Mireille Gagné, Le lièvre d’Amérique

Rentrée littéraire 2020 (7)
« Par tous les moyens, Diane tente de demeurer étendue. Elle en est tout simplement incapable. D’un bond, elle saute du lit. Deux enjambées plus tard, elle verrouille la porte d’un coup de pouce. Elle se surprend de la puissance soudaine de ses jambes. »
Dans un futur tout proche, et pas bien différent de notre monde, Diane se réveille d’une opération d’un genre nouveau, à son domicile, où elle doit rester au repos le plus complet pendant une semaine. Mais les changements survenus dans son corps et son comportement sont-ils ceux qu’elle avait anticipés ?
Voici un petit roman, par la taille, mais dont la puissance vaut bien des grands : un peu compliqué à expliquer, son déroulé reste pourtant tout le temps parfaitement clair à la lecture. Arrivent tour à tour des pages sur la biologie du lièvre d’Amérique, d’autres sur le présent de Diane qui récupère dans son appartement, d’autres sur l’ambiance de stress au travail qui a poussé la jeune femme au bord du burn-out, et enfin des chapitres sur l’adolescence de Diane dans l’Île-aux-Grues, pages où elle repense avec nostalgie à Eugène, le garçon si original qui était devenu son voisin et ami.

« – Je me demande ce que ça fait en dedans, savoir qu’on est en voie de disparition.
Ces mots-là ont résonné à l’intérieur de moi au-delà de cette première rencontre. »
Au début, j’ai vu le roman comme une sorte de croisement entre deux de mes dernières lectures, Métamorphoses et Cora dans la spirale, ce qui est moins bizarre qu’il n’y paraît, et qui m’a aidée à y plonger aussitôt. Il faut y ajouter de lumineux passages sur la nature, et une belle histoire d’amitié. Je suis souvent prête à critiquer les auteurs qui veulent mettre trop de thèmes dans leurs romans, mais là, j’ai été sous le charme de ce mélange original.
Et puis l’écriture… le roman se lit comme une légende, mais une légende moderne, dont la petite musique contemporaine devient très rapidement séduisante. Je dirais que ce n’est pas un roman qui se dévore, ses sauts dans le temps, et d’un thème et d’un style à un autre poussent davantage à le savourer. Je trouve que vous avez de la chance, celles et ceux qui ne l’ont pas encore lu !

Le lièvre d’Amérique de Mireille Gagné, éditions La Peuplade (août 2020), 138 pages.

Repéré chez Cathulu.

Lu pour Québec en novembre à retrouver chez Karine. (catégorie On jase de toi : un livre sorti en 2020)

44 commentaires sur « Mireille Gagné, Le lièvre d’Amérique »

  1. Je reste dubitative sur le contenu de ce roman, mais j’aime beaucoup la façon dont tu en parles.

    J'aime

    1. Je n’en savais pas grand chose avant de commencer, et du coup, j’ai beaucoup aimé. Je ne vais donc pas raconter tout en détails ! 😉

      J'aime

  2. et bien pour l’instant, je suis chanceuse puisque je n’ai pas encore lu ce roman et pour cause, je n’en n’avais pas entendu parler. Mais, mais, tu te fais bien tentante, donc les choses pourraient changer !

    J'aime

  3. J’avais déjà lu un billet (où ?) qui me l’avait fait noter. Je souligne donc (je suis déjà en train de lire Le bal des ombres grâce à toi 😉 ).

    J'aime

      1. J’adore totalement Le bal des ombres (au point que j’ai décidé de lire Dracula – reste à savoir quand j’aurai le temps d’avaler un tel pavé). Je ne l’aurais jamais lu sans ton billet donc un grand merci !

        Aimé par 1 personne

  4. J’ai eu deux déceptions consécutives l’an dernier chez la Peuplade. Depuis je regarde ce genre de roman avec méfiance, mais là tu n’es pas la première a être emballée. Je vais voir d’abord côté bibliothèque.

    J'aime

    1. J’aime beaucoup La Peuplade (pas encore de grosse déception de mon côté, quoiqu’un chouïa déçue par Agathe) et c’est aussi le sujet qui m’avait intriguée, et le roman est encore plus riche que ce que j’imaginais.

      J'aime

  5. Je l’ai lu cette semaine, billet à rédiger pour la semaine prochaine. J’ai été sensible à l’histoire de Diane et à la construction du roman.

    J'aime

    1. Je n’accroche pas toujours à la littérature québecoise, mais il y a quelques pépites, effectivement, à rendre jaloux bien des auteurs français ! 😉

      J'aime

  6. J’aime beaucoup la couverture déjà. Si c’est court et savoureux, je trouverais bien moyen de la caser un jour.:)

    J'aime

  7. Un roman que j’ai beaucoup aimé, original, fort et écrit dans un style qui m’a plu. Il a eu un beau succès en ce challenge.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.