littérature îles britanniques·rentrée automne 2016

Colm Toibin, Nora Webster

norawebsterVOLe roman commence par le défilé de voisins, amis, connaissances, qui avec toutes leurs bonnes intentions et leurs bons sentiments, viennent soutenir la famille Webster. Nora Webster se retrouve veuve, sans travail, avec quatre enfants à charge, à la fin des années soixante, en Irlande. Elle qui s’était toujours définie par rapport à son mari Maurice, est démunie, perdue, du moins pendant quelques temps, puis elle commence à prendre un ou deux décisions importantes sans demander l’avis de sa famille proche, sœurs, beau-frère, ou tante… au grand dam de ceux-ci. Vendre la maison de vacances, reprendre un emploi, commencer à suivre des cours de chant, marquent autant d’étapes dans la découverte d’une nouvelle Nora. Ses enfants réagissent, parfois de manière négative, à ces innovations et aux suites de la disparition de la figure paternelle.
C’est avec une grande sensibilité que Colm Toibin décrit les rapports entre Nora et ses enfants, entre Nora et sa famille ou ses amis. L’auteur irlandais se montre toujours aussi habile à dresser de superbes portraits de femmes, que ce soit une jeune fille
comme dans Brooklyn, ou une femme et mère comme dans Le testament de Marie. Ces personnages féminins, qui pourraient paraître ordinaires, se révèlent dans les petits moments du quotidien. Il est tout à fait passionnant de voir cette femme à la fin des années soixante, car l’époque a son importance, prendre les rênes de son existence, et se mettre enfin à devenir elle-même. Elle se rend compte qu’elle avait une illusion de liberté en tant que femme au foyer, mais que ce n’est en rien comparable avec une liberté acquise en menant de front travail et vie familiale. Son rapport à la politique, aux événements des années 68 à 73 en Irlande, pas tout à fait un éveil puisqu’elle était déjà sensibilisée auparavant, s’avère très intéressant aussi.
Pour moi, ce roman est aussi marquant que Le bateau-phare de Blackwater ou Brooklyn, et prouve le grand talent de l’auteur à créer des personnages pleins de vérité, par une attention aux petits détails qui font une vie. norawebsterLu en VO, dévoré malgré l’obstacle de la langue, je peux ainsi le recommander vivement, du moins à ceux que le thème ne rebute pas, avant la sortie de sa traduction le 18 août !

Rentrée littéraire 2016
L’auteur :
Né en Irlande en 1955, Colm Tóibín est diplômé de l’University College de Dublin. Après ses études et un séjour à Barcelone, il revient travailler en Irlande comme journaliste. Son premier roman, Désormais notre exil (1990), se déroule en Espagne et dans l’Irlande rurale dans les années 50. Depuis sont parus La bruyère incendiée (1992), Histoire de la nuit (1996), Le Bateau-phare de Blackwater (1999), Le Maître (2004), L’Épaisseur des âmes (2008), Brooklyn (2011), Le testament de Marie (2012).
258 pages.
Éditeur : Scribner (2014)
Parution chez Robert Laffont le 18 août 2016.

Enregistrer

Publicités

41 réflexions au sujet de « Colm Toibin, Nora Webster »

    1. Je me rends compte que j’avais été imprécise, j’ai modifié pour qu’il soit clair que le roman paraît en français le 18 août. Je ne peux donc rien dire de la traduction, mais la version anglaise est très belle pour qui a envie de s’y frotter !

      J'aime

    1. Mais non, je proteste ! Je l’ai lu en anglais, donc je peux bien publier avant la date ! 🙂 (mais j’avoue que sans cette future sortie, il traînerait encore dans ma liseuse)

      J'aime

  1. Kathel, source inépuisable de tentations… tu es terrible ! Je n’ai jamais lu Colm Toibin mais j’ai l’intention d’y remédier (je rêve d’une « petite » thématique irlandaise…)

    J'aime

    1. L’Irlande est un de mes pays littéraires préférés et j’y reviens régulièrement… Ne t’inquiète pas la source de tentations va se tarir quelque peu, un de mes prochains billets concerne une déception… 😉

      J'aime

  2. Tu coupes l’herbe sous les pieds de tous ceux qui les ont dans les starting blocks avec cette chronique de la v.o. : bravo ! J’ai hâte qu’elle commence, la blogo somnole depuis trop longtemps 🙂

    J'aime

    1. C’est vrai que c’est un peu morne en ce moment… J’ai encore deux chroniques sous le coude, qui attendent leur heure, enfin leur date de sortie… 😉 et ensuite, ce sera tout pour la rentrée.

      J'aime

  3. Ton billet m’a décidée à lire « Brooklyn », que j’avais emprunté à la bibliothèque avant de partir (PAL de vacances 😉 ) et Nora Webster y est mentionnée dans les dernières pages.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s