littérature îles britanniques·sortie en poche

Jo Baker, Une saison à Longbourn

saisonalongbournL’auteure : Jo Baker est née dans le Lancashire. Une saison à Longbourn est son quatrième roman, mais le premier publié en France. Elle vit aujourd’hui à Lancaster.
456 pages
Editeur 
: Livre de poche (avril 2015)
Paru aux éditions Stock en 2014
Traduction : Carole Hanna
Titre orignal : Longbourn

Ce roman pourra séduire aussi bien les fans d’Orgueil et préjugés que ceux qui comme moi, ont dû réviser en relisant un résumé de l’œuvre de Jane Austen avant de commencer la lecture de Une saison à Longbourn. Les personnages bien connus, les sœurs Bennett ainsi que leurs parents, sont cette fois en images de fond, et ce sont les domestiques qui occupent la première place : Mrs Hill, la gouvernante, et son discret époux, Sarah, une jeune femme qui rêve d’une autre vie que celle de servante, Polly, presque une fillette, qui aide aux différents travaux, et le dernier arrivé, James, le valet au passé mystérieux.
Les paysages, la nature et les saisons, les travaux ménagers… toutes les descriptions précises et claires, sans longueurs inutiles, permettent d’imaginer autant les saisons au domaine de Longbourn que la fabrication du savon ou celle du suif pour graisser les bottes, ou de se rendre compte de la pénibilité de la lessive. Les sentiments des femmes de chambre, qui travaillent sans relâche tout en voyant les filles de la maison batifoler et s’occuper à des activités frivoles, sont très bien rendus aussi. D’ailleurs, je conseille ce roman à toutes celles et ceux qui sont agacés dans les romans victoriens par toutes ces femmes qui passent leurs journées à rêvasser en tripotant une éternelle broderie, et qui ne sont même pas fichues de s’habiller seules !
Il ne s’agit pas seulement de brosser l’envers du décor de Pride and prejudice, que l’auteure connaît manifestement à fond, mais le roman comporte une véritable intrigue, une histoire d’amour, des rebondissements, et des révélations. Un très agréable moment de lecture !

Extrait : Sarah entendit des bruits dans la cour, de vieux meubles qu’on déplaçait et qui raclaient sur les dalles, le tout accompagné d’un léger sifflotement. La pluie avait cessé et le nouveau s’affairait à vider la soupente de l’écurie. Sarah crut distinguer un air familier. Il voletait autour d’elle comme un papillon, l’empêchant de se concentrer sur son travail.
Sa tâche n’exigea pas une attention particulière pourtant. Sarah lavait la vaisselle dans l’office, les bras immergés jusqu’aux coudes dans l’évier en ardoise. La buée perlait sur la citerne en plomb, le robinet gouttait et l’eau, froide et graisseuse, avait tourné au gris. Polly, après avoir séché une pile d’assiettes, se dirigea vers la cuisine, chargée de son fardeau. Sarah l’entendit tirer un tabouret sur lequel elle grimpa pour la ranger sur les étagères hautes. Pendant tout ce temps, une seule chose occupait son esprit : l’inconnu dans la cour.

Des avis : Clara, Enna, Lou, Nadael, Sandrine

Lecture à la fois pour le mois anglais organisé par Titine Cryssilda et Lou

et pour le prix des lecteurs du Livre de Poche, sélection de juin.

moisanglais2015  plldp

Advertisements

32 réflexions au sujet de « Jo Baker, Une saison à Longbourn »

  1. Il est également dans ma PAL mais je ne crois pas réussir à le lire pour le mois anglais. J’ai prévu un programme trop chargé !

    J'aime

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi, et j’ai aimé l’irrévérence de l’auteur face à ce classique, tout en restant dans le même style.

    J'aime

  3. L’envers du décor d' »Orgueil et préjugés » …. Quelle excellente idée ! Je fonce ! Merci de l’avoir signalé, je suis passée devant ce titre sans même lire le quatrième tant le titre est peu inspirant !

    J'aime

  4. j’aime bien cette idée, un peu comme dans Downton Abbey et Upstairs/Downstairs de voir le côté pilet et le côté face. C’est toujours intéressant. Quand en plus il y a une intrigue sympa, je me pose encore la question, pourquoi ne l’ai-je toujours pas sortie de ma pal?? moi qui ai adoré O&P en plus!

    J'aime

  5. J’avais beaucoup aimé moi aussi. C’est très agréable de plonger dans l’envers du décor où, effectivement, il se passe des choses aussi passionnantes que dans l’envers et les jeunes filles qui brodent à longueur de journée !

    J'aime

  6. C’est super, qu’il soit sorti en poche !
    Je risque de faire comme pour « Le manoir de Tyneford » : je l’avais acheté, puis il a traîné longtemps dans l’attente du bon moment, mais j’étais bien contente de l’avoir sous la main le jour où j’ai eu envie d’une lecture de ce genre 🙂 .

    J'aime

  7. Je ne suis pas une inconditionnelle de Jane Austen mais pourquoi pas ? En l’occurrence, je n’ai pas aimé « P&P » mais si c’est « côté domestiques », pourquoi pas ? je le note; on verra.

    J'aime

  8. Je l’avais noté à sa sortie (juste au moment où j’ai lu P&P) et puis certaines critiques (de puristes souvent) avaient été assez sévères…donc j’avais passé ma route, mais je te trouve très enthousiaste quand même, tellement que je vais donc revoir mon jugement, et si je tombe dessus s’il traîne chez min libraire… je ne dis pas non.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s