Publié dans bande dessinée, littérature France

Emmanuel Lepage, Ar-Men


armen« Gardien depuis dix-sept ans, et pourtant il semble surpris chaque fois de l’humidité glacée qui suinte des murs, été comme hiver… »
Bienvenue dans le domaine des phares de la pointe bretonne, de la tour de la Vieille au phare de l’île de Sein, de celui de Tévennec au plus lointain, le plus isolé, celui d’Ar-Men. Ils protègent les navires des nombreux récifs où ils se fracassaient avant leur construction. Maintenant automatisés, ils étaient le territoire de gardiens qui par roulement, venaient les occuper, les entretenir, les surveiller… Le narrateur de cette BD passe une vingtaine de jours avec le dernier gardien du phare d’Ar-Men, battu par les flots. Il raconte à sa fillette, en imagination, elle ne l’accompagne pas, bien sûr, les légendes bretonnes qui entourent la mer d’Iroise : l’Ankou à la barre d’un vaisseau fantôme, la légende d’Ys et de Gradlon… Il découvre aussi les écrits du premier gardien du phare et le récit de sa construction.

 

« N’ayant plus aucune raison de revenir sur l’île, je fais du phare mon royaume. »
J’avoue que je m’attendais à davantage de réalisme, à un style plus documentaire, comme celui de certaines pages de l’album. Je me serais fort bien contentée de l’histoire du dernier gardien d’Ar-Men, avec des retours sur l’histoire du phare, sur la construction et sur le récit du premier gardien… Pour moi, l’ensemble est un peu trop sombre, avec du très bon dans la partie documentaire, des aquarelles superbes, des couleurs et des transparences extraordinaires. Le récit de la construction du phare, dans sa situation isolée, sur un bout de rocher battu par les flots, et avec du ciment qui se désagrège à l’eau de mer, est saisissante !
Mais je suis assez peu sensible aux histoires fantastiques, et j’ai parcouru avec moins d’intérêt les récits de légendes bretonnes, ou l’évocation des fantômes du narrateur. Même le dessin me plaisait moins lorsqu’il faisait référence à l’imaginaire, avec ses couleurs brunes et jaunes, ses envolées fantasmagoriques, ses redondances. Ce n’est pas là un univers que j’aime.
Je suis sûre que cette BD plaira à de nombreux amateurs, mais il me faudra lire un autre des ouvrages d’Emmanuel Lepage pour être tout à fait convaincue par son talent.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ar-Men, L’enfer des enfers, d’Emmanuel Lepage, éditions Futuropolis (2017) 92 pages.

Un coup de cœur pour À propos de livres, une belle composition pour Brize. D’autres avis recensés aujourd’hui par Eimelle.

Lu pour l’opération #1Blog1BD qui reprend la sélection de BD choisies pour le grand prix du Festival d’Angoulême.

Publicités

41 commentaires sur « Emmanuel Lepage, Ar-Men »

  1. Je suis d’accord avec toi. Cette BD aurait eu plus de force je trouve sans l’accompagnement des légendes, surtout celle d’Ys (je n’ai pas trop compris sont intérêt). C’est la partie documentaire qui m’a le plus intéressée.

    J'aime

    1. Les parties documentaires sont passionnantes, et les dessins magnifiques… je découvre cet auteur et dessinateur de BD, je ne pense pas m’arrêter là. La partie sur Gradlon, etc, me faisait penser à des sagas nordiques, genre que je ne lirai jamais, surtout pas en BD (c’est trop sanglant !).

      Aimé par 1 personne

  2. Comme je suis d’accord. .. jai9lu cette BD que je trouvais très belle et je ne l’ai pas aimée exactement pour les mêmes raisons.

    J'aime

  3. Ah oui, effectivement, si le fantastique n’est pas ta tasse de thé, je peux comprendre que tu n’aies pas aimé toute une partie de la BD. Contrairement à toi, j’adore ce principe, donc je me suis régalée ! 😀

    J'aime

  4. tes bémols m’ont plus aussi, j’ai trouvé que cela participait vraiment à l’immersion « bretonne », mais je comprends ton resenti!

    J'aime

  5. J’ai été saisie par cet album, ses dessins, ses histoires, ses légendes. J’adore quand les récits s’entremêlent. Et je crois que cela reflète assez bien la réalité, avec comme une forme de superstition et/ou d’aura locale. Surtout dans un environnement aussi extrême.

    J'aime

    1. J’aime bien ton idée que l’environnement extrême incite à faire une place à ces superstitions… C’est ce que l’auteur a du ressentir sur place. Mais en tant que lecteur, on se prend à ces histoires, ou pas !

      J'aime

  6. J’ai beaucoup aimé son album sur Tchernobyl, je voudrais le relire, mais avec vos avis un peu mitigés, je choisirai peut-être un autre titre pour continuer.

    J'aime

  7. Je trouve que la manière dont l’auteur a croisé ses différents fils narratifs est habile (et j’aime bien le fantastique) … mais le résultat ne m’a pas plus convaincue que cela, alors que les dessins, oui !

    J'aime

  8. Je lirai sûrement cctte BD, j’aime la Bretagne, les phares, Emmanuel Lepage et son merveilleux dessin… Lundi dernier, j’ai regardé l’émission de Thalassa consacrée à la tempête, on y a vu les phares les plus célèbres de Bretagne, dont celui-ci, bien sûr.

    J'aime

  9. Kathel , lis absolument Retour à Tchernobyl ! Le dessin est toujours splendide et le sujet est très fort ( et basé sur une expérience personnelle de l’auteur, tout comme le Voyage aux Îles de la Désolation, somptueux…) . Bises !

    J'aime

  10. Les dessins ont l’air dingues, comme toujours chez cet auteur. J’espère être plus convaincue que toi par le récit, mais rien que pour les illustrations, je le lirai.
    Sinon, j’approuve celles qui te recommandent son album sur Tchernobyl, il devrait davantage te séduire.

    J'aime

  11. Je me souviens de la très belle BD de Chabouté sur le phare « Tout seul », presque sans paroles ! Tu l’as lue ?
    Sinon il y a des romans que j’avais lus pour le challenge Breton et qui sont terrifiants sur les phares, la solitude, l’enfermement et la folie : « Le gardien du feu » d’Anatole le Braz, « La tour d’amour » de Rachilde.
    Et Remorques de Roger Vercel parle aussi ( très bien ) de Ar-men

    J'aime

    1. Merci, Claudine, oui, j’ai lu et adoré Tout seul ! Il avait une formidable simplicité que je n’ai pas retrouvé ici… Les romans que tu cites m’intriguent, je vais voir ça…

      J'aime

  12. Décidément, elle a beaucoup été choisie celle-ci. Je pense que ma médiathèque en fera l’acquisition : je tenterai pour voir si le dessin suffit à m’emporter 🙂

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s