Publié dans littérature Asie, rentrée littéraire 2018

Haruki Murakami, Le meurtre du Commandeur livres 1 et 2

meutreducommandeur1« Dans notre vie, il est fréquent de ne pas pouvoir discerner la frontière entre le réel et l’irréel. Et il me semble que cette frontière est toujours mouvante. Comme une frontière entre deux pays qui se déplacerait à son gré selon l’humeur du jour. Il faut faire très attention à ces mouvements. Sinon, on finit par ne plus savoir de quel côté on se trouve. »
Je dois avouer que je suis fan d’Haruki Murakami, avec des hauts et des bas, cependant. Il y a quelques années, je n’avais pas eu envie de connaître la fin de 1Q84, pourtant bien commencé, et même plus que commencé, puisque je l’avais laissé tomber au milieu du troisième tome. Ensuite, j’avais lu avec plaisir un roman plus court (L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage) et des nouvelles (Des hommes sans femmes). Mais mon préféré reste, ou restait jusqu’alors, Kafka sur le rivage.
Ce dernier roman en deux volumes me tentait assez pour que je le retienne à la bibliothèque, et que j’envisage d’enchaîner les deux sans trop tarder. Mais venons-en à l’histoire.

« C’est comme si tu essayais de faire flotter une passoire sur l’eau, avait dit le Commandeur. Faire flotter sur l’eau un truc plein de trous, c’est absolument catégoriquement impossible pour quiconque. »
Le roman commence par une scène qui semble préfigurer de la suite, où un individu sans visage marchande avec un peintre qui se trouve dans l’incapacité de faire son portrait. Puis, retour en arrière : le narrateur est le peintre, un jeune homme d’une trentaine d’années. Séparé de sa femme, il commence par errer quelques mois à travers le Japon. Alors, un ami lui propose de garder l’habitation de son père âgé, parti en maison de retraite. Il s’agit d’une maison en pleine montagne, assez isolée, mais avec un atelier où il pourra recommencer à peindre.
Plusieurs événements, qui pris séparément, et racontés simplement, pourraient sembler anodins, vont venir perturber notre jeune peintre, qui fait à ce moment la connaissance d’un voisin nommé Menshiki, assez original et mystérieux. Il découvre également un endroit très particulier dans la forêt, et fait d’autres rencontres qui vont avoir une grande importance par la suite. Les choses s’enchaînent, avec toujours une logique certaine dans le mystère. Les détails quotidiens en viennent souvent à passer de l’ordinaire au surréel, par un simple glissement, provoqué par une odeur, un bruit, une couleur…

meutreducommandeur2« Alors que jusque là je marchais normalement sur ce que je pensais être mon propre chemin, voilà que soudain celui-ci a disparu sous mes pas, et c’est comme si j’avançais simplement dans un espace vide sans connaître de direction, sans plus aucune sensation. »
Quel plaisir de retrouver Haruki Murakami au mieux de sa forme, dans un roman magistral où l’équilibre est parfait entre la succession d’événements, logiques ou surnaturels, et les réflexions et sentiments du jeune peintre. Il se pose bien des questions philosophiques sur le bien et le mal. La part d’ombre de chacun constitue l’un des fils conducteurs du roman, mais pas le seul, la richesse du texte étant particulièrement séduisante. De nombreuses interrogations surgissent lors de la lecture, tant sur des événements naturels que d’autres qui le sont moins, et les pages s’enchaînent inévitablement. Malgré la longueur des deux tomes, aucun ennui n’est venu entacher ma lecture. Et j’ajoute que j’ai admiré, à chaque instant, la traduction, qui en fait une lecture harmonieuse et cohérente.

« Je n’avais aucune garantie quant à l’achèvement du tableau. Son accomplissement n’était qu’une simple possibilité. Il y avait encore quelque chose qui manquait. Quelque chose qui devait être là et se plaignait d’être absent. Ce qui manquait frappait de l’autre côté de la fenêtre séparant la présence de l’absence. Je percevais ce cri muet. »
L’art est omniprésent dans ce roman, son influence sur la vie du peintre et de celui qui regarde un tableau, parfois même aussi sur la vie du modèle lorsqu’il s’agit de portrait. Par la voix du narrateur, il est question d’art classique japonais, le nihonga, d’art figuratif plus contemporain, et d’art non figuratif. Même les passages qui décrivent l’oeuvre en cours de création sont passionnants. La musique a son importance aussi, à commencer par le Don Juan de Mozart, et l’histoire mondiale vient s’inviter avec des prolégomènes qui se seraient déroulés lors de l’Anschluss à Vienne, et de la guerre sino-japonaise.
J’ai quitté à regret ce monde si particulier, ses personnages attachants, j’aurais aimé prolonger encore ce formidable plaisir de lecture. Par un tour de passe-passe comme lui seul peut en créer, l’auteur japonais, que je verrais bien prix Nobel de littérature un de ces jours, réussit tout aussi bien à ouvrir les portes d’un monde parallèle et énigmatique qu’à les refermer… peut-être !

Le meurtre du commandeur livre 1 Une Idée apparaît et livre 2 La Métaphore se déplace, éditions Belfond (2018) traduction d’Hélène Morita avec la contribution de Tomoko Oono, 456 pages et 473 pages.

Lire le monde : Japon.
Lire-le-monde

43 commentaires sur « Haruki Murakami, Le meurtre du Commandeur livres 1 et 2 »

  1. Je ne sais pas pourquoi j’avais résisté à tous les commentaires élogieux sur cet auteur, comme Aifelle je sens que je ne vais pas continuer dans cette voie très longtemps, ton billet est très tentateur.

    J'aime

  2. j’ai un penchant total pour Kafka sur le rivage mais depuis j’ai coincé à la lecture de cet auteur
    celui ci est sur mon étagère depuis …je l’ai entamé deux fois et deux fois délaissé mais je ne désespère pas et ton billet y sera pour beaucoup

    J'aime

  3. ils sont tous les deux dans ma PAL car je suis grande fan de Murakami: j’ai eu un gigantesque coup de foudre pour « kafka sur le rivage » idem pour « L’incolore Tsukuru…) et un peu moins « Le passage de la nuit » par contre toujours pas lu 1Q84
    j’en ai plusieurs encore dans ma bibliothèque 🙂

    J'aime

  4. Comme toi, je suis fan de Murakami. Comme toi, 1Q84 (que j’ai terminé) ne m’a pas emballée, mais comme toi j’ai été séduite par Tzukuru et Des hommes sans femmes. Kafka sur le rivage est presque mon préféré, il est légèrement devancé par Chroniques de l’oiseau à ressort, dont j’ai adoré l’interminable amplitude. Bref, ce Commandeur est pour moi !!

    J'aime

    1. Mais oui, tu vas voir ! (je n’en ai pas trop raconté, le plaisir de la découverte est important !) Et moi, je note Chroniques de l’oiseau à ressrt que je n’ai pas lu.

      J'aime

  5. Je n’avais jamais entendu parler de ce nouvel opus de Murakami ! Je suis complètement aux fraises, dis donc !
    Pour ma part, je suis allée au bout d’IQ84 mais la fin m’a complètement déçue, alors que les deux premiers tomes avaient été des coups de cœur. J’adore l’univers complètement dingue de Murakami. Ça me rappelle un peu la poésie surréaliste, en version romanesque et nippone héhé.
    Ton billet sur ce dernier roman est vraiment tentant. Comme résister à la question de l’art traitée de cette façon ? Je vais voir s’il est à la médiathèque !

    J'aime

    1. Si tu aimes l’auteur, il n’y a pas de raison que celui-ci ne te plaise pas ! J’espérais presque un troisième volume en arrivant à la fin. Mais point trop n’en faut, on l’a bien vu avec 1Q84 !

      J'aime

    1. Ah oui ? Je n’ai pas lu M Train, donc le lien ne m’apparaît pas. 😉 En tout cas, ce dernier roman en deux tomes m’a vraiment séduite (si bien que j’ai du mal à accrocher à mes lectures suivantes)

      J'aime

  6. Je t’ai lue en diagonale car je suis fan de Murakami aussi malgré quelques réserves sur certains romans et du coup, je compte bien lire ces romans ! J’ai juste vu que tu n’as pas été déçue et je me réjouis d’avance de ces lectures !

    J'aime

    1. Dès que j’ai commencé le premier, j’ai réservé le deuxième à la médiathèque et heureusement, l’attente n’a pas été trop longue… L’ensemble se lit plutôt rapidement ! ^-^

      J'aime

  7. Moi aussi, mon préféré est Kafka sur le Rivage… je n’ai pas tenté 1Q84 mais j’ai quand même bien envie de relire autre chose de lui. Pourquoi pas ça!

    J'aime

    1. C’est un roman (enfin deux) où on retrouve les thèmes chers à l’auteur, avec une belle profondeur et des échappées vers le fantastique qui m’ont beaucoup plu.

      J'aime

Répondre à kathel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s