Publié dans photographes du samedi

Photographe du samedi (48) William Wegman

Deuxième exposition phare des Rencontres d’Arles cette année, celle de William Wegman, exemples typiques de photographies mises en scène, comme vous pouvez le constater. Mise en scène ne veut pas dire travail avec des logiciels pour recomposer l’image, pas du tout, mais une longue préparation en amont, avant le cliché.
william_wegman1william_wegman3.jpgwilliam_wegman2.jpg
william_wegman5.jpg
L’idée en est venue au photographe lorsqu’il a eu un premier chien, qu’il a nommé Man Ray, et qui semblait beaucoup aimer prendre la pose devant son objectif. Les braques de Weimar sont des chiens d’arrêt, ce qui explique cette faculté à se tenir tranquille, même lorsqu’on arrange des vêtements autour de vous ou lorsqu’on vous propose des équilibres précaires… Man Ray a été suivi par d’autres chiens de même race, notamment Fay Ray, et ses descendants… qui ont toujours ce même regard, qu’il faut saisir.

william_wegman7.jpg
william_wegman9.jpg

William Wegman est né en 1943 dans le Massachusetts, où il a étudié la peinture. Son travail de photographe est très varié, même s’il est plus connu pour ces séries de portraits canins !
La plupart de ses photos sont des polaroids de grand format. Les chiens ne sont pas réellement habillés, les vêtements sont suspendus devant eux grâce à un collier, qui sert de cintre. Des mains parfois apparaissent, rendant l’identification chien/humain encore plus forte, parfois au contraire on aperçoit les pattes sagement posées entre les plis du vêtement, en clin d’œil au processus de fabrication de l’image.

Rencontres photographiques d’Arles Palais de l’Archevêché jusqu’au 23 septembre 2018.

Publicités

11 commentaires sur « Photographe du samedi (48) William Wegman »

  1. J’ai vu l’article de Télérama ; j’hésite devant ce genre de photos, je trouve ça bizarre comme démarche, mais il faut peut-être voir l’ensemble pour apprécier.

    J'aime

    1. Je ne trouve pas, mais c’est un peu comme l’art contemporain, on adhère ou pas… c’est sûr qu’on n’y sent pas la même urgence que dans du photo-reportage, c’est tout à fait autre chose.

      J'aime

  2. Bonjour Kathel, comme Aifelle, j’ai lu l’article sur Telerama. Je ne sais pas pourquoi, mais ces portraits de chiens me mettent mal à l’aise mais j’aime beaucoup la première photo avec les deux braques dans le cadre. Bonne journée.

    J'aime

    1. Je pense que les portraits habillés cherchent à interpeller, à déranger, et ça marche !
      Tiens, j’ai oublié de mentionner le titre de l’exposition : Le genre humain.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s