littérature Europe de l'Est et Russie·sortie en poche

Květa Legátová, La Belle de Joza

belledejozaL’auteur : Květa Legátová est née en Moravie en 1919. Elle étudie le tchèque et l’allemand à Brno avant la guerre, puis les maths et la physique. Devenue enseignante, elle est affectée dans des zones de montagnes par les autorités communistes, qui voient en elle un « cas problématique ». Elle écrit déjà de courtes pièces pour la radio jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, mais c’est avec la parution de La Belle de Joza et de Ceux de Želary que Květa Legátová connaît le succès.
157 pages
Editeur : Phébus (Libretto, 2014)
Traduction : Eurydice Antolin
Titre original : Jozova Hanule

Pendant la seconde guerre mondiale, la résistance s’organise à Brno, notamment parmi la jeunesse. Eliska, jeune femme médecin brillante, fait passer des messages, jusqu’au jour où cela devient trop risqué pour elle, et ses camarades l’éloignent de la ville. La solution trouvée est radicale, elle devra épouser Joza, un de ses patients, et vivre avec lui dans un village très reculé, en plein zone de montagnes. La narratrice est la jeune femme et, même si elle ne le dit pas franchement, on sent bien qu’Eliska se sent d’une intelligence très supérieure à celle de Joza, sans compter qu’il ne l’attire aucunement. De plus les habitants de la région ne voient pas d’un très bon œil son arrivée. Pourtant, ils commencent à se découvrir l’un l’autre… Comment ce drôle de couple va-t-il évoluer et resteront-ils à l’abri des événements ?
Je continue de relater des lectures qui datent de quelques semaines, et celle-ci m’a laissé un souvenir très fort et très présent. Bizarrement ce roman m’a rappelé, par la découverte de la nature et des activités montagnardes, Le mur invisible de Marlen Haushofer… que je n’ai pas lu ! Mais le film m’a beaucoup plu et j’imagine bien Eliska et Joza dans les mêmes paysages, et le combat d’Eliska contre elle-même, pour s’habituer à tout prix à cette nouvelle vie, rappelle l’expérience bouleversante et solitaire de l’héroïne du Mur invisible.
Le roman, plutôt court, de Květa Legátová, mérite son succès, et me donne envie de lire aussi
Ceux de Želary, en espérant y retrouver à la fois la même force et la même sensibilité.

Extrait : Bien que Joza ne m’eût jamais fait le moindre mal, au contraire même, je vivais dans un tension permanente. Des pressentiments me tourmentaient. Et si tout venait à changer ? Et si j’étais seulement en train de consumer mon ancienne supériorité de médecin, de la vider tout entière comme le contenu d’un ramequin ?
Un jour, le fond apparaîtra, l’heure de vérité sonnera et le mufle en mon mari se révélera.
Pour l’instant, nous jouons encore à ce vieux jeu du docteur et du patient.
L’incertitude, pourtant, flotte dans les airs comme une clochette qui tinte de temps à autre.

Les avis de Cécile, Joëlle, Midola, Sylire, Yvon et Yv.

Publicités

36 réflexions au sujet de « Květa Legátová, La Belle de Joza »

  1. Ton billet est appétissant ! Ces auteurs d’Europe de l’Est ont souvent une belle profondeur dans leurs récits .
    Et …n’attends plus pour lire le Mur Invisible 😉

    J'aime

    1. C’est vrai, j’ai repéré deux ou trois maladresses au début, je n’ai pas su non plus si elles venaient de la traduction ou de l’auteure elle-même. Ensuite, soit ça s’est amélioré, soit je me suis habituée ! 😉

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s