Richard Russo, Retour à Martha’s Vineyard

Rentrée littéraire 2020 (9)
« L’idée qu’il puisse écrire un livre digne d’être lu l’avait séduit, et il imaginait que s’il suivait le conseil et l’exemple de Tom, le bon sujet lui apparaîtrait tôt ou tard. Mais cela ne s’était jamais produit. Le problème étant qu’aucun sujet ne lui semblait plus urgent que le suivant, et les deux se défendaient. Peut-être que pour lui le bon sujet n’existait pas, ou, à l’inverse, ils étaient tous bons, ce qui, ironiquement, revenait au même. »

Trois amis qui ne se sont pas vus depuis plusieurs décennies se retrouvent dans la maison de l’un d’eux, à Martha’s Vineyard. Lincoln, agent immobilier et père de famille bien établi, qui a hérité de cette maison, hésite à la vendre. Teddy, universitaire resté célibataire, se demande s’il a bien fait d’accepter cette invitation. Mickey, le plus secret, musicien de rock un peu marginal, arrive sur sa Harley Davidson. Entre les trois plane le souvenir de Jacy, amie des trois lorsqu’ils étaient étudiants, et disparue précisément à la suite d’un week-end à Martha’s Vineyard. C’était l’époque du tirage au sort pour la guerre du Vietnam, et la chance ne souriait pas à chacun de la même façon…
D’ailleurs, n’allez pas croire qu’il s’agissait de trois jeunes gens nés avec une cuiller en argent dans la bouche, non, leurs parcours d’étudiants boursiers et obligés de travailler en plus de leurs études les rapprochent bien des portraits habituels dressés par l’auteur américain.
Richard Russo a accoutumé ses lecteurs fidèles à des chroniques de petites villes américaines, avec de nombreux personnages, il a davantage concentré ici sa narration autour de trois hommes d’âge mûr, de leur jeunesse étudiante, de leur rapport à la vie, du bilan qu’ils en tirent, et du destin. Et ça marche !

« Était-ce cela qu’il attendait de ses vieux amis ? La confirmation que le monde dont on se souvenait avec tendresse existait encore ? Qu’il n’avait pas été remplacé par une réalité dans laquelle on était moins impliqué ? »
Qui ne s’est jamais demandé ce qui serait arrivé, quelle aurait été sa vie, si ne s’était pas produite la rencontre avec telle ou telle personne, ou si tel événement était survenu un peu plus tôt ou plus tard, et ainsi de suite ? Ces réalités alternatives possèdent des variations infinies, et si, dans la vie, il est préférable de ne pas trop s’attarder dessus, justement à cause de leur multitude, dans un roman, il est très intéressant que chacun spécule plus ou moins sur ces éventualités, selon son caractère.
L’auteur tricote un roman particulièrement réjouissant et passionnant sur le thème de la vie et du destin, de la chance ou de la malchance. Le point de vue du narrateur passe de l’un à l’autre de ses trois personnages masculins alternativement, donnant de quoi s’attacher à leurs personnalités, et parmi eux, leur amie Jacy peut sembler une figure un peu plus inconsistante que les personnages masculins. C’est le cas pendant une bonne partie du roman, mais des éclaircissements dans l’ultime partie de l’histoire redonnent à la jeune femme un caractère beaucoup plus fort qu’il n’y paraît. Comme toujours chez Richard Russo, c’est fort bien fait, de manière à ce que le lecteur y trouve son compte, et ne ressorte pas frustré de sa lecture !
Je me suis régalée (comme d’habitude, dirais-je, si je n’avais pas calé lamentablement sur Le pont des soupirs, mais c’est une autre histoire) !

Retour à Martha’s Vineyard de Richard Russo (Chances are…, 2019) éditions de la Table Ronde (août 2020), traduction de Jean Esch, 377 pages.

C’était une lecture commune autour de Richard Russo, allons voir ce qu’ont pensé de ce roman ou d’un autre : Aifelle, Ingannmic, Keisha, Krol
Tous les liens sont chez Ingannmic.

Mes billets sur A malin, malin et demi, Ailleurs, Trajectoire

45 commentaires sur « Richard Russo, Retour à Martha’s Vineyard »

  1. Mon billet ne sera pas sur celui-ci, qui est en cours de lecture. J’aime autant que les précédents et vous m’appâtez, Krol et toi avec la dernière partie qui s’emballe ! Quel écrivain tout de même ce type .. (un jour je m’attaquerai au Pont des soupirs).

    J'aime

    1. Chouette, nous aurons ton avis bientôt si tu es en cours de lecture… (un jour de recommencerai Le pont des soupirs !) (que bêtement, je n’ai pas gardé, bien sûr)

      J'aime

  2. Un grand merci pour ta participation ! Je te rejoins sur tout l’aspect psychologique, le questionnement des personnages sur leurs choix, les occasions manquées, Richard Russo excelle dans ses thématiques, et il m’a sur ce point une fois de plus convaincue. Mais j’aurais préféré rester uniquement sur ce plan jusqu’à la fin (et tant pis pour la résolution de l’énigme !) car j’ai trouvé que toutes ces révélations sur Jacy précipitait le rythme du récit, dans lequel je m’étais bien installée, et surtout que c’était trop, et que cela formait un contraste bizarre avec ce qui précède, où tout tourne autour de suggestions…

    Aimé par 1 personne

    1. Je vois ce que tu veux dire, c’est vrai que je m’attendais à une fin plus ouverte, ne cherchant pas forcément à tout résoudre… mais pour autant, j’ai lu tout de même les derniers chapitres avec plaisir.

      J'aime

  3. Tu es plus enthousiaste que Ingammic qui est déçue par la seconde partie. Elle aussi a calé sur Le pont des soupirs. J’aime bien cet auteur en général.

    J'aime

    1. C’est aussi un auteur que j’aime à retrouver… et je n’ai pas été déçue cette fois, même si je comprends les réserves qu’Ingannmic exprime très bien.

      J'aime

  4. J’ai bcp aimé aussi, ainsi que A malin, malin et demi. Par contre, j’ai lâchement abandonné (disons: mis de côté) le titre que j’avais choisi pour cette LC. Pas le bon moment probablement…

    J'aime

  5. Cette fin qui cherche à tout prix à donner des réponses m’a un peu refroidie mais j’ai beaucoup aimé l’ensemble quand même. Il écrit tellement bien et j’adore la façon dont il présente ses personnages.

    J'aime

  6. Je viens de lire la chronique de Goran qui tranche vraiment avec la tienne. Deux points de vue différents. Pourtant je ne lirai pas ce livre, pas tentée du tout

    J'aime

    1. J’ai beaucoup aimé cette lecture, mais je connais déjà l’univers de l’auteur, et en général, je suis assez fan de littérature américaine. Bref, pour moi, il est très bon, sans pour autant que je le recommande à tout le monde !

      J'aime

  7. Moi c’était mon premier roman de Richard Russo, j’ai adoré et donc, veinarde que je suis, j’ai encore tous les autres à découvrir ! Je suis plongée avec bonheur depuis une dizaine de jours (pas trop le temps de lire en ce moment) dans Un homme presque parfait. J’y retrouve le même plaisir intense et réconfortant que j’ai eu avec les romans de John Irving, découverts jeune adulte et lus tous à la suite.

    J'aime

  8. Je viens de demander à Krol si elle avait préféré celui-ci au Pont des soupirs…
    Comme tu as eu comme moi quelques difficultés avec le Pont des soupirs et que tu as préféré Retour à Martha’s Vineyard, j’ai ma réponse 😀

    J'aime

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s