lectures du mois·littérature Amérique du Nord·littérature Europe du Nord·littérature France

Lectures du mois (14) août 2017

Pour un mois d’été torride, et des neurones qui craignent la surchauffe, rien ne vaut un mélange de romans scandinaves et de polars !

demainsanstoiBaird Harper, Demain sans toi, Grasset, août 2017
La littérature américaine réserve souvent de bonnes surprises, ce roman ne me laissera aucun souvenir si ce n’est celui d’un malaise et d’une sensation générale de superflu. Des auteurs comme T.C. Boyle ou Russell Banks excellent à décrire la « white trash », la classe pauvre américaine des campagnes et des petites villes, tout en la rendant attachante. Dans ce roman, je n’ai eu l’impression que d’une succession de situations sordides alignées les unes derrière les autres. Je n’ai vu aucun bon côté aux personnages, ni à leurs actions. Certains aimeront sans doute cette noirceur poussée à l’extrême, je n’y ai pas vu d’intérêt, et l’écriture n’a pas réussi à me retenir non plus. Par contre, la construction, sous forme de nouvelles qui semblent indépendantes, est judicieuse, et aurait pu être le moteur central de ma lecture, si la médiocrité des personnages n’avait pas été aussi exagérée.

touslesdemonssonticiCraig Johnson, Tous les démons sont ici, Gallmeister, 2015.
Cela commence par un transfert pénitentiaire, qui pourrait être simple, mais que Walter Longmire ne sent pas trop bien, avec une tempête qui approche sur les Appalaches. Le détenu principal est un personnage des plus dangereux, ce qui donne une scène déjà digne d’un dénouement de thriller dès les premiers chapitres. Le roman va monter crescendo, transformant ce transport en véritable odyssée avec quelques scènes d’anthologie et toujours un mélange réjouissant de nature, d’humour et de vieux mythes indiens. Un plaisir à ne pas bouder !

La lecture d’Athalie

septiemerencontreHerbjorg Wassmo, La septième rencontre, éditions 10/18, 2009
Retour à une auteure déjà lue, et aimée, avec Cent ans ou Le livre de Dina. Ici, deux personnages principaux : Rut, une fillette sur son île du nord, puis une jeune étudiante, puis une femme artiste peintre et Gorm, fils de bourgeois et commerçant. Les deux se rencontrent plusieurs fois, d’où le titre, semblent avoir tout pour se plaire… mais à chaque fois, quelque chose les empêche d’aller plus loin. Le style très reconnaissable d’Herbjorg Wassmo m’a tenue en haleine, les personnages sont attachants, les faits souvent durs à encaisser. Rarement un chapitre de roman m’aura mise en colère comme celle que j’ai ressentie au moment où les habitants de l’île reprochent des faits imaginaires au malheureux frère de Rut.
Pourquoi pas le titre à conseiller pour découvrir cette grande dame norvégienne, surtout si le thème de l’art vous intéresse ?

Le billet de Cécile.

bottessuedoisesHenning Mankell, Les bottes suédoises, éditions du Seuil, août 2016
Frank Wellin vit une retraite solitaire sur une île de la Baltique, lorsqu’une nuit, il échappe de justesse à l’incendie de sa maison. Il a tout perdu, seules lui restent une unique botte et la caravane de sa fille, et de plus, il est soupçonné d’avoir lui-même incendié son domicile. Mais Frank n’est pas du genre à se laisser accuser sans réagir. J’ai retrouvé avec plaisir les personnages et les paysages des « Chaussures italiennes ». Une écriture fluide et de la sympathie pour personnage principal, malgré son côté « ours du nord », voilà une lecture des plus agréables, mais un peu trop rapide !

L’avis d’Antigone.

quandsortlarecluseFred Vargas, Quand sort la recluse, Flammarion, mai 2017
Encore une valeur sûre, et des retrouvailles, cette fois avec le commissaire Adamsberg. À peine revenu d’Islande, où l’avait conduit sa dernière enquête, il débrouille très rapidement l’affaire pour laquelle on l’avait rappelé grâce à son intuition phénoménale ! L’occasion pour l’auteur de refaire prendre connaissance de l’équipe au complet. Un des adjoints d’Adamsberg se passionne pour des morts accidentelles dans le sud de la France, où deux hommes âgés ont été piqués par des araignées recluses. De recherches tous azimuts en consultations de spécialistes ou en rencontre bien opportunes, l’enquête devient une enquête pour meurtre. On la croit débrouillée au milieu du roman, mais il n’est pas facile d’affirmer une quelconque culpabilité, de plus un membre de l’équipe se comporte bizarrement. Bref, impossible à résumer, reposant sur des ficelles un peu grosses et des invraisemblances qui le sont encore plus, et pourtant, c’est toujours une parfaite lecture d’été, et un régal !

Le billet de Papillon.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

29 réflexions au sujet de « Lectures du mois (14) août 2017 »

  1. Je n’ai lu que le Mankell ; le Wassmo me tente et je crois avoir réservé « la recluse » à la bibliothèque (j’ai fait un tel trafic à la bibliothèque cet été que je ne sais plus très bien où j’en suis).

    J'aime

    1. J’imagine la pile de livres en attente à ton nom, et les bibliothécaires qui soupirent… 😉 L’autre soir, nous mangions avec des amis, et bien, presque tout le monde avait lu « Quand sort la recluse », c’est le livre de l’été !

      J'aime

  2. Merci pour le lien, j’ai beaucoup aimé cet épisode des aventures de Walt, c’est un bon cru, comme le Vargas. Je suis une adepte des deux séries, même si parfois, il y a des baisses de régime, je veux savoir ce que deviennent les personnages … Je note le Wassmo, une auteure que je veux retrouver après Cent ans et le cycle de Dina.

    J'aime

    1. J’ai mis du temps à sortir ce roman de l’auteure norvégienne de ma PAL, je crois même l’avoir commencé une autre fois, et j’ai finalement beaucoup apprécié cette lecture.

      J'aime

  3. Je suis justement en train de lire un livre de Graig Johnson avec son personnage récurrent. Ce qui me frappe c’est la façon irrationnelle ou plutôt pas cartésienne de construire le récit. Mais j’aime beaucoup cette description d’une société américaine qui semble bien loin de nous.
    Et puis, bien sûr, Wassmo et Mankell , les incontournables !
    Par contre je suis un peu lassée de Vargas qui me paraît un peu répétitive !

    J'aime

    1. Un microcosme américain bien particulier, effectivement ! On se demande seulement comment autant de fait-divers sanglants peuvent se dérouler avec aussi peu d’habitants ! 🙂
      Quant à Vargas, je ne m’en suis pas encore lassée, j’aime bien sa manière d’utiliser des éléments historiques, ou scientifiques, ou encore des légendes, dans ses romans…

      J'aime

    1. Il me semble me souvenir que tu avais beaucoup aimé « Cent ans » ou son dernier « Ces instants-là ». Dans « La septième rencontre », on retrouve quelques-uns de ses motifs récurrents, et son style…

      J'aime

  4. Toujours pas lu Vargas, Wassmo ne m’avait pas convaincue il y a quelques années, et je suis en retard dans mes lectures de Walt! Pas trop de temps malheureusement pour lire autant que je voudrais! Ceci dit,je viens d’enchaîner plusieurs supers lectures (la série s’arrête manifestement avec ma lecture actuelle cependant)…alors je ne vais pas trop me plaindre non plus!

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s