brèves littéraires·sortie en poche

Sorties en poche (janvier 2016)

Pour changer des billets, aussi nombreux qu’intéressants, qui vont fleurir bientôt sur la rentrée littéraire de janvier, voici des romans que vous aviez peut-être ratés les années précédentes et qui vont sortir en poche très bientôt.
J’ai lu les premiers et je les recommande (en cliquant sur les liens en dessous, si tout va bien, vous pourrez lire mon avis).


Elena Ferrante L’amie prodigieuse (1er janvier ) Folio

Mechtild Borrmann Le violoniste (6 janvier) Livre de Poche

William Giraldi Aucun homme ni dieu (6 janvier) J’ai lu

J.W. Ironmonger Le génie des coïncidences (4 février) 10/18

Robert Seethaler, Le tabac Tresniek (11 février ) Folio

Taiye Selasi Le ravissement des innocents (18 février ) Folio

La deuxième série, qui épargnera tout autant votre porte-monnaie, est composée de livres que j’ai repérés ici ou là, et qui m’ont semblé dignes d’être notés !


Eric Reinhardt L’amour et les forêts (1er janvier ) Folio

Céline Curiol Un quinze août à Paris (6 janvier) Actes Sud

Gitta Sereny Une si jolie petite fille (7 janvier) Points

Britta Böhler La décision (13 janvier) Livre de Poche

Leonardo Padura Hérétiques (21 janvier) Points

Hannah Kent A la grâce des hommes (28 janvier) Pocket

Et vous, avez-vous connaissance d’autres sorties intéressantes en poche ?

brèves littéraires·sortie en poche

Sorties en poche (août 2015)

  • parce que tout le monde n’attend pas la rentrée littéraire comme on attendrait le messie.

  • parce que le budget livres est plus facile à maîtriser en poche.

  • parce que ces titres sont lus et approuvés par des grands lecteurs.

  • parce que ce serait dommage de ne pas lire de bons romans en poche pour se précipiter sur de moins bons en grand format !

Voici donc une petite sélection en images et en deux parties : j’ai lu les premiers et vous les recommande (si vous abhorrez la littérature américaine, passez votre chemin !).
danslesilenceduvent  famillemiddlestein  grandebleue  nosdisparus  retouralittlewing  sonofagun

Quant aux suivants, ils ont été conseillés par d’autres blogueuses et blogueurs, et ils pourraient vous plaire, non ?
paspleurer  douzetribuesdhattie  uneteaveckimnovak  constellation  tarteaupommes  incoloretsukurutazaki

Ces sorties s’échelonnent entre maintenant et mi-septembre… et encore bien d’autres sortent à cette période. Le marché du livre va mal, paraît-il ?

brèves littéraires·rentrée automne 2015

Rentrée littéraire 2015, premières envies !

 Comme chaque année, je ne peux pas m’empêcher, au cours du mois d’août, et même parfois plus tôt, de jeter un coup d’œil sur la future rentrée littéraire, moment incontournable de l’année, même si j’aimerais que ces sorties soient plus sagement étalées. Bien sûr, certains romans vont faire parler d’eux plus que d’autres, comment serait-ce possible autrement, avec 589 sorties annoncées ?
J’avais donc l’idée de vous faire part de mes envies et tentations, mais sans donner encore plus de visibilité à ceux qui en ont déjà assez…
Vous pourrez tout d’abord, si vous ne l’avez pas encore fait, vous intéresser aux premiers romans, qui font l’objet d’un groupe de lecture à l’initiative de
l’insatiable Charlotte. Je les suivrai avec attention, mais sans y participer.

Je vais plutôt lorgner vers la littérature traduite, celle des États-Unis encore et toujours, mais pas seulement… C’est parti pour un tour de la planète où les escales seront en grand désordre !
Chez Albin Michel, je garderai un œil sur Tous nos noms de Dinaw Mengestu, roman américain, et La vie, quand elle était à nous de Marian Izaguirre, espagnole.
Chez Belfond, je sens bien un roman irlandais avec un beau titre, hmmm,
Tout ce qui est solide se dissout dans l’air de Darragh McKeon et peut-être un chinois, de Yiyun Li, Plus doux que la solitude.
TOUS_NOS_NOMS  Vie-Quand-Elle-Etait-a-Nous  toutcequiestsolide  plusdouxquelasolitude

Pourquoi pas aussi Les nuits de laitue, premier roman brésilien de Vanessa Barbara, chez Zulma ?
J’ai repéré également Se lever à nouveau de bonne heure de Joshua Ferris chez JC Lattès et Le testament de Marie de Colm Toibin, un roman irlandais intrigant qui va sortir chez Robert Laffont.
Chez Phébus, Au café du rendez-vous d’Ingrid Winterbach nous vient d’Afrique du Sud.
nuitsdelaitue  seleveranouveau  testamentdemarie  aucafédurendezvous

Chez Plon, j’ai déjà lu, oui, oui, et vous parlerai très bientôt de La vie selon Florence Gordon, un roman new-yorkais de Brian Morton.
Je retrouverais volontiers Sasa Stanisic avec Avant la fête, car j’avais beaucoup aimé Le soldat et le gramophone (chez Stock).
Et j’essayerais bien de lire aux éditions de La Table Ronde Someone d’ Alice McDermott et, chez Sabine Wespieser, Une vie entière de Robert Seethaler dont je viens de lire Le tabac Tresniek.
vieselonflorencegordon  avantlafete
  someone  unevienetiere

Bien entendu, cela reste à l’état d’envies qui fluctueront probablement au fil des semaines, au gré des avis lus ici ou là, et la plupart de ces lectures se feront dans l’année à venir, dans le meilleur des cas… rien qui me mette la pression !
Je crois que je vais bien voyager grâce à cette rentrée, en tout cas.

 

brèves littéraires·mes préférés·vie de lectrice

Mes tops 2014

Un petit retour sur 2014 : pas d’énormes coups de cœur, mais beaucoup de belles découvertes : voici les lectures qui m’ont le plus marquée… en cliquant sur les couvertures, vous devriez accéder aux billets !
J’en profite pour vous souhaiter de joyeuses fêtes ! 

Catégorie « Des romans qui font du bien »

concerto-main-morte  exception  courir_audio  epepe 

Catégorie « Plus sombres mais si bons »

annabel  reparerlesvivants  terredombre  memoirechienne

Catégorie « Quand j’aime les nouvelles »

amedekotarocontemplaitlamer  amesegarees  deshommesendevenir

Catégorie « Bulles »

toutseulcouv  photographe_couv

Catégorie « Non fiction »

immortellerandonnee  mafamilleetautres  bruittrousseaux

brèves littéraires·littérature France

Brèves littéraires (6)

Je reprends la série des brèves littéraires délaissée depuis trop longtemps avec quelques petites actualités ou articles de presse qui pourront vous faire dresser l’oreille !

Lanester-et-son-équipeTout d’abord, Françoise Guérin doit être contente, son Lanester, incarné par Richard Berry dans le téléfilm policier tiré de son premier roman, A la vue, à la mort, est programmé pour demain, mercredi 22 janvier à 20h45. Elle a participé à l’adaptation et à la réécriture de certains dialogues, puis à quelques jours de tournage. Le réalisateur en est Franck Mancuso, réalisateur de Contre-enquête, RIF et coscénariste de 36 Quai des Orfèvres. Et, côté casting, on verra Richard Berry dans le rôle titre, Emma de Caunes, Bruno Salomone, Isabelle Candelier, Hippolyte Girardot… La musique a été composée par Moby et Krishna Lévy. De quoi donner envie de regarder, non ?
Ce personnage sera récurrent, l’adaptation de
Jeunes filles à croquer est prévue ainsi que celle de son futur roman Les enfants de la dernière pluie qui paraîtra en avril !
Plus d’infos sur le site de Françoise Guérin.

mezz1_gdBibliothèques sans frontières milite pour l’ouverture des bibliothèques à des horaires plus compatibles avec ceux des usagers, et mettre fin à cette exception française. Je cite :

[…] « Ailleurs en Europe, nombre de bibliothèques ouvrent jusqu’à 22h et systématiquement le dimanche. A Copenhague, à Amsterdam, les bibliothèques publiques frôlent les 100 heures d’ouverture hebdomadaire contre 30 heures en moyenne en France, 40h dans les plus grandes villes. On n’apprend pas, on ne crée pas à horaire fixe, entre 9h30 et 18h, du lundi au samedi ! Les bibliothèques doivent être ouvertes aux moments de disponibilité individuelle ou familiale. Leurs horaires actuels, calqués sur ceux des bureaux, pénalisent injustement ceux qui devraient en être les premiers bénéficiaires : étudiants salariés qui travaillent pour payer leurs études, demandeurs d’emploi en formation, enseignants et tant d’autres. Rien ne justifie que le soir, le dimanche et pendant les vacances scolaires, l’offre culturelle se limite aux seuls cinémas et théâtres. » […]

Pour en savoir plus, ici ou … 

visuel-28-fete-du-livre-de-La Fête du Livre de Bron revient bientôt en banlieue lyonnaise, du 14 au 16 février 2014, avec pour thème « Plan B ». De nombreux auteurs sont invités à parler avec d’autres de leurs derniers romans sur des thèmes variés tels que « Après la guerre », « J’écris donc je vis » « Quand j’étais normal » « Des enfants imparfaits »…
J’ai repéré pour vous, pour moi, si vous êtes trop loin, des auteurs français : Tatiana Arfel, Maylis de Kerangal, Brigitte Giraud, Sébastien Berlendis, Paola Pigani, Hugo Boris, Sorj Chalandon, Thomas B. Reverdy, Julie Bonnie, Léonora Miano, Philippe Fusaro, Sylvie Germain… et quelques auteurs étrangers : l’égyptien Alaa El Aswani et l’italienne Mariapia Veladiano.
Quel auteur serait incontournable à votre avis ? (j’imagine déjà quelques réponses, et je ferai de toute façon comme je pourrai, mais je pose tout de même la question !)

brèves littéraires·vie de lectrice

Retour sur 2013 : de belles découvertes

Après les « coups de cœur 2012 », voici un petit retour sur 2013 avec les favoris (dont certains n’ont pas été ou pas encore été chroniqués entre ces pages). Je ne les nommerais pas vraiment coups de cœur, j’ai eu beaucoup de belles surprises mais peu de grands élans…

Dans la catégorie « L’Amérique du Nord, encore et toujours » je n’ai pas réussi à éliminer des titres entre Les joueurs de Stewart O’nan, Némésis de Philip Roth, Inside de Alix Ohlin, Home de Toni Morrison, Maine de Courtney J Sullivan, Dans le silence du vent de Louise Erdrich, Triburbia de Karl Taro Greenfeld.
joueursnemesisinsidehome_audiomainedanslesilenceduventtriburbia

Catégorie « L’Europe, contre vents et marées » En mer de Toine Heijmans, Pas facile de voler les chevaux de Per Petterson, Orages ordinaires de William Boyd, Zona frigida de Anne B. Ragde montrent que j’ai toujours un faible pour la littérature juste hors de nos frontières…

enmerpasfaciledevoleroragesordinaireszonafrigida

Catégorie « Romans français, pourquoi pas ? » Rue des voleurs de Mathias Enard, La nuit tombée d’Antoine Choplin, Lady Hunt d’Hélène Frappat, Monde sans oiseaux de Karin Serres. J’ai lu plus de littérature française que d’habitude, mais pas eu vraiment de grand emballement !

ruedesvoleursnuittombeeladyhuntmondesansoiseaux

Voilà, j’espère que le rappel de ces quelques livres vous donnera envie de les découvrir, en 2014 !

brèves littéraires·vie de lectrice

Liseuse, ce que j’en pense

Préparation de fêtes, élaboration de menus, course aux cadeaux, vous êtes certainement, chers lecteurs, déjà fin prêts pour les derniers jours de l’année. Mais au cas très improbable où vous seriez, comme moi, par conviction ou par obligation, adepte des achats de dernière minute, ou si encore vous avez tardé à envoyer votre liste au Père Noël, et que vous vous posez la question du numérique, voici un petit bilan de quelques mois d’utilisation d’une liseuse !

Tout d’abord, j’ai choisi une Cybook Odyssey, car je ne voulais pas d’une liseuse qui me condamne à acheter toujours sur le même site marchand (comme c’est le cas avec Kobo ou Kindle) pour des raisons de compatibilités. Les livres que j’ai achetés, sur le site de ma librairie locale Decitre ou celui de la librairie numérique e-pagine, sont au format epub, compatible avec toutes les liseuses, hors celles citées. Le choix et les prix sont les mêmes partout, hormis pour la littérature en V.O. où j’aurais pu avoir davantage de choix ailleurs.

liseuse1
Quels sont donc les avantages d’une liseuse ? J’en vois plusieurs, par ordre d’importance à mes yeux :

  • l’encombrement réduit pour un départ en vacances ou un voyage en train, plus de pile de cinq ou six livres à traîner dans sa valise !

  • la possibilité de grossir la taille des caractères à la lecture.

  • la possibilité avec le modèle Frontlight, de lire dans l’obscurité sans déranger son voisin !

  • le vaste choix de livres à des prix un peu réduits par rapport aux livres neufs, voire par rapport à des livres de poche, et beaucoup de livres classiques gratuits. Pour le choix, à chacun de parcourir avant l’achat d’une liseuse les rayonnages d’une librairie numérique pour se rendre compte si cela lui convient… ou non !

En ce qui concerne prix et choix des livres, la bibliothèque reste bien entendu plus intéressante, mais pas pour les trois premiers avantages, comme vous pouvez le constater ! De plus, je ne sais pas pour vous, mais je n’aime pas emprunter à la bibliothèque des livres usagés, jaunis et racornis, comme le sont parfois les classiques ou les polars très demandés… Pour les nouveautés, par contre, l’emprunt l’emporte, à condition qu’ils ne soient pas toujours réservés !
Autre intérêt, les éditeurs proposent parfois des offres intéressantes, à durée limitée, pour les lecteurs de numériques, c’est le cas avec Folio, Zulma, le Masque, ou des extraits ou nouvelles gratuits, comme récemment Métailier.

Qu’en est-il de l’utilisation de l’engin ? La prise en main est plutôt facile et rapide, mais… évitez, comme je l’ai fait, de déraper au moment du choix de la langue, je vous assure que le hongrois pour essayer de retrouver son chemin dans le menu pour apercevoir enfin un menu dans votre langue maternelle, n’est pas forcément des plus simples. C’est sans doute une fort belle langue, mais compte-tenu de l’absence de notice papier (elle est intégrée à la liseuse) c’est un vrai casse-tête !
Commander des livres n’est pas très compliqué, la liseuse se connecte à internet et vous créez un compte sur le site de votre librairie ou vous passez par votre ordinateur si vous préférez, le transfert d’un appareil à l’autre est facile.
liseuse3La prise en main est aisée, comme tenir un livre de poche assez peu épais, une couverture peut être pratique, elle donne une meilleure préhension en plus de protéger des chocs.
La lecture est agréable, beaucoup plus que sur un ordinateur ou une tablette, moins fatigante pour la vue, tant au soleil que dans l’obscurité. C’est vraiment un gros point fort ! Les pages se tournent d’un doigt, soit sur l’écran, soit avec les boutons de côté, il est possible d’atteindre une page quelconque à volonté et de savoir où on en est de sa lecture… Indispensable, selon moi ! La taille des caractères, je l’ai déjà citée, le dictionnaire intégré sert parfois, les annotations ou surlignages sont possibles et évitent de trimballer carnet et stylo.
Le classement de la bibliothèque n’est pas très commode, j’ai choisi de garder par date d’achat, mes derniers livres sont ainsi sur la première page. Un classement alphabétique est possible aussi.

liseuse2
Le gros avantage bien sûr pour les lecteurs boulimiques est de ne pas encombrer ses étagères ! J’ai lu récemment Tranchecaille, Les cent derniers jours et Instinct primaire sur ma liseuse et je suis contente à la fois de les avoir lus ainsi et de pouvoir les garder sans encombrement aucun. Je continue toutefois à avoir énormément de papier qui passe entre mes mains, en neuf, en poche, en occasion, en emprunts divers : vive la variété ! Je précise que ce billet n’est aucunement sponsorisé et que cette liseuse m’a été offerte, mais pas par le fabricant, qui lui, ne connaît pas la date de mon anniversaire, ni mes goûts !

Dernier petit ajout : il existe des livres qui ne sont qu’en numérique comme par exemple L’homme idéal (en mieux) d’Angéla Morelli, plus connue des anciennes de la blogosphère sous le pseudo de Fashion !

brèves littéraires·rentrée automne 2013

Brèves : Rentrée littéraire 2013 (3)

Aujourd’hui, voici la présentation de mes tout derniers repérages dans un domaine qui me tient toujours particulièrement à coeur, les premiers romans. Qu’ils soient français ou étrangers, certains me semblent susciter plus d’attention : à tort ou à raison ? Et certains comme d’habitude, me parlent plus que d’autres… Surtout pas d’auto-fiction, des univers originaux… Pour vous donner une idée plus précise, j’ai recopié des fragments de quatrièmes de couverture… Juste assez pour créer quelques envies ?

bruitdetespasLe bruit de tes pas de Valentina d’Urbano, roman italien chez Philippe Rey, sortira le 5 septembre : « La Forteresse », 1974 : une banlieue faite de poussière et de béton, royaume de l’exclusion. C’est là que grandissent Beatrice et Alfredo : elle, issue d’une famille pauvre mais unie, qui tente de se construire une vie digne ; lui, élevé avec ses deux frères par un père alcoolique et brutal. […]

Mise en page 1Uniques de Dominique Paravel est édité par Serge Safran et sortira le 22 août Jour de l’Épiphanie, rue Pareille, à Lyon. La vieille Elisa, émigrée italienne, erre entre les rayons du supermarché, Élisée épie sa voisine depuis la fenêtre, Angèle cherche à vendre des forfaits téléphoniques, Violette souffre d’exclusion à l’école, tandis que Jean-Albert procède à des licenciements. Vies fragmentées, parallèles […]

Mise en page 1Les cent derniers jours de Patrick McGuiness, roman britannique le 4 septembre chez Grasset. Un jeune professeur est nommé en Roumanie en remplacement d’un confrère. Nous sommes trois mois avant la chute de Ceausecu, mais cela, il ne le sait pas. Guidé par Leo, un trafiquant au marché noir, il découvre un pays où tout est rare et rationné, de l’électricité à la liberté. Les seules choses qui prospèrent sont l’ennui et les petits arrangements. […]

evaporesLes évaporés de Thomas B. Reverdy, le 21 août chez Flammarion. Trois cartons et une valise, c’est tout ce que Kaze a emporté avec lui cette nuit-là. Et, également, les raisons de sa fuite. Comment peut-on si facilement disparaître ? Ici, au Japon, on en a légalement le droit. D’un disparu, on dit simplement qu’il s’est « évaporé ». Mais Yukiko, elle, ne veut pas renoncer […]

lettreahelgaLa lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson, venu d’Islande, le 22 août chez Zulma. « Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible. […]

mondesansoiseauxMonde sans oiseaux de Karine Serres, le 21 août, chez Stock. « Petite boîte d’os » vit sur les bords d’un lac nordique avec un père pasteur, une mère fantasque et un frère sombre et violent. Rayonnante, « Petite boîte d’os » apprend beaucoup du vieux Joseph : faire du feu, cultiver son jardin ou plonger dans le lac sans déranger les morts. […]

courirsurlafailleCourir sur la faille de Naomi Benaron, chez 10/18 le 14 août. Depuis le jour ou il comprend que la course à pieds est sa passion, le jeune Tutsi Jean Patrick Nkuba n’a qu’un rêve : devenir le premier champion olympique du Rwanda. Mais les gens comme lui ne sont pas censés gagner… Avril 1994 : le pays s’embrase et Jean Patrick se trouve sans protection… Si ce n’est celle de son énigmatique coach, qui plus que quiconque croit en la réussite de ce jeune athlète. […]

tarteauxpommesEt un petit dernier en guise de dessert : Tarte aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau chez Alma éditeur le 14 août […] Guillaume Siaudeau nous raconte le sourire aux lèvres l’épopée ordinaire d’un doux rêveur qui se lance dans la plus belle des aventures, celle qu’il appelle « le monde et moi ».

Combien parviendront jusqu’à ma pile à lire ? Et vous, qu’en pensez-vous ? 

brèves littéraires·littérature France·rentrée automne 2013

Brèves : rentrée littéraire 2013 (2)

Je continue mon petit tour des romans de la rentrée littéraire qui me tentent le plus, avec le côté français de cette rentrée. Sachez que vous ne trouverez pas ici les livres qui feront parler d’eux, qui créeront la polémique ou qui concourront pour les prix littéraires, mais seulement ceux dont le thème, les premières lignes ou juste le nom de l’auteur ont attiré mon attention ! 

Je commence avec deux romans à rapprocher l’un de l’autre, car ils s’attachent à des musiciens et éclairent leur vie, ou un aspect de leur vie : Folles de Django d’Alexis Salatko qui sortira le 22 août chez Robert Laffont et Dans la gueule du loup d’Olivier Bellamy, premier roman sur Serge Prokofiev le 29 août chez Buchet-Chastel.

follesdedjango  danslagueuleduloup

J’ai repéré ensuite trois romans, bien que je n’aie pas d’actions, ni même de partenariat, avec Actes Sud, mais il se trouve que trois titres au moins me parlent, assortis de plus de jolies couvertures retrouvées après celles, tristounettes, de l’année dernière !

Kinderzimmer de Valentine Goby sort le 21 août, Lady Hunt d’Hélène Frappat et La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jérusalmy à la même date. C’est le deuxième roman de cet auteur, pour lequel je vous conseille de lire, en attendant, Sauver Mozart, superbe petit livre.

kinderzimmer ladyhunt laconfreriedeschasseurs

Et vous, quels romans français avez-vous déjà repérés ?
A suivre, une petite liste de premiers romans et une autre de romans européens.

brèves littéraires·littérature Amérique du Nord·rentrée automne 2013

Brèves : rentrée littéraire 2013 (1)

Des listes fleurant bon les futures lectures ont déjà pointé leurs nez chez Antigone, Hérisson et Sandrine, et aussi chez Marilyne et Solenn

Je vous présente à mon tour mes envies et repérages les plus alléchants pour cette rentrée, dont les premiers coups seront frappés aux alentours du 21 août.

Je commence par les auteurs nord-américains qui m’inspirent le plus, dirait-on… mais je continuerai avec l’Europe et avec les premiers romans, autres domaines de prédilection devant lesquels je bave (oui, Marilyne, moi aussi !) déjà en rêvant de trouvailles exceptionnelles !

Alors voici d’abord des auteures lues et approuvées, le tout au féminin, j’ai nommé Dans le silence du vent de Louise Erdrich 22 août chez Albin Michel, Esprit d’hiver de Laura Kasischke à la même date chez Bourgois et Dans la lumière de Barbara Kingsolver le 21 août chez Rivages.

danslesilenceduvent   espritdhiver   Dans la lumiere.indd   transatlantic

Je n’ai lu qu’un roman de Colum McCann, le plus connu, Les saisons de la nuit, et je ne crois pas que ses romans suivants aient eu la même force, mais je tenterais bien Transatlantic de cet auteur, dont le thème est bien tentant, et qui sort le 22 août chez Belfond.

Du côté des écrivains moins connus, j’ai noté L’autre côté des docks d’Ivy Pochoda le 12 septembre chez Liana Levi, En même temps, toute la terre et tout le ciel de Ruth Ozeki le 22 août chez Belfond et Inside de la canadienne Alix Ohlin le 15 septembre chez Gallimard… Et, dernière petite précision, je ne vous recopie pas les quatrièmes de couvertures, car je n’aime pas en savoir trop, ni donc en dévoiler trop, sur les nouveautés : un titre, une image et quelques mots suffisent !

delautrecotedesdocks  En-meme-temps-toute-la-terre  inside