Ludmila Oulitskaïa, L’échelle de Jacob

echelledejacob« Ils devinrent tellement proches qu’il leur semblait qu’il ne pouvait pas exister une immersion plus grande dans les profondeurs d’une autre âme et c’était un tel prologue à un avenir follement heureux qu’ils redoutaient même de s’embrasser de peur d’effaroucher le bonheur encore plus immense qui les attendait.  »
Nora, jeune femme vivant à Moscou au début des années 80, tente de composer sa vie entre ses parents avec lesquels elle a des relations compliquées, sa maternité et un petit Yourik qu’elle élève seule, ses amours tumultueuses avec Tenguiz, un metteur en scène plus âgé qu’elle et enfin la mort de sa grand-mère tant aimée Maroussia. Elle retrouve une correspondance entre Maroussia et son mari Jacob, et reconstitue leurs jeunes années, tout en démêlant ses propres relations avec ses proches, et en travaillant pour le théâtre.
Roman très riche, qui plonge autant dans le monde de la littérature, de la musique et du théâtre que dans celui de la philosophie ou de la recherche scientifique, L’échelle de Jacob repose sur les lettres des grands-parents de Ludmila Oulitskaïa et est donc en très grande partie autobiographique. Il couvre une très large période du vingtième siècle russe et de l’histoire tourmentée de ce pays, avec quatre générations de personnages (qu’un arbre généalogique aide à repérer) qui se débattent pour essayer de vivre selon leurs convictions.

« Elle éprouvait un sentiment étrange et très fort : elle, Nora, la seule et unique Nora, voguait sur un fleuve avec derrière elle, se déployant en éventail, ses ancêtres, trois générations de personnes immortalisées sur des photos, avec des noms qu’elle connaissait, et derrière eux, dans les profondeurs de ces eaux, une suite sans fin d’ancêtres anonymes, des hommes et des femmes qui s’étaient choisis par amour, par passion, par calcul, sur l’injonction de leurs parents, qui avaient produit et protégé une descendance, et ils étaient une multitude immense, ils peuplaient toute la terre, les berges de toutes les rivières, ils croissaient et se multipliaient afin de la produire elle, Nora, et elle, elle produisait encore un petit Jacob et cela donnait une histoire sans fin à laquelle il était si difficile de trouver un sens, bien qu’il palpitât clairement en un fil ténu. »
Cela faisait longtemps que je projetais de relire Ludmila Oulitskaïa, ayant juste le souvenir assez imprécis d’un roman et de nouvelles lus et aimés (Le cas du Docteur Koukotski et Mensonges de femmes) J’ai donc choisi son dernier roman, un pavé sorti depuis un an en poche.
Je savais qu’il s’agissait d’un roman s’appuyant sur l’histoire de sa propre famille, et qu’il brassait les générations. Il est effectivement beaucoup question de génétique et de transmission dans ce roman, ce qui n’est pas étonnant sachant que l’auteure, avant de venir à la fiction, était généticienne. Elle a aussi écrit pour le théâtre comme la Nora du livre, et ses grands-parents ont servi de modèles aux grands-parents Maroussia et Jacob.
Malgré un cadre qui augurait un passionnant roman russe, couvrant tout le vingtième siècle, je suis restée un peu sur la réserve. De longs développements sur le féminisme, le marxisme ou la maternité ne manquent pas d’intérêt mais rompent le rythme à force d’être érudits et complets. Le parallèle entre la vie de Maroussia et celle de Nora donne de la force au texte, mais de tous les personnages, c’est Maroussia que j’ai trouvé la moins incarnée, ce qui est dommage, car elle était féministe de la première heure, communiste dans l’âme, danseuse et pédagogue, ce qui présageait d’un personnage hors du commun. Son mari Jacob a plus de chair, de profondeur, et les nombreux personnages des années 80 et suivantes aussi, et heureusement, car sinon, j’aurai trouvé le temps un peu long. Mais ne vous arrêtez pas à mon avis si ce roman vous tente, quant à moi, je relirai l’auteure dans un format plus court.

L’échelle de Jacob de Ludmila Oulitskaïa, (2015) éditions Gallimard, 2018, traduction de Sophie Benech, sorti en Folio, 808 pages.

Des avis plus positifs chez Brize et sur Babelio

Pavévasion, c’est le Pavé de l’été 2020 (chez Brize).
logo-challenge-pavc3a9vasion-moymle

Quelques BD en vrac (2)

img_2812Des bandes dessinées au féminin pour commencer l’année, deux auteures retrouvées et une autre découverte, et la preuve que le dessin peut permettre de raconter des histoires ou apporter des témoignages d’une manière différente de la langue écrite, moins frontale, mais tout aussi intense. Je n’aurais peut-être pas lu un roman ou un récit sur les mêmes thèmes que les BD présentées ici, mais le dessin me les a fait apprécier, et je m’y suis immergée bien volontiers.

chronique_planche.jpg

Catherine Bertrand Les chroniques d’une survivante, éditions La Martinière, 2018
Commençons tout d’abord par cette découverte faite grâce à Sylire qui m’a permis de gagner cette bande dessinée autobiographique. Catherine Bertrand était au Bataclan le 13 novembre 2015, et si elle s’en est sortie sans dommage physique, elle a très rapidement eu à affronter un sévère syndrome post-traumatique.
Ce fardeau qu’elle ressent comme un boulet à traîner partout, elle a l’idée de l’exprimer sous forme de journal dessiné. Elle dessine sa soirée dans la salle de concert, ses premières réactions comme celles de son entourage, ses entretiens avec une psy, ses galères administratives… Elle raconte aussi des épisodes au bureau, où il lui est difficile, voire impossible, de se concentrer, ou de trouver un intérêt aux petites histoires des collègues, elle retranscrit les petites phrases qui l’enfoncent un peu plus… Le trait rond, le noir et blanc, l’utilisation de l’écriture comme partie intégrante du dessin, la manière très imagée de retranscrire les hauts et les bas par lesquels elle passe, tout cela concourt à en faire un récit sincère et touchant.
A voir : le blog de l’auteure.


croisade_plancheChloé Cruchaudet La croisade des innocents, éditions Soleil, 2018
De Chloé Cruchaudet, j’ai lu Groenland-Manhattan et vu le film réalisé à partir de sa bande dessinée Mauvais genre (Nos années folles par André Téchiné). Je connaissais donc son goût pour les faits historiques peu connus, et susceptibles de donner lieu à un roman graphique. Imaginée d’après un fait réel, La croisade des innocents plonge le lecteur dans un Moyen-Âge sombre et crasseux, où des enfants se mettent à suivre le jeune Colas. Rejeté par sa famille, il est recueilli par des religieux qui exploitent ses maigres forces. Suite à une « rencontre » qui passe pour un miracle, lui que rien ne prédestinait à ce rôle, mais qui n’a rien à perdre à partir sur les routes, prend la tête d’une cohorte de jeunes et d’enfants qui partent dans le but de délivrer Jérusalem.
Des aquarelles dans des tons sombres, un trait fin pour caractériser les personnages, des lieux qui font travailler l’imagination, quelques dessins en pleine page plus poétiques… J’ai apprécié le dessin qui m’a rappelé par moments les trognes des chapiteaux romans, ou des gargouilles d’églises. Le graphisme rend particulièrement bien compte de cette époque, et donne envie de savoir ce qui va arriver à Colas et ses suiveurs. L’intérêt ne se dément pas tout au long de la lecture, et la conclusion, bien trouvée, ne manque pas de finesse. J’ai passé un très bon moment.

commissairek_plancheMarguerite Abouet, Donatien Mary, Commissaire Kouamé : Un si joli jardin, Gallimard, 2017
Encore un genre différent ! Marguerite Abouet est la scénariste de l’excellente série Aya de Yopougon et elle met de nouveau à l’honneur les habitants de son pays, la Côte d’Ivoire, dans le premier volume (je crois) d’une série policière. Le dessinateur n’est pas le même que pour Aya de Yopougon, et c’est bien dommage parce que j’aimais beaucoup son trait et la vision colorée d’Abidjan dans cette série. Là, c’est beaucoup plus « crayonné », bien adapté pour dessiner des scènes de bagarres ou de poursuites. Car il s’agit d’une aventure policière plutôt animée : un magistrat très connu a été assassiné dans un hôtel de passe, et le commissaire Marius Kouamé et son adjoint Arsène doivent mener une enquête rapide et discrète. Mais ils gênent pas mal de monde, et les morts tombent comme des mouches sur leur chemin. L’histoire est distrayante, mais pas très originale, et je ne suis pas plus enthousiaste que ça !

Kate Summerscale, Un singulier garçon

unsinguliergarçon« Tant qu’aucun adulte n’était au courant du meurtre, il ne s’était pas vraiment produit. Les garçons continuèrent de jouer, dans la cour, au jardin public, dans la rue, au salon. Ils habitaient un monde imaginaire dans lequel Emily pouvait « aller bien ».
En 1895, Robert, un adolescent de treize ans, assassine sa mère, Emily, plus ou moins avec la complicité de son frère cadet. A ce moment son père, steward sur un paquebot, était en train de traverser l’océan en direction de New York. La famille vivait dans les faubourgs de Londres, un quartier de petites maisons mitoyennes, ils menaient une vie un peu plus difficile que leurs propres parents, avaient un peu de mal à joindre les deux bouts, sans être dans la misère. Après le meurtre, les deux garçons continuent de vivre comme si de rien n’était, alors que le corps de leur mère est dans la pièce d’à côté, et racontent aux voisins qu’elle est en voyage. Ils tentent d’emprunter de l’argent, de gager des objets de famille, pour pouvoir aller s’amuser, puis pour se nourrir. Ce comportement posera beaucoup de questions et permettra à l’avocat de Robert de trouver une ligne de défense, de plaider la folie.

« Bien que Robert et Nattie fussent l’un et l’autre des enfants au regard de la loi sur l’enfance de 1889, ils étaient tenus pour responsables s’ils savaient distinguer le bien du mal, et seraient donc jugés comme des adultes. »

Kate Summerscale, journaliste et auteure anglaise, plonge pour la troisième fois dans des documents d’archives, après L’affaire de Road Hill House et La déchéance de Mrs Robinson. Je n’ai pas lu les deux premiers, mais j’avais écouté un entretien passionnant avec l’auteure lors des Assises Internationales du Roman l’année dernière.
L’époque victorienne est minutieusement reconstituée par Kate Summerscale, la vie de famille, la rue, l’école, les métiers harassants, la justice et même dans ce livre, la psychiatrie. Ce dernier point ne manque d’ailleurs pas de surprendre. L’hôpital psychiatrique dont il est question dans le roman, et où Robert est le plus jeune détenu, ne suivait pas les méthodes en usage à l’époque, et beaucoup de commentateurs trouvaient que les meurtriers qui passaient pour fous ou malades étaient enfermés dans des conditions passablement clémentes, voire luxueuses selon certaines exagérations. J’ai trouvé ce roman captivant, jusqu’à la fin où l’auteure recherche en Australie les traces de Robert, émigré après sa libération et la guerre.
Maintenant, entre les romans classiques d’époque victorienne et les romans contemporains qui s’emparent de cette période historique, il faut ajouter les livres de Kate Summerscale.
L’éducation dans cette deuxième moitié du dix-neuvième siècle, la façon dont sont considérés enfants et adolescents, la crainte que les petits romans d’aventures vendus quelques pennies, que les jeunes lisent abondamment, ne leur corrompent l’esprit, ces questions sont particulièrement bien cernées par l’auteure. Elle a recherché de nombreux documents d’archives et en a tiré le meilleur parti. Je prévoirais volontiers de lire les deux autres livres qu’elle a écrits, si mes listes à lire n’étaient pas déjà aussi longues !


Un singulier garçon, de Kate Summerscale, (The Wicked boy, 2016) éditions Christian Bourgois (2016 traduit par Eric Chédaille, 480 pages, paru en poche en 10/18.

Raphaël Meyssan, Les damnés de la Commune, T. 1

damnesdelacommune« Je suis parti à sa recherche comme on part en voyage. J’ai bourlingué dans le temps, j’ai parcouru les rues pour retrouver sa trace, arpenté des livres pour rattraper sa vie. Au milieu des archives, j’ai cherché son histoire. »
Ce roman graphique, premier d’une série, ou au minimum d’un diptyque, est sous-titré « A la recherche de Lavalette ». Son point de départ est en effet la découverte faite par Raphaël Meyssan à la Bibliothèque Historique de la ville de Paris de la présence d’un communard, un certain Charles Lavalette, en 1870, précisément dans la rue où il habite. Il est donc son voisin, en quelque sorte, et cela lui donne envie d’en savoir plus. La deuxième idée consiste à ne rien dessiner, mais à numériser des gravures du XIXème siècle, extraites de journaux ou de livres illustrés, à les agrandir, les découper, les juxtaposer, en y ajoutant des bulles, pour leur faire raconter l’histoire du Sieur Lavalette.

« Mon mari avait quitté la maison depuis deux jours. Il était resté avec son bataillon. Il vient nous dire adieu. […] Il me demande de l’accompagner jusqu’aux fortifications de la barrière d’Italie.»
L’auteur découvre aussi le récit autobiographique de Victorine B., une parisienne d’un milieu populaire, femme d’un garde national, qui relate les aléas de sa vie de jeune femme, et les malheurs qui l’atteignent. Il est touché par ce témoignage et va en faire alterner le récit avec ses recherches sur Lavalette et la narration des événements politiques qui marquent les années de 1867 à 1871 (pour cette première partie).
J’ai trouvé formidablement réussis le découpage, la mise en page et l’utilisation de documents illustrés d’époque, ainsi que l’insertion de textes d’archives variés, et tout à fait passionnantes les recherches autour de son « voisin » et le récit de Victorine, qui mérite une compassion toute particulière.
Sans doute un historien ou un lecteur passionné par cette période n’y découvrira-t-il rien de vraiment nouveau, mais l’ensemble est cohérent, les illustrations donnent une idée de la vision des éditorialistes de ces années-là, et le texte contemporain réajuste cette vision à nos critères. Un très beau travail, dont je lirai volontiers la suite quand elle paraîtra.
damnesdelacommuneP2.jpg

Les damnés de la Commune, A la recherche de Lavalette, de Raphaël Meyssan, éditions Delcourt (2017) 145 pages

Sur le site de l’auteur, vous pouvez trouver les explications quant à la réalisation des planches

Cette BD a été repérée chez Jérôme et Page des libraires 

Jean-Paul Kauffmann, Outre-Terre

outreterre« Le 7 février 2007, la famille Kauffmann a débarqué à Kaliningrad, lourdement équipée pour affronter l’hiver russe. »
Jean-Paul Kauffmann a eu l’idée de se rendre en Prusse-Orientale, près de Kaliningrad, et d’établir le récit de ce voyage à l’occasion du bicentenaire de la bataille napoléonienne d’Eylau, deux siècles auparavant. Une victoire de Napoléon, mais avec d’énormes pertes humaines, qui l’auraient plutôt apparentée à une lourde défaite. La Prusse-Orientale, enclave russe enserrée entre la Pologne et la Lituanie, l’intéresse aussi par sa situation géographique aussi compliquée que l’est son histoire.


« J’ai mis longtemps à comprendre que le passé n’était pas un refuge. »
J’ai noté de nombreux passages et citations intéressantes, il faut admettre que l’auteur arrive bien à exprimer sa passion pour la bataille d’Eylau, avec les touches d’humour et de distance qui le caractérisent, mais si je compare avec Remonter la Marne, la narration m’a semblé plus erratique, moins linéaire… pour une rivière, c’était plus facile de suivre le fil que dans ce cas !

 

« Le bleu de Prusse est une couleur bien connue des peintres qui devraient en ajouter une autre à leur palette, le gris de Prusse. Une nuance inédite qui doit beaucoup à la platitude de l’horizon, au ciel de suie, à la brume et au froid. »
J’ai aimé qu’il s’agisse d’un voyage familial, d’une occasion originale pour l’auteur et sa femme de voyager avec leurs deux fils adultes. J’ai aimé la description de la Prusse Orientale, de l’hiver dans cette région méconnue, j’ai aimé les portraits de fans de l’empereur, qui reconstituent avec ferveur des batailles et des actions napoléoniennes… J’ai aimé aussi les tableaux de la bataille, commandés par Napoléon à différents peintres, insérés dans le livre, mais tout ce qui a trait à la bataille elle-même, à l’aspect géostratégique, m’a laissée un peu en plan, j’ai lu quelques pages sans réussir à me représenter les choses, les forces en présence, leur situation sur le terrain, les mouvements, attaques et replis. Par contre, l’image de la terre enneigée assombrie par le sang, par les monceaux de corps de chevaux et de soldats des deux camps, est vraiment saisissante.


« Tout a l’air dépeuplé, hostile, comme une chose qui fait défaut : un chaînon manquant entre le passé et le présent. Une humanité engloutie. »
Comme dans Remonter la Marne, l’auteur fait preuve, mais de façon agréable et non pesante, de son érudition, citant tel historien, tel auteur, revenant de nombreuses fois sur Balzac et son colonel Chabert qui s’était illustré à la bataille d’Eylau, y était mort, et pourtant ressurgit dix ans plus tard pour réclamer sa fortune. Les pensées de l’auteur sur la guerre, celle d’autrefois, celle d’aujourd’hui, donnent aussi matière à réflexion.
Mon avis n’est donc pas totalement enthousiaste à propos de ce récit, mais de nombreux lecteurs y trouveront sans nul doute une manière agréable, aussi solidement documentée qu’écrite de manière enjouée, de parfaire leurs connaissances !

Jean-Paul Kauffmann, Outre-Terre éditions Folio (2017) paru en 2016 aux éditions de L’équateur 374 pages

L’avis (bien illustré comme toujours) de Dominique.

Alexis Michalik, Christophe Gaultier, Le porteur d’histoire

porteurdhistoireL’auteur
Cela fait un moment que j’entends évoquer les pièces d’Alexis Michalik, notamment à Avignon, où Le porteur d’histoire et Le cercle des illusionnistes affichent souvent complet. Cette année, on parle aussi beaucoup d’Edmond, son dernier texte et spectacle. J’ai donc sauté sur l’occasion de lire sa première pièce sous forme de bande dessinée, intriguée aussi par le fait que, si j’ai déjà lu des romans ou nouvelles adaptées en images, cela ne m’est jamais arrivé pour une pièce de théâtre.

« Je vais vous raconter une histoire… Mais auparavant, nous allons nous interroger sur le fait même de raconter une histoire, sur l’importance qu’on accorde à un récit, et sur les frontières qui séparent la réalité de la fiction. »
Le porteur d’histoire est des plus difficiles à résumer, c’est une succession d’histoires gigognes, encastrées les unes dans les autres, et remontant dans le temps… Il y a un homme qui hérite d’une bibliothèque et de carnets manuscrits énigmatiques. Il y a aussi, plus tard, en Algérie, une femme et sa fille qui disparaissent mystérieusement. Il y a un village d’Algérie et sa fontaine, un village du fin fond des Ardennes et son cimetière. Il y a un trésor aussi colossal que fantomatique, qui traverse les âges. On croise des personnages historiques, Eugène Delacroix, Alexandre Dumas… Cet enchevêtrement est étourdissant et fait travailler les neurones du lecteur. Et peu importe si un fait, sa cause ou sa conséquence échappe un peu auxdits neurones, l’ensemble est étrange et brillant à la fois !

Les dessins
Ils promènent le lecteur dans des époques et des atmosphères radicalement différentes les unes des autres. Ils sont peut-être un soupçon trop sages, les cases un peu régulières, mais le dessin est au service de l’histoire, et c’est surtout elle qui nous emporte. La mise en couleur est plutôt séduisante et la couverture absolument superbe.
porteur-1

Le théâtre en bulles
Je n’ai pas trouvé énormément de pièces de théâtre adaptées en bande dessinée, ce sont souvent des classiques comme Tartuffe, Hamlet, Ubu roi ou L’avare, mais peu de pièces contemporaines, me semble-t-il…

Le porteur d’histoire de Christophe Gaultier d’après la pièce d’Alexis Michalik, éditions Les Arènes (2016) 119 pages.
L’avis de Lewerentz sur cette même BD,
celui d’Eimelle sur la pièce ou celui de Zarline sur Edmond…

Gisèle Bienne, La ferme de Navarin

fermedenavarinL’auteure : Gisèle Bienne, née en 1946 à Chavanges dans l’Aube, est une romancière et essayiste française. Elle vit et travaille à Reims et est l’auteur à ce jour d’une vingtaine d’ouvrages parus en littérature générale ou en littérature jeunesse.
130 pages
Éditeur : Gallimard (2008)

Plusieurs portes d’entrées peuvent permettre au lecteur de pénétrer dans le livre de Gisèle Bienne, dans la collection L’un et l’autre chez Gallimard. Un intérêt pour Blaise Cendrars, une lecture de la Prose du Transsibérien, ou une envie d’en savoir plus sur la bataille de Champagne en 1915… pour moi, ça a été le titre.
Le monument de la ferme de Navarin, je suis passée de nombreuses fois à côté, j’y ai fait parfois halte au beau milieu de la plaine champenoise, lumière blanche de ciel d’hiver sur les étendues labourées, ou bien ciel bleu au-dessus des colzas, et là, au milieu, trois soldats de bronze montant vaillamment à l’assaut. Ce nom de Ferme de tourmesnilNavarin me parle donc, comme me reviennent aussi en mémoire, les noms des villages disparus
de Perthes les Hurlus, Tahure, Ripont, Mesnil les Hurlus, villages rayés de la carte, totalement anéantis, et jamais reconstruits, signalés seulement par de simples panneaux, et dont les noms sont dorénavant accolés à des noms de villages existants. Quand on naît entre Champagne et Argonne, connaître l’histoire moderne depuis la Révolution jusqu’à la grande Guerre, c’est la rattacher ainsi à des noms de lieux, à des monuments ou lieux-dits emblématiques comme le moulin de Valmy, la Haute Chevauchée ou la Ferme de Navarin, c’est aussi avoir senti ces lieux de manière on ne peut plus réelle en les arpentant. Mais revenons au livre !
Gisèle Bienne s’arrête au pied du monument, repense à Blaise Cendrars. Elle a découvert à vingt ans La Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France, son long poème illustré par Sonia Delaunay, et ne peut s’empêcher de se souvenir aussi de ses grands-pères, d’Yves Gibeau
, auteur de Allons z’enfants, des peintres, poètes, écrivains engagés d’un côté ou de l’autre, indifféremment, dans la Grande Guerre et qui combattaient dans ce secteur.
J’ai aimé savourer à petites gorgées ce texte passionné, érudit sans jamais être lourd ou pompeux, reconnaître les paysages champenois, on pourrait presque dire dans l’absence de paysage, les molles ondulations, les chemins de craie blanche rectilignes, les rares bosquets, les immenses cimetières avec leurs rangées de croix uniformes, retrouver des fragments de textes de poètes morts ou blessés au front, ressentir leur douleur de longues années après. Il ne me restait qu’à compléter par la vision de peintures évocatrices comme celles d’Otto Dix que Gisèle Bienne cite, et qui sont visibles à l’Historial de la grande Guerre de Péronne, et pourquoi pas aussi un extrait du film d’Abel Gance, J’accuse, où Blaise Cendrars a tenu un rôle en 1918, celui d’un mort qui se relève pour se regrouper avec d’autres et chanter.
Vous pouvez voir que ce livre ouvre beaucoup de perspectives, toutes passionnantes, et qui toutes, rappellent de ne surtout pas oublier…

Extrait : Les croix des cimetières convergent au loin sur le ciel vide. Des champs de croix, plusieurs champs. Ici, nous sommes presque à mi-distance de la Somme et de Verdun. Je gare la voiture le long d’un champ sous un cerisier et, après avoir à nouveau consulté la carte, je franchis des talus et coupe au court pendant que Blaise me souffle à l’oreille : « N’aie pas peur de marcher dans les ténèbres ou de glisser dans du sang. /On ne sait jamais ce que l’on fait, on ne sait jamais où l’on va. /La vie est dangereuse. »

Photo du monument et détails sur le site du CNDP.
navarin1
La lecture de Denis et celle d’Argali.

Non fiction pour le mois de mai… deuxième lecture, à retrouver chez Marilyne !

Bruno Loth, Ouvrier, tome 1 Mémoires sous l’occupation vol. 1

Ouvrier-T1L’auteur : Scénariste et dessinateur, Bruno Loth élabore plusieurs projets, mais c’est celui sur la guerre d’Espagne qui le décide à jouer les éditeurs en créant Libre d’images pour publier Ermo, la guerre d’Espagne vue par un adolescent. Depuis en collaboration avec La Boîte à Bulles, il a publié les mémoires de son père, une fresque sociale de 1935 à 1945 : Apprenti (2010), Ouvrier 1 (2012), Ouvrier 2 (2014).
112 pages
Editeur : La boîte à bulles (2012)

Je ne le savais pas en commençant cette BD, elle fait suite à Apprenti que l’auteur et dessinateur a consacré à la jeunesse de son père. Ce volume, toujours d’après ce que son père lui a raconté, et ce qu’il a pu reconstituer, se déroule entre 1938 et 1941, il est suivi d’un deuxième volume. Comme il le raconte à la fin du livre, son père ne voulait pas au départ parler de cette période douloureuse, mais c’est finalement à sa demande que Bruno Loth a continué son projet.
L’histoire et le ressenti personnels se mêlent aux événements tels qu’ils se déroulent à Bordeaux, on apprend notamment pas mal de choses sur les chantiers navals, sur les entreprises qui passent aux mains allemandes ou italiennes. La vie quotidienne, le travail, les vacances, les relations amicales et amoureuses, l’Occupation, la résistance, tout est vu au travers d’une famille ouvrière bordelaise. Tout le monde n’aimera peut-être pas les dessins qui sont assez sages, mais cela ne m’a pas gênée, c’est un style qui me convient parfaitement. Je lirai volontiers la suite !
ouvrier_memoires_vol1L’avis de Mo.

Projet non-fiction de Marilyne .

Hugo Boris, Trois grands fauves

troisgrandsfauvesRentrée littéraire 2013
L’auteur :
Hugo Boris est l’auteur de trois romans, tous publiés chez Belfond et ayant tous reçu un excellent accueil critique et une reconnaissance publique. Le Baiser dans la nuque (Belfond, 2005 ; Pocket, 2007), prix Emmanuel-Roblès. La Délégation norvégienne (Belfond, 2007 ; Pocket, 2009), premier prix littéraire des Hebdos en Région. Je n’ai pas dansé depuis longtemps (Belfond, 2010 ; Pocket, 2012), prix Amerigo-Vespucci.
202 pages
Editeur : Belfond (août 2013)

Georges Danton, Victor Hugo, Winston Churchill, trois grands hommes, trois forces vives contre lesquelles la mort n’a pas toujours de prise… Dès l’enfance de Danton, où, piétiné par un taureau, il frôle la mort et reste défiguré, je me me suis laissée immédiatement emporter par le rythme du texte qui colle parfaitement à la force des personnages. Ces trois destins, dont le lecteur ne découvre que des fragments, des moments forts, sont pourtant loin d’être réduits à une suite d’anecdotes, et les portraits se dessinent progressivement avec puissance. La question se pose de savoir ce qui est romancé ou ce qui fait partie de la légende des trois hommes, et puis cette question passe au second plan.

Tout m’a plu dans ce roman, me poussant à lire et relire des phrases qui sonnaient bien, qui ouvraient d’autres perspectives… C’est un livre à découvrir sans a priori, en se laissant bercer par l’écriture élégante, plutôt qu’en cherchant à connaître in extenso la vie de ces trois grands hommes. C’est bien évident qu’il y faudrait plus que 200 pages ! On sent que l’intention de l’auteur était de créer des liens, d’éclairer des similitudes, de tracer une sorte de portrait global d’un homme exceptionnel, avec ses moments de grandeur et ses failles.

L’objet livre est particulièrement soigné et réussi, avec une couverture et un papier qui font un peu penser à un Zulma, de jolis rabats, le deuxième rabat offre même un marque-page à découper !
A tous points de vue, ce roman est une belle réussite ! 

Si l’auteur ou l’éditeur passe par ici, j’ai une petite question : est-ce volontaire si les phrases sont presque mot pour mot les mêmes, pages 31 et 63 pour décrire Danton et Hugo se ruant dans leur maison, après un décès ?

Appréciez les premières phrases :
Mai 1763. Ce n’est pas la Champagne humide ici, mais la pouilleuse, celle que la craie rend stérile. La petite taille de l’enfant ne lui permet pas de connaître l’étendue de la plaine. Il en entend le silence les jours sans vent. Il marche vers la vache qu’il a aperçue, là-bas, dans le pré. Il l’a reconnue, c’est la sienne, elle cherche l’ombre d’une haie. La mère de l’enfant n’a pas eu la force de l’allaiter à sa naissance. Il s’accroupit sous la lourde grappe, prend un pis dans la main pour faire gicler le lait. Il ignore qu’il va mourir dans une seconde. Le branle d’un sabot lui fait lâcher prise. Une ombre lui bouche le soleil. Il tend les deux bras en avant pour se protéger, écrasé par le poids gigantesque du taureau. Le mâle échappé le piétine en beuglant. L’animal le soulève de terre. Le petit hurle, se débat, fait rempart de ses mains en pure perte. L’une des cornes lui emporte la bouche. Dans sa gorge, le goût du sang se mêle à celui du lait.

Lu par Clara, restée un peu sur sa faim, et Passion de lecteur, emballé. Pour Neph, magistral !