littérature Amérique du Nord·premier roman

Steve Tesich, Price

priceJ’ai failli lire un pavé de l’été...
Tout commençait très bien avec un début plus que prometteur : Daniel Price, lycéen en dernière année, manque de remporter une compétition de lutte. Sa scolarité se termine et de nombreuses possibilités devraient s’offrir à lui, mais la petite bourgade où il vit, son milieu familial, l’empêchent de se projeter autrement que dans une petite vie étroite comme celle de ses parents. Perspective peu enthousiasmante que partagent peu ou prou ses deux amis, Larry et Freud… Ce roman va-t-il être celui d’un été, celui auquel chacun peut s’identifier car qui n’a connu cette vacuité particulière, cet entre-deux ? Si Danny, et ses deux comparses n’ont encore pas eu de petite amie, s’ils n’ont de projet de travail ou d’études, chacun va appréhender à sa manière ce passage à l’âge adulte. C’est du moins ce que l’on imagine, lorsqu’au bout d’une centaine de pages, il n’est plus guère question de Larry, ni de Freud… Car Daniel a fait la connaissance de Rachel, et le père du jeune homme est tombé malade. Le roman va maintenant tourner autour de ces deux points. Si l’issue est prévisible quant au père, ses amours avec Rachel connaissent des hauts et des bas, et le pauvre Daniel ne sait jamais sur quel pied danser.

J’ai failli lire un pavé de l’été.
Mais à partir d’une moitié du roman, tout a commencé à m’y agacer. Le personnage de Rachel m’a excédé au plus haut point, du haut de ses dix-huit ans, elle se prend terriblement au sérieux, tout en enchaînant caprice sur caprice, et mène Daniel par le bout du nez… Quant aux relations de Daniel et ses parents, elles sont chaotiques aussi, mais il est difficile d’éprouver de la compassion pour eux. J’ai du mal avec cette sorte de cynisme qui rend les personnages peu aimables, enfin, je pourrais trouver des exemples où j’adore ça, mais j’ai eu du mal, cette fois. De plus, les situations m’ont semblé bien répétitives, parfois étirées par des dialogues longuets, et le mystère qui entoure la vie de Rachel, vite deviné, ne m’a pas affectée.
J’ai failli lire un pavé de l’été. Dire qu’il m’attendait depuis plus de dix-huit mois, et que je me réjouissais de le lire ! Au vu des avis, je m’attendais à un roman plus époustouflant. J’ai peut-être confondu avec Karoo du même auteur… En tout cas, je l’ai terminé en diagonale, pour en finir au plus vite.

J’ai failli lire un pavé de l’été. (à voir chez Brize pour ceux qui ne connaissent pas !) Mais il ne comptait que 544 pages ! Je me rattraperai sur un autre, ou même deux.


Citations : C’était fini l’époque où je croyais que soit on aimait quelqu’un, soit on ne l’aimait pas. Le monde ne fonctionnait pas comme ça, tout était question de nuances; l’amour, la liberté, absolument tout. Une vérité à laquelle je ne m’étais pas encore totalement habitué.

Le problème avec l’amour, reprit-il autant pour lui que pour moi, c’est que c’est à la fois un poison et un antidote – et qu’on ne sait jamais vraiment lequel des deux on avale.

L’auteur : Steve Tesich est né en 1942 dans l’actuelle Serbie. Son père, opposé au régime de Tito, s’était réfugié en Angleterre, et, en son absence, l’enfant s’imaginait un père mythique. En 1957, toute la famille s’est retrouvée réunie aux Etats-Unis, et Stojan Tešic est devenu Steve Tesich. Tesich obtient un master de littérature russe et commence un doctorat à Columbia. Il abandonne son doctorat pour devenir écrivain. Il est aussi travailleur social à Brooklyn. En 1969, sa première pièce est produite. Il écrit également des scénarios. Son premier roman, Price, paru en 1982, rencontre un succès international.
544 pages.
Éditions Monsieur Toussaint Louverture (2014)
Paru aux états-unis en 1982
Traduction : Jeanine Hérisson
Titre original : Summer crossing
Si le cœur vous en dit il sortira en poche au premier septembre 2016 !

Elles ont aimé, voire adoré : Clara, Eva, Laure, Cachou et Ellettres Inganmic est moins enthousiaste, et Yv déçu.
Projet 50 romans, 50 états : l’Indiana.
USA Map Only

Enregistrer

Publicités

39 réflexions au sujet de « Steve Tesich, Price »

  1. On ne lit pas souvent de billets négatifs sur les romans de chez Monsieur Toussaint…et moi aussi j’ai inscrit celui-là parmi mes 50 états… J’ai aussi emprunté « Demande et tu recevras » de Sam Lipsyte en vue d’America… on verra…

    J'aime

  2. Pareil que Clara : j’ai beaucoup aimé et ne me suis pas ennuyée du tout. Il m’a beaucoup touché ce jeune homme, pris entre la maladie du père qu’il n’à pas envie de voir et la vérité sur Rachel qu’il n’à pas envie de voir non plus.

    J'aime

    1. J’ai trouvé certaines situations très étirées, comme les journées d’été qu’on a vécues à cet âge. De ce point de vue, c’est finement rendu. Mais Rachel m’insupportait, j’ai trouvé qu’il avait trop « chargé la barque » de son côté ainsi que de celui du père.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s