Publié dans littérature France, non fiction, premier roman, rentrée automne 2015

Adrien Bosc, Constellation

constellation« Le boxeur ne portait pas une mais deux montres, l’une à l’heure de Paris, l’autre, une Reflet de la marque Boucheron, réglée d’avance sur le fuseau de New York. C’était un cadeau d’Edith Piaf, un porte-bonheur. »
Je dois avouer une chose en préambule, contrairement à beaucoup de personnes, alors que je ne raffole pas des téléphériques et autres moyens de transport suspendus ou se balançant dans le vide, j’aime voyager en avion, je me sens complètement rassurée et d’ailleurs le nombre d’accidents rapporté au nombre de vols effectués chaque année me donne tout à fait raison. Je suis tellement en confiance que je peux même lire un roman évoquant du début à la fin une catastrophe aérienne très médiatisée, quoique ancienne, deux jours avant de voyager dans les airs, sans que cela me dérange le moins du monde, au contraire.

« Quel diable s’est ingénié à faire concorder autant d’erreurs jusqu’à un impact aux probabilités nulles ou presque.
Ce presque au centre de toutes les attentions, ce hasard dont il faut dénouer les ramifications pour l’extraire de la fatalité. »
Adrien Bosc a choisi de s’intéresser à un drame qui a fait couler beaucoup d’encre, en particulier parce qu’à son bord se trouvait Marcel Cerdan. Le boxeur avait pris ce vol à la place d’une autre personne, plus chanceuse rétrospectivement, pour pouvoir retrouver plus vite Edith Piaf l’attendant à New York. Parmi les passagers du vol F-BAZN parti d’Orly le 27 octobre 1949, se trouvaient aussi Ginette Neveu, jeune violoniste virtuose, des bergers basques qu’un contrat de travail attendait dans les grandes plaines de l’Ouest, une ouvrière alsacienne, un homme qui partait retrouver sa femme, au total 37 passagers et 11 membres d’équipage dont les destins brisés forment sous la plume de l’auteur une galaxie, une constellation, tel le nom de l’appareil conçu par Howard Hughes. Adrien Bosc les évoque tous, leur redonne une place, après une enquête minutieuse. Il alterne aussi avec le récit de la catastrophe, vu de l’intérieur, et l’enquête de l’organisme chargé de reconstituer le vol pour comprendre la tragédie.

« À l’issue de plusieurs heures de marche, ils atteignent l’appareil et rejoignent les secours dépêchés la veille sur l’île. Ils y découvrent sur près de vingt-cinq hectares un lieu de désolation enveloppé dans une chape de brouillard épais aux nappes humides et laiteuses. »
Une heureuse surprise que ce roman, dont le principal atout lorsque je l’ai choisi était qu’il ne semblait pas trop long. Tout de suite, son écriture m’a séduite, sa précision lorsqu’il s’agissait de décrire un enchaînement fatal de circonstances, sa poésie lors des évocations de paysages, son humanité pour dire les vies des quarante-huit personnes qui ont fini toutes au même moment, sur les flancs du mont Redondo, sur une île des Açores, mais pas celle où se trouvait l’aéroport… tout cela forme un ensemble qui fonctionne bien à mon avis, à la fois sans pathos et sans voyeurisme.

Constellation, d’Adrien Bosc, éditions Stock (2014), Grand Prix du roman de l’Académie Française, 198 pages, existe en Livre de Poche.

Autist Reading a pris plaisir à lire ce roman, Eva a aimé malgré quelques bémols, c’est un sans-faute pour Sev...

Publicités

26 commentaires sur « Adrien Bosc, Constellation »

  1. Je ne partage pas ta sérénité en avion, mais comme je ne le prends plus de toute façon, ce n’est pas très gênant 😉 Le roman ne m’attire pas vraiment, on verra s’il croise un jour ma route (mais il y en a tant d’autres qui l’encombrent déjà !!)

    J'aime

  2. Lire ton bille m’a permis de me rappeler du contenu, et de ces autres personnes autour de Cerdan. Je me disais alors : « mais pourquoi on ne retient que lui aujourd’hui, alors qu’il y avait’ la violoniste, un qui travaillait pour Disney aussi je crois… »
    Bon la réponse est simple, Cerdan était une star vivant avec Edith Piaf !

    J'aime

  3. Je suis content que tu aies passé un bon moment.
    Je n’en attendais pas grand-chose en l’attaquant et finalement, j’ai apprécié ce roman. J’aime les histoires où plusieurs personnes/personnages qui n’ont aucun point commun se retrouvent rassemblés en un endroit par le hasard pour vivre un événement commun.

    J'aime

    1. Au moins, dans ce cas, on n’a pas l’impression que l’auteur a réuni ces personnes de manière totalement arbitraire, puisque c’est le hasard qui l’a fait…

      J'aime

  4. Je l’avais aussi beaucoup apprécié, notamment la façon dont il s’empare de la thématique du destin et du hasard en parvenant à un traitement original et passionnant. Son 2ème roman parait à la rentrée, Capitaine, mais je ne l’ai pas encore lu.

    J'aime

  5. Je l’avais choisi, comme toi, un peu pour sa taille, et une envie d’aller vers un sujet autre que mes lectures habituelles … Et j’avais été très agréablement surprise, et j’avais beaucoup apprécié ce récit, l’évocation des autres personna&ges de l’avion et aussi une certaine fluidité élégante et sobre.

    J'aime

  6. J’en garde un souvenir très fort et pourtant à la lecture, je ne l’avais pas classé dans mes coups de coeur. Je crois qu’il m’a fallu un peu de temps pour l’apprécier à sa juste valeur.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s