Publié dans littérature Amérique du Nord, projet 50 états, sorti en poche

Wallace Stegner, En lieu sûr

enlieusur« Nous avons commis des tas d’erreurs,mais jamais nous n’avons fait de croc-en-jambe pour gagner une place, ni pris un raccourci illicite lorsqu’aucun commissaire n’était en vue. »
Cela fait un bon moment que j’envisage de lire Wallace Stegner, mais suis freinée par la crainte de tomber sur un pavé austère que je peinerais à finir. La couverture de ce poche de la collection Totem m’a pourtant décidée à me lancer, et j’ai vraiment bien fait. Vous savez quoi ? Ce roman n’est tout d’abord pas un pavé, et n’a absolument rien de rébarbatif. Au contraire, j’ai pris un grand plaisir à sa lecture.

« Est-ce là la base de l’amitié ? Est-ce aussi réactif que ce la ? Ne répondons-nous qu’aux êtres qui paraissent nous trouver intéressants ? »
De quoi s’agit-il ? De l’amitié qui lie deux couples d’enseignants depuis qu’ils se sont rencontrés, fraîchement nommés à l’Université de Madison, dans le Wisconsin. Ils viennent de milieux forts différents, ont des parcours universitaires dissemblables, et pourtant sympathisent immédiatement. Les Lang sont plus aisés que les Brown, sans que cela produise de gêne entre eux, et ils se retrouvent bien souvent pour des étés dans le Vermont, dans la villa d’été des Lang. La vie passe, les sépare, les fait se revoir de temps à autres. Lorsque le livre commence, ils sont retraités, et se retrouvent dans le Vermont à la demande de Charity Brown qui, bien que très malade, a prévu dans les moindres détails des festivités de retrouvailles.

« Je soupçonne que ce qui agace tant les hédonistes chez les bourreaux de travail est que ces derniers, sans drogues ni débauches, s’amusent beaucoup plus. »

« Si j’avais tenu un journal, je serais en mesure de vérifier ce qu’il y a de plausible, mais de pas nécessairement exact dans ce que me rapporte ma mémoire. Mais tenir un journal à l’époque aurait été comme prendre des notes en descendant les chutes du Niagara dans un tonneau. Si peu mouvementée qu’elle fût, notre vie nous emportait. »
J’aurais pu vous copier encore plus de citations, l’écriture m’a séduite et plus encore toutes les réflexions, jamais plombantes, ni sentencieuses, égrenées par Larry, le narrateur. Bien que les deux couples soient nés dans les années 30, j’ai retrouvé certaines situations, certaines observations qui m’ont rappelé mon vécu, que ce soit lors des retours en arrière sur leur jeunesse, ou au cours des épisodes les plus récents de leur relation. C’est un superbe roman, centré sur une amitié, qui ne manque pas de péripéties et d’émotion profonde, et qui s’intéresse aussi à la nature et à la culture, à la littérature et à l’écriture, à la paternité et aux rapports familiaux. Bref, je suis ravie de l’avoir découvert. Maintenant, ma question aux spécialistes de l’auteur est celle-ci : par quel roman me conseilleriez-vous de continuer ?

En lieu sûr de Wallace Stegner, (Crossing to safety, 1987) éditions Gallmeister (2017) traduction de Eric Chédaille, 415 pages.

Repéré grâce à Dominique, Hélène, Luocine, Keisha et Nadège.
Projet 50 états, 50 romans : le Wisconsin.
USA Map Only

 

34 commentaires sur « Wallace Stegner, En lieu sûr »

  1. Je n’ai toujours pas lu cet auteur malgré les sollicitations appuyées de certaines blogueuses (suivez mon regard), mais la couverture de celui-ci pourrait bien me faire sauter le pas. (c’est mon côté futile).

    Aimé par 1 personne

  2. moi j’ai largement préféré « la montagne en sucre » celui-là m’a un peu agacé mais je m’en souviens bien.

    J'aime

  3. Même pas peur, j’arrive (les sarcastiques juste avant moi, ça va, là!^_^) Un de mes auteurs chouchous, alors par quoi continuer? Lettre pour le monde sauvage, en dernier car ça en dit trop sur la grosse montagne en sucre, sinon La vie obstinée c’est chouette; mais comme tous le sont…

    J'aime

  4. Moi aussi je suis curieuse de ce fameux Wallace Steigner, auteur chouchou de Keisha en plus mais j’ai toujours prétexté ma PAL pour reculer la découverte. J’avais une impression de pavé aussi.^^ Et puis par lequel commencer ? Mais tout comme toi, j’aurais été attiré par la couverture, elle est vraiment chouette ! Bon, je note ce titre qui t’a visiblement conquise.

    J'aime

    1. Ah non, la PAL, ce n’est pas un prétexte ! 🙂
      J’ai un peu choisi celui-ci au hasard pour commencer (le thème me parlait tout de même) et je regrette presque de l’avoir fini, les personnages étaient attachants.

      J'aime

  5. je ne sais pas si je suis de bons conseils car je n’ai pas énormément aimé ses romans les plus connus comme la Grosse montagne en sucre
    par contre j’ai été très émus par un roman plus réaliste : la vie obstinée , mais il y a aussi le roman qui m’avait fait connaitre l’auteur : vue cavalière

    J'aime

  6. Je me reconnais dans les préventions que tu évoques au début de ton billet , donc voila un titre qui pourrait très bien me convenir (et la couverture est chouette).

    J'aime

  7. Depuis le temps que je tente de résister …. Malgré les tentations de qui on sait … Là, je vais finir deux trois gros américains que j’ai sous le coude, et ma foi, je pense que je commencerai par le titre que tu présentes aujourd’hui ! On verra bien.

    J'aime

  8. Depuis que j’ai lu « La bonne grosse montagne de sucre », je sais que Wallace Stegner écrit des pavés mais passionnants. Et son style est parfois d’une beauté et d’un lyrisme qui font frissonner comme dans le livre précité : « Le moment est venu de songer à ce que sera notre séjour dans la basse-fosse et de faire ami-ami avec les rats et les araignées. ô belle dame sans merci, prends-tu donc plaisir à contempler dans la pénombre nos lèvres bleuies? »

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s