Lectures du mois (23) novembre 2020

Comme bien souvent quand je peine à écrire des billets d’une certaine longueur, je regroupe quelques courts avis sur des livres lus fin octobre et en novembre, ou disons, commencés avec plus ou moins de succès…

Valérie Manteau, Le sillon, éditions Le Tripode, 2018, 272 pages, existe en poche.
« Alors, quelles sont les nouvelles du pays des droits de l’homme ? Je me demande si c’est ironique, mais non. J’essaie de continuer à lire un peu la presse française, qui paraît outrageusement futile et autocentrée quand on ne vit pas dans Paris intra-muros, quand on est par exemple sur un balcon surplombant Istanbul. »
Il y a quelque chose d’immédiatement attachant dans ce roman, peut-être le genre hybride, mi-souvenirs, mi-roman, et un certain humour, et aussi la manière très chaleureuse de présenter les rues et les habitants d’Istanbul, loin des clichés. Pourtant, après une soixantaine de pages passionnantes sur le pays, sur la langue, et à propos de Hrant Dink, journaliste arménien turc assassiné en 2007, un chapitre sur la Turquie face à l’Europe s’avère plus indigeste. Ensuite, je n’aime pas quand il y a trop de citations et d’insertions provenant d’articles ou de livres divers. L’histoire personnelle de la narratrice avec son ami turc ne me parle pas trop non plus. J’ai donc laissé le roman de côté pour peut-être le reprendre plus tard.

Je suis d’accord avec Saphoo sur Babelio

Delphine de Vigan, Les loyautés, éditions JC Lattès, 2018, 208 pages, sorti en poche.
« Un jour, il aimerait perdre conscience, totalement.
S’enfoncer dans le tissu épais de l’ivresse, se laisser recouvrir, ensevelir, pour quelques heures ou pour toujours, il sait que cela arrive. »
J’ai retrouvé Delphine de Vigan dont je n’ai lu que Les heures souterraines et D’après une histoire vraie, avec ce roman qui est plutôt dans la veine du premier. Hélène, qui enseigne les sciences en collège, remarque le comportement étrange de Théo, l’un de ses élèves. Persuadée qu’il est maltraité, elle va remuer sa hiérarchie, rencontrer la famille, dans une sorte de loyauté avec elle-même qui apparaît au cours du récit. C’est un roman très abordable, qui expose sans fard le mal-être et l’alcoolisme adolescents, qui explore aussi d’autres facettes du monde contemporain, avec des personnages pas si secondaires que ça, la vie de couple et les proches qu’on ne connait pas vraiment, Internet, l’amitié… Les personnages manquent parfois de nuances et trop de thèmes sont abordés, pour un roman court, ce qui donne une légère frustration en tournant la dernière page.

L’avis d’Anne

Rana Ahmad, Ici les femmes ne rêvent pas, éditions Globe, 2018, traduit de l’allemand par Olivier Manonni, 304 pages.
« En Arabie saoudite, se détourner de l’islam est puni de mort. Je sais bien qu’il existe d’autres religions, celles des chrétiens, des juifs, des bouddhistes. Mais l’idée qu’il puisse exister des gens qui ne croient pas du tout m’est incompréhensible. »
Il s’agit ici de vécu, et non d’un roman. Rana Ahmad revient sur son enfance en Arabie Saoudite, avec les étés en Syrie, sur sa jeunesse et son mariage raté, elle raconte aussi le quotidien des femmes saoudiennes, privées de tout et cachées des convoitises masculines par des épaisseurs de tissu noir, dénuées de tous droits et même de toute identité (elles sont fille de… ou femme de…). Dans ce carcan, échapper à des agressions sexuelles de proches, fuir un mariage arrangé ou devenir athée, tout cela peut sembler inimaginable, et pourtant Rana l’a fait, soutenue uniquement par l’amour inconditionnel mais discret de son père. C’est d’Allemagne où elle est réfugiée qu’elle a écrit ce témoignage fascinant et bouleversant. Dommage que le récit, si dramatique soit-il, soit desservi par un style sans relief, que l’on remarque davantage lorsque la tension se relâche.

Le billet de Keisha


Nathacha Appanah, Le ciel par-dessus le toit, Gallimard, 2019, 128 pages.
« Bon sang, comment faut-il la mener cette putain de vie pour qu’elle ne vous morde pas au quotidien ? Phénix avait pourtant fait tout le contraire de ses parents, […] elle leur avait donné des prénoms de fauve et d’oiseau, elle leur avait donné des griffes et des ailes, mais ça n’avait servi à rien. »
Superbe roman sur l’amour maternel et la transmission des failles héritées de l’enfance, le roman débute au moment où Phénix apprend que son fils Loup, dix-sept ans, est placé en détention pour avoir pris et conduit la voiture de sa mère, provoquant un accident. J’avais cru que le roman allait se dérouler dans l’Océan Indien comme Tropique de la violence, il n’en est rien, mais l’écriture sensible est encore plus marquante que dans ce roman précédent.
Le texte est court, poétique et ciselé, et il propose une très belle réflexion. Que demander de plus ?

Luocine convaincue aussi.

Dan Chaon, Une douce lueur de malveillance, éditions Points, 2020, traduit par Hélène Fournier, 528 pages.
« Les souvenirs n’étaient pas plus fiables que les rêves. »
Dustin est un psychologue qui a un lourd passé, ses parents ont été assassinés alors qu’il avait treize ans. Son frère adoptif accusé des meurtres vient tout juste de quitter la prison après une trentaine d’années d’incarcération. Dustin reçoit un patient qui l’intrigue avec ses recherches sur des disparitions d’étudiants.
Ce roman est très particulier dans sa forme, avec par moments une présentation par colonnes, ou par tableau. C’est un aspect intéressant, de même que l’exploration sur le thème de la mémoire et de la vérité. J’ai trouvé malgré tout l’histoire assez prévisible, tout en étant compliquée à lire, et dérangeante dans sa manière de mêler quotidien fade et événements morbides. De Dan Chaon, j’avais beaucoup aimé Cette vie ou une autre, cette fois, j’ai abandonné à la moitié, sans grand regret…

Eva, elle, est enthousiaste.

 

37 commentaires sur « Lectures du mois (23) novembre 2020 »

  1. Le sillon m’intrigue depuis un moment, à voir malgré ton bémol. Beaucoup aimé Les loyautés mais j’ai eu le même sentiment de frustration. Le roman de Natacha Appanah m’a plu mais contrairement à toi j’ai préféré Tropique de la violence qui m’a davantage marquée. Et le Dan Chaon est dans ma pal.

    J'aime

  2. Il va falloir que je lise Natacha Appanah un jour ou l’autre. Le sillon, j’ai vu un peu trop d’avis comme le tien pour me lancer maintenant, surtout avec la PAL sournoise qui s’est constituée depuis le deuxième confinement.

    Aimé par 1 personne

    1. Toi aussi, tu as une pile de livres qui s’est installée tout en douceur et discrétion ? C’est pénible, n’est-ce pas ? 🙂
      En plus, ma petite bibliothèque de village n’est pas si mal fournie que ça, et me permet de retrouver (essentiellement) des romans français de ces dernières années que je n’ai pas lus. (d’où Nathacha Appanah et Delphine de Vigan)

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai fait l’impasse sur Les loyautés et suis passée directement aux gratitudes qui m’a profondément émue par son thème. Il y a quelque chose dans l’écriture de Delphine de Vigan, ces espaces qu’elle laisse au lecteur, qui me bouleverse souvent.

    J'aime

  4. Le sillon lu et bien aimé. Le reste, je n’ai pas encore lu. Oui avec la période dans laquelle on vit, les lectures ont intérêt à être accrocheuses.

    J'aime

    1. Je ne suis pas enthousiaste, mais tout n’est pas à jeter. Le Chaon te conviendra peut-être mieux, je n’étais pas trop d’humeur à lire ça ces derniers jours…

      J'aime

  5. J’ai adoré le livre de Natacha Appanah, même si j’avoue qu’il ne m’en reste pas grand chose un an après, si ce n’est le souvenir d’une belle plume. J’ai abandonné Le sillon à cause du style. Pour le de Vigan, je te rejoint sur la plupart des points. Et j’avais eu le même avis sur No et Moi. C’est bien mais trop léger, trop court pour la diversité des thèmes abordés. mais pour le coup, je pense que c’est une bonne lecture jeune ado. une sorte de porte d’entrée dans le sujet.

    J'aime

  6. Le seul que j’ai lu est le Dan Chaon qui ne m’a laissé aucun souvenir… Les autres ne me tentent guère, sauf peut-être celui de Natacha Appanah, une autrice qui m’a déçue une fois, mais à qui il faudrait sans doute que je donne une seconde chance.

    J'aime

    1. Les gratitudes semble « plaire » davantage… j’aurai sans doute l’occasion de le lire, c’est clairement le genre de roman qui est acheté par ma petite bibliothèque. (avec les habitués de La Grande Librairie 😀 )

      J'aime

  7. J’en ai lu trois, et ils ne sont clairement pas parmi mes lectures marquantes. Pourtant, je suis une fan de de Vigan, mais celui-ci, non ! Je te rejoins, pas assez de nuance et un traitement beaucoup trop rapide.
    En ce qui concerne Le Sillon, il m’a moi aussi laissée sur le bord du chemin…
    Quant au Ciel par-dessus le toit, contrairement à toi, il ne m’a pas du tout séduite. Je l’ai d’ailleurs oublié aussitôt lu…

    J'aime

  8. Je n’en ai lu aucun… et aucun ne me tente réellement. J’ai vu tellement d’avis (au moins) mitigés sur Le Sillon que je l’ai laissé passé sans m’y intéresser ; l’univers de Chaon ne m’attire pas ; la personne que donne à voir D de Vigan ne me plaît pas… bref, mon banquier te remercie !

    J'aime

    1. Bon, Le sillon, je l’avais acheté d’occasion et je traînais pour le commencer. Bizarrement, j’ai beaucoup aimé le début sur cinquante ou soixante pages et après, plus rien…
      Enfin, je suis contente de satisfaire ton banquier ! 😉

      J'aime

  9. J’ai abandonné le Dan Chaon aussi ! Delphine de Vigan, ce n’est pas ma tasse de thé. Le sillon, bah ce que tu en dis ne m’incite pas à le lire et il est bien dommage que le récit de Rana Ahmad soit desservi par le style.

    J'aime

    1. Les avis sur le Dan Chaon sont vraiment très tranchés. Je me suis accrochée jusqu’à plus de la moitié, mais non, rien n’y a fait ! Le témoignage de Rana Ahmad est à lire tout de même, en revoyant un peu ses attentes côté écriture…

      J'aime

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s