensemble, ne se déplaçaient jamais seules, sauf si l’une d’elles était souffrante, ensemble, toujours, elles se mettaient en rang, debout ou sur un divan déhoussé pour l’occasion, les mains jointes posées sur leurs cuisses, attentives. Après avoir poliment écouté, elles échangeaient des regards, se concertant pour répondre. Si elles procédaient en formation compacte, elles n’excluaient personne, au contraire de ce qu’elle-même faisait quand, avec ses sœurs, elles commençaient à parler à bâtons rompus de secrets de famille avec des mines de conspiratrice.

Les avis de Marilyne et de Sandrine.
Merci à B et J pour cette lecture !