Raphaël Meyssan, Les damnés de la Commune, T. 1

damnesdelacommune« Je suis parti à sa recherche comme on part en voyage. J’ai bourlingué dans le temps, j’ai parcouru les rues pour retrouver sa trace, arpenté des livres pour rattraper sa vie. Au milieu des archives, j’ai cherché son histoire. »
Ce roman graphique, premier d’une série, ou au minimum d’un diptyque, est sous-titré « A la recherche de Lavalette ». Son point de départ est en effet la découverte faite par Raphaël Meyssan à la Bibliothèque Historique de la ville de Paris de la présence d’un communard, un certain Charles Lavalette, en 1870, précisément dans la rue où il habite. Il est donc son voisin, en quelque sorte, et cela lui donne envie d’en savoir plus. La deuxième idée consiste à ne rien dessiner, mais à numériser des gravures du XIXème siècle, extraites de journaux ou de livres illustrés, à les agrandir, les découper, les juxtaposer, en y ajoutant des bulles, pour leur faire raconter l’histoire du Sieur Lavalette.

« Mon mari avait quitté la maison depuis deux jours. Il était resté avec son bataillon. Il vient nous dire adieu. […] Il me demande de l’accompagner jusqu’aux fortifications de la barrière d’Italie.»
L’auteur découvre aussi le récit autobiographique de Victorine B., une parisienne d’un milieu populaire, femme d’un garde national, qui relate les aléas de sa vie de jeune femme, et les malheurs qui l’atteignent. Il est touché par ce témoignage et va en faire alterner le récit avec ses recherches sur Lavalette et la narration des événements politiques qui marquent les années de 1867 à 1871 (pour cette première partie).
J’ai trouvé formidablement réussis le découpage, la mise en page et l’utilisation de documents illustrés d’époque, ainsi que l’insertion de textes d’archives variés, et tout à fait passionnantes les recherches autour de son « voisin » et le récit de Victorine, qui mérite une compassion toute particulière.
Sans doute un historien ou un lecteur passionné par cette période n’y découvrira-t-il rien de vraiment nouveau, mais l’ensemble est cohérent, les illustrations donnent une idée de la vision des éditorialistes de ces années-là, et le texte contemporain réajuste cette vision à nos critères. Un très beau travail, dont je lirai volontiers la suite quand elle paraîtra.
damnesdelacommuneP2.jpg

Les damnés de la Commune, A la recherche de Lavalette, de Raphaël Meyssan, éditions Delcourt (2017) 145 pages

Sur le site de l’auteur, vous pouvez trouver les explications quant à la réalisation des planches

Cette BD a été repérée chez Jérôme et Page des libraires 

20 commentaires sur « Raphaël Meyssan, Les damnés de la Commune, T. 1 »

  1. Tout ce qui concerne la Commune m’intéresse ; je vais jeter un oeil en librairie, parce que je ne sais pas par contre si je vais adhérer aux illustrations.

    J'aime

    1. Je ne suis pas trop au courant des autres BD sur cette époque, mais je vais me renseigner ! En roman, ça pourrait m’intéresser aussi.

      J'aime

  2. J’étais emballée quand je l’ai vu à la librairie lors de sa parution, feuilletée, refeuilletée, très intéressée par le principe des documents d’époque, et finalement non, j’ai trouvé les pages lourdes, je ne suis pas du tout entrée dans ce roman graphique. Je verrai pour une seconde tentative s’il arrive à la biblio.

    J'aime

    1. Je trouve que les variétés de cadrages, de taille des cases, allègent très agréablement la BD. Et le sujet est passionnant.

      J'aime

  3. J’ai adoré la démarche, le boulot incroyable demandé pour arriver à un tel résultat et la dimension historique parfaitement respectée. Une réussite totale selon moi.

    J'aime

    1. Je vais aussi essayer d’en lire un peu plus, c’est une manière efficace, puisque visuelle, d’entrer dans une époque, un univers.

      J'aime

  4. Je ne m’y penche pas maintenant sinon, je me connais, je vais lire le premier et pas les suivants. J’attends. Esthétiquement, ça a l’air superbe!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.