Roukiata Ouedraogo, Du miel sous les galettes

« Le courage féminin m’a toujours fascinée. Il est rarement mis en scène sous forme d’héroïsme comme chez les hommes, il est plus terre à terre, plus quotidien. Yennenga n’est pas qu’une guerrière courageuse, c’est aussi une féministe, mais sans tout le discours et la théorie du féminisme moderne, militant et occidental. En Afrique, beaucoup de femmes font preuve de courage au quotidien, pour résister au poids des traditions ou affronter le pouvoir des hommes. »
Yasmina s’apprête à faire une intervention pour la Journée internationale de la Francophonie. Le trac qu’elle éprouve lui remémore le courage de sa mère, en particulier lors d’un épisode de son enfance à Fada N’Gourma, au Burkina Faso. Yasmina était toute petite, dernière d’une fratrie de sept enfants, lorsque son père est emprisonné pour détournement de fonds. Sa femme, qui a pleinement confiance en lui, va mettre toutes ses forces pour le faire sortir de prison, et en attendant de rétablir la vérité et de le faire libérer, pour faire vivre ses enfants en montant un petit commerce de galettes. La force de caractère de Djelila, racontée par Yasmina bien des années plus tard, provoque l’admiration. Ce premier roman fait référence à des épisodes de l’enfance de l’auteure et de son histoire familiale.

« Et surtout madame Sankaké, gardez bien confiance dans l’administration judiciaire de votre pays, car si le chemin de la liberté est parfois tortueux, il arrive toujours à la justice. »
La construction, très juste, et le style, teinté d’humour et de tendresse, rendent attachante cette histoire qui sinon pourrait sembler toute simple. L’épisode « judiciaire » de la vie de la famille Sankaké est tout à fait représentatif des difficultés éprouvées par toute une partie de la population africaine à vivre tout simplement de son travail. Tout peut s’arrêter du jour au lendemain, et il est toujours indispensable de savoir faire preuve de courage et de débrouillardise, que ce soit pour nourrir sa famille ou pour affronter l’administration.
Le récit, emprunt de simplicité et d’objectivité, rend aussi à merveille la vie quotidienne burkinabé, les mille et un petits tracas, les jalousies et les amitiés, la solidité des liens et la force des traditions, la joie comme la tristesse.
Une très jolie découverte !

Cette première lecture me permet de participer au mois africain organisé par Jostein (blog Sur la route de Jostein) qui va sans doute nous permettre de faire d’intéressantes découvertes !

Du miel sous les galettes de Roukiata Ouedraogo, éditions Slatkine et Cie, 2020, 272 pages.
Roman repéré chez Antigone.