William Boyd, L’attente de l’aube

attentedelaubeL’auteur
Vous connaissez William Boyd, sans doute par ses romans des années 90 comme Un anglais sous les tropiques, Brazzaville plage ou L’après-midi bleu, trames romanesques sur fond de colonialisme… Le William Boyd des dernières années s’est lancé dans des genres différents, la biographie imaginaire (Les mille et unes vies d’Amory Clay), l’espionnage au féminin (La vie aux aguets) le thème de l’identité (Orages ordinaires), ce dernier étant de loin mon préféré, tant il brasse de sujets et pose de questions. Vous aurez compris qu’un roman de William Boyd dans ma pile à lire s’apparente à une valeur sûre !


« 
Elle le salua et s’en alla d’un pas nonchalant, dans un balancement de sa longue jupe. Elle lui lança un regard en fermant la porte derrière elle et Lysander eut une vision de ces étranges yeux noisette, marron très clair. Pareils à ceux d’un lion se dit-il. Mais elle s’appelait Miss Bull. Mademoiselle Taureau. »
Dans L’attente de l’aube, William Boyd mélange avec bonheur les débuts de la psychanalyse à Vienne, une histoire d’amour, la première guerre mondiale, le milieu du théâtre londonien et une affaire d’espionnage. Et ce n’est pas mal réussi, parce qu’il fait tenir le tout sur un nombre de personnages somme toute assez limité, sur un temps assez court, et en suivant une chronologie précise. L’écriture fait le reste, le roman se déroule de manière fluide et agréable, sans temps morts. Le personnage de Lysander Rief, outre son prénom des plus originaux, est de ceux que l’on aime suivre, on peut anticiper ses choix, surveiller ses émois amoureux ou s’intéresser à son travail d’acteur.


« Il avait complètement oublié que Mesure pour Mesure – cette pièce étrange sur la lubricité et la pureté, la corruption morale et la vertu – se déroulait à Vienne, ce qui lui rappela de mauvais souvenirs, de la ville et de ce qu’il y avait récemment vécu. »
Le roman se passe juste avant la première guerre mondiale, et pendant la guerre, de 1913 à 1915, de Vienne à Londres, en passant par Genève, en quatre parties un peu inégales, toutefois. Selon l’humeur, on peut préférer l’évocation de Vienne et la psychanalyse ou celle de la première guerre mondiale, ou l’imagination de l’auteur quand il nous fait suivre des rebondissements autour d’une sombre histoire d’espionnage où le héros se trouve embarqué malgré lui.

Vienne et la psychanalyse
La première partie se passe à Vienne, et c’est aussi celle aussi que j’ai préférée, ce qui, vous l’admettrez, est un peu dommage, et empêche d’aimer complètement un livre. Cela m’a rappelé d’autres romans qui m’avaient beaucoup plu,
Le tabac Tresniek de Robert Seethaler ou La justice de l’inconscient de Frank Tallis, et donné envie de retourner à Vienne, dans un roman, très rapidement !
Quant à ce roman de William Boyd, ce n’est pas son meilleur, mais rien de rédhibitoire !

L’attente de l’aube (Waiting for sunrise, 2012) éditions Points (2013) traduit de l’anglais par Christiane Besse, 441 pages
L’avis d’Ariane

Objectif PAL 2017 : ce livre dormait sur mes étagères depuis six mois ou plus ! (le groupe qui vide sa pile à lire se trouve ici)

logo_objpal

Enregistrer

44 commentaires sur « William Boyd, L’attente de l’aube »

  1. Une valeur sûre, que j’aime beaucoup et depuis longtemps. Pas son meilleur, mais tellement bien quand même!

    J'aime

  2. Je n’ai pas du tout aimé ce roman. Je me souviens de m’être ennuyée . J’ai bien aimé « Orages Ordinaires » et  » La vie aux Aguets » . Je dis cela pour dire que ce n’est pas l’auteur que je n’apprécie pas mais ce roman que j’ai trouvé mal construit avec des personnages auxquels je n’ai pas réussi à m’intéresser.

    J'aime

    1. Je n’irais pas jusqu’à le trouver mal construit, mais je comprends qu’on puisse ne pas trop s’attacher aux personnages… Quant à Orages ordinaires, il est vraiment bluffant !

      J'aime

  3. Effectivement, j’ai lu tous les William Boyd dont tu parles des années 1990, et bien d’autres, mais je n’ai rien lu de lui depuis une paye 🙂 Il faut que je m’y remette.

    J'aime

    1. J’ai été contente de retrouver William Boyd il y a quelques années, et s’il s’est renouvelé, sa plume n’a pas perdu en vivacité.

      J'aime

  4. Je l’ai lu mais j’en ai peu de souvenirs. D’ailleurs, je n’ai pas réussi à écrire un billet à son sujet . Comme toi, j’ai adoré Orages ordinaires, une histoire magistrale.

    J'aime

  5. Je l’ai dans la PAL grâce à un swap. Je garde en tête que ce n’est pas son meilleur histoire de ne pas m’en faire trop d’attentes 🙂

    J'aime

  6. Ça me plaît bien Vienne et la psychanalyse, mais j’ai depuis déjà un bout de temps « Orages ordinaires » dans ma PAL, faudrait que je m’y colle, il me plaira aussi je crois…

    J'aime

  7. Un auteur qui ne m’a jamais vraiment tentée, malgré tout le bien qu’on dit de ses romans et son côté valeur sûre, mais peut-être que ses dernières oeuvres me correspondraient plus. Je me note Orages ordinaires. A étudier de plus près.:-)

    J'aime

    1. Toi qui aimes bien voyager, plusieurs de ses romans pourraient te plaire ! Souvent ils se passent dans plusieurs pays… l’auteur a beaucoup voyagé, je crois.

      J'aime

  8. William Boyd je n’ai pas encore eu l’occasion de lire un de ses ouvrages. Je note sur ma petite liste. Merci à toi et bon après midi 🙂

    J'aime

  9. Un Boyd, ça ne se refuse pas ! J’ai encore en tête mon plaisir à la lecture de Orages Ordinaires, vraiment très réussi !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.