littérature Moyen-Orient·policier·premier roman·sortie en poche

Dror Mishani, Une disparition inquiétante

unedisparitioninquiétanteUne mère inquiète s’adresse au commandant Avi Avraham, dans un commissariat de la banlieue de Tel-Aviv, pour lui signaler la disparition de son fils, qui n’est jamais arrivé au lycée où il se rendait comme tout les matins. Fugue, suicide, accident, tout est envisagé, en attendant son probable retour. Mais Ofer ne revient pas. Une disparition sans piste tangible, sans indice aucun, voilà une enquête qui repose, plus encore qu’une autre, sur du sable ! Avraham Avraham se perd en conjectures, n’avance guère, manque de se faire retirer l’enquête…
Parallèlement au point de vue du policier, apparaît celui d’un voisin de l’adolescent, voisin qui paraît avoir des choses à cacher. Et même plus, qui semble manipuler l’enquête !
Il y a donc là, soit du côté de la famille, soit du côté des suspects, soit du côté de l’enquêteur, bon nombre d’aspects psychologiques dont l’auteur tire astucieusement parti, en nous entraînant à la suite de son policier. Si on y ajoute un contexte quelque peu littéraire (l’atelier d’écriture fréquenté par un personnage, la théorie d’Avi sur le roman policier israélien, la littérature qui à un moment se mélange à la vie…) l’ensemble avait tout pour me plaire, et ça a très bien fonctionné ! Nos voisins s’amuseront aussi d’un voyage d’Avi à Bruxelles, et de sa vision de la ville.
Mon impression générale est donc que ce polar est vraiment plaisant à lire, il met en avant la mécanique interne des personnages, au cœur d’une trame tout à fait élaborée… Henning Mankell a beaucoup apprécié les débuts de romancier de Dror Mishani, et je suis parfaitement d’accord avec lui !

Extrait : Il se rendit compte que c’était la première fois qu’il prononçait le prénom de l’adolescent à haute voix. Ofer. Un joli prénom. Qu’il troqua aussitôt contre le sien, petit jeu qu’il se permettait chaque fois qu’il entendait un prénom dont la consonance lui plaisait. Dans sa tête se forma, une fois de plus, un nom qu’il n’aurait jamais : Ofer Avraham.

L’auteur : Dror Mishani, né en 1975, est un universitaire israélien spécialisé dans l’histoire du roman policier. Aussi critique littéraire et éditeur de polars, Une disparition inquiétante est son premier roman, paru en 2011.
380 pages.
Éditeur : Points (2015)
Traduction : Laurence Sendrowicz
Titre original : Tik N’Edar

 Ariane Brize et Laure n’ont pas été emballées, par contre, Electra et Eva ont beaucoup aimé.
Je me rends compte que cet auteur fait partie de la liste Lire le monde, idée de Sandrine… Et un de plus !
Lire-le-monde

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

15 réflexions au sujet de « Dror Mishani, Une disparition inquiétante »

  1. J’avais lu plutôt quelques avis assez tièdes, pour ne pas dire plus, ce qui me l’avait fait abandonner ; tu vas me faire reconsidérer la question.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s