littérature Europe du Sud

Erri De Luca, La nature exposée


natureexposee« Il existe des livres qui font ressentir un amour plus intense que celui qu’on a connu, un courage plus grand que celui dont on a fait preuve. »
Le narrateur et personnage principal de ce court roman est un montagnard, qui sculpte des morceaux de bois ou de pierre trouvés lors de ses promenades, les vend ou les donne selon son bon vouloir. Son autre activité, plus secrète, est de faire passer les montagnes à des réfugiés en quête d’ailleurs. Il se fait payer, mais leur rend ensuite leur argent, ils en auront plus besoin que lui. Malheureusement, cette bonté lui fait perdre la confiance des deux autres passeurs du village, et il préfère aller passer quelque temps dans une ville en bord de mer. Là, il trouve un travail de sculpteur, on lui demande de réparer la statue d’un crucifié.

« Elle semble parfaite, un bloc d’albâtre sculpté avec une intense précision. »
La statue a d’abord représenté le Christ nu, puis a été recouverte d’un pudique voile de pierre. Il s’agirait de lui faire retrouver son aspect originel.
De ses montagnes à la petite ville, puis à Naples et ses musées, et retour, l’auteur nous fait suivre le projet du sculpteur, ses rencontres, ses hésitations et ses décisions guidées par des lois qui lui échappent le plus souvent. J’ai particulièrement apprécié cette fois, plus encore que les précédentes, la langue imagée et poétique d’Erri de Luca, je l’ai savourée à petites doses. Je ne peux apprécier que la version française, mais elle est à mon avis très réussie.

« Les musées ont le défaut pour moi d’être sur du plat. Je les préférerais avec des montées et des descentes, des passages étroits, des balcons où rester accoudé pour regarder au loin. »
Les deux facettes du personnage, du montagnard qui s’interroge sur l’action de faire passer des migrants, au sculpteur qui doit retrouver la nature d’un homme, et la sienne par la même occasion, se mêlent harmonieusement, et rappellent bien souvent l’actualité de l’auteur, mis en accusation pour ses prises de position. Voici encore un roman qui évoque l’art, et même si, cette fois, il n’est pas question d’une œuvre existante, c’est toujours fascinant de voir comment l’art peut inspirer les écrivains. Les paysages et les gens ne sont pas non plus négligés par l’écriture à la fois forte et subtile, érudite et claire. Les lieux communs en sont absents, et la surprise de voir tels et tels mots accolés les uns aux autres en fait un régal de lecture.

La nature exposée (La natura esposta, 2016) éditions Gallimard (2017) traduit par Danièle Valin, 166 pages

Les avis de Laure et Miriam.

Dernière lecture pour le mois italien, vous pourrez trouver les autres participations ici.
mois_italien_2017

Publicités

22 réflexions au sujet de « Erri De Luca, La nature exposée »

  1. je ferai un billet dans les jours prochains, je l’ai lu et je partage ton avis tout à fait positif
    j’ai pris un grand plaisir à cette lecture pleine de sentiments si profonds que l’on est touché fortement j’ai tout aimé dans ce livre une grande réussite

    J'aime

  2. J’apprécie beaucoup de lire Erri De Luca ! « Au nom de la mère » est sublime, un grand auteur ! Je n’ai pas encore lu celui-ci. Merci pour ce joli partage, très bon weekend 🙂 🙂

    J'aime

  3. Je viens de le réserver à la médiathèque. J’ai hâte de le lire à mon tour après tous ces avis lus au cours du mois. J’ai découvert Erri de Luca grâce au mois italien organisé par Eimelle et j’aime beaucoup son univers personnel et sensible.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s