littérature Amérique Latine

Luis Sepulveda, L’ombre de ce que nous avons été

ombredecequenous« – Je suis l’ombre de ce que nous avons été et nous existerons aussi longtemps qu’il y aura de la lumière. »
Il pleut des cordes sur Santiago, lorsque trois vieux communistes se retrouvent autour de poulets rôtis pour préparer un dernier coup. Ils attendent un quatrième, viendra-t-il ou pas ? Pendant ce temps, une scène de ménage dégénère et un « des plus grands prodiges technologiques des années soixante », un tourne-disque, vole au travers d’une fenêtre et jusque sur la tête d’un malheureux passant. Si un policier et sa collègue enquêtent sur cette mort originale, le roman n’a rien d’un roman policier.
J’ai plutôt pensé à un livre plus récent, et beaucoup vu sur les blogs, La variante chilienne de Pierre Raufast lorsque j’ai lu ce roman de Luis Sepulveda, les univers en sont proches, ils dévoilent tous deux une histoire simple truffée de petites histoires et anecdotes fantaisistes.
Pourtant, l’histoire du Chili bien présente dans leurs mémoires, les exactions du gouvernement que les trois compères ont combattu, ne sont pas occultées, mais abordées de manière sobre et pudique. Le style recèle également de beaux moments poétiques. Le tout se lit fort bien, les personnages sont attachants et sincères, chacun avec leurs petites manies ou leurs obsessions. Une mention spéciale pour le passionné de cinéma à l’imagination débordante.
Un joli moment lecture, plus profond qu’il n’y paraît, déniché lors d’une braderie de livres !

Extrait : Ces deux hommes qui se tapent sur l’épaule étaient amis. Ils faisaient partie de la même bande d’accros au foot, à la politique et aux grillades du week-end. Ils avaient fait des plans pour prolonger l’amitié et la protéger du cours du temps, avaient été des camarades, des complices dans leurs efforts pour faire du pays un endroit, pas meilleur peut être, mais moins ennuyeux, jusqu’à l’arrivée de ce matin pluvieux de septembre où, à partir de midi, les horloges commencèrent à indiquer des heures inconnues, des heures de méfiance, des heures où les amitiés s’évanouissaient, disparaissaient, ne laissant que les pleurs épouvantés des veuves et des mères. La vie s’était remplie de trous noirs et il y en avait partout ; on entrait dans une station de métro et on n’en ressortait jamais plus, on montait dans un taxi et on n’arrivait pas chez soi, on disait lumière et les ombres vous engloutissaient.

L’auteur : Luis Sepulveda est né en 1949 au Chili et vit actuellement en Espagne. Son œuvre est marquée par son engagement politique. Ses romans les plus traduits dans le monde sont Le vieux qui lisait des romans d’amour, Journal d’un tueur sentimental…
146 pages
Editeur :
Points (2011) Paru chez Métailié en 2009.
Traduction :
Bertille Hausberg
Titre original :
La sombra de lo que fuimos


Sur ce blog : Dernières nouvelles du sud.

Publicités

35 réflexions au sujet de « Luis Sepulveda, L’ombre de ce que nous avons été »

  1. Il faudrait que je redonne une chance à cet auteur, dont je n’ai pas tellement aimé « le vieux qui lisait des romans d’amour ».

    J'aime

  2. J’ai aimé « Le vieux qui lisait des romans d’amour ». Deux m’attendent sur l’étagère PAL. Je note celui-ci aussi. Oui, cet auteur est plus profond qu’il n’y parait

    J'aime

  3. Comme Marilyne est déjà passée par là, je peux le dire, j’ai du mal avec cet auteur parce lors des rencontres, je le trouve imbu de lui-même. C’est peut-être une posture mais ça me parasite le reste.

    J'aime

  4. J’ai beaucoup aimé ce livre que j’ai beaucoup conseillé, je l’ai même prêté et il n’est pas revenu, j’espère qu’il fait le bonheur d’autres lecteurs

    J'aime

  5. Comme Zazy, Le vieux qui aimait les romans d’amour est un de mes romans préférés. J’ai bien apprécié La variante chilienne. Donc je pense que ce livre est fait pour moi. Bises.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s