littérature îles britanniques·policier

Tana French, L’invité sans visage

« J’ai posé les yeux sur les types de la Criminelle en action, sans plus pouvoir détourner le regard ensuite. C’est ce qui s’est le plus rapproché d’un coup de foudre pour moi. »
Pouvoir lire ce roman était pour moi à la fois l’occasion de retrouver une auteure de polars beaucoup appréciée dans Ecorces de sang et Comme deux gouttes d’eau, et de renouer avec la littérature irlandaise, qui ne manque jamais de me séduire.
Tana French a choisi de ne pas vraiment avoir de héros récurrents mais certains policiers, qui apparaissent de manière secondaire dans un roman, se retrouvent en pleine lumière dans un autre. Ici, elle se focalise sur Antoinette Conway, qui vient d’intégrer la brigade criminelle de Dublin. Dans ce poste prestigieux où elle devrait se plaire, elle est l’objet de harcèlement de la part de ses collègues. Elle et Steve, avec qui elle s’entend plutôt bien, se voient attribuer une affaire intéressante : une jeune femme morte chez elle, à côté d’un dîner aux chandelles tout prêt. Un suspect tout trouvé, en la personne de l’amoureux d’Aislinn, ne convient pas à Antoinette, qui soupçonne la jeune femme d’avoir eu des fréquentations moins avouables… Ses collègues essaieraient-ils de l’aiguiller sur une fausse piste ?

«Depuis que je suis à la Crim’, les choses ont changé ; petit à petit, j’ai perdu patience, et je n’en ai jamais regagné ensuite ; cela commence à se voir. »
L’idée de départ est intéressante, les personnages ont de l’épaisseur, mais malheureusement, les dialogues sont souvent un peu longuets. Pour rendre réaliste les détours d’une enquête et les moments inutiles de celle-ci, on peut dire que c’est bien rendu ! J’ai toutefois aimé la psychologie travaillée des personnages, le parallèle qu’on ne peut pas manquer de faire entre la vie de la jeune policière et celle de la victime, et aussi l’ambiance lourde du commissariat.
Le roman ne conviendra pourtant pas à celles et ceux qui recherchent de l’action. Il n’est pas non plus de ceux qui permettent de découvrir un univers, un milieu différent, l’action s’y passe souvent dans les salles d’interrogatoire du commissariat, le faisant ressembler un peu à un roman de prétoire… Par-dessus tout, le personnage d’Antoinette n’est pas des plus sympathiques, et sa perpétuelle méfiance à l’égard de tous devient vite lassante. Le dénouement très finement mené rattrape le sentiment d’ennui que j’ai pu ressentir à certains moments de ma lecture, mais je crois que ce polar ne me laissera pas beaucoup de souvenirs.

 

L’invité sans visage de Tana French (The Trespasser, 2016) éditions Calmann-Lévy (avril 2017) traduit par Aude Gwendoline

L’avis de Cathulu

Publicités

20 réflexions au sujet de « Tana French, L’invité sans visage »

  1. Bon, il faudrait que je tente plutôt Ecorces de sang ou Comme deux gouttes d’eau alors. J’aime bien l’idée de polars sans héros récurrents, mais des personnages secondaires mis en lumière dans d’autres romans.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s