Auður Ava Ólafsdóttir, Le rouge vif de la rhubarbe

rougevifdelarhubarbe

Avant de vous emmener en Islande, je vous souhaite tout d’abord une belle année 2017, que vos lectures, entre autres menus plaisirs, vous apportent joie et sérénité !

« – La plupart des gens oublient de regarder ce qui relie les choses entre elles. La lacune ou l’intervalle, ça compte aussi.
– Tu veux dire que ce n’est pas seulement ce qui se passe qui a de l’importance, mais aussi ce qui ne se passe pas. »

Cette citation évoque au mieux ce court roman, le premier de l’auteure islandaise. Ce doit être ce qui est dit entre les mots qui est important, je dis « ce doit être » parce que je ne suis pas sûre d’avoir parfaitement tout saisi, mais j’ai pris plaisir à ce que j’ai lu, même au premier degré, comme les phrases venaient…

Avant Rosa candida
Le roman contient déjà ce qui va faire le charme des suivants, et que j’ai beaucoup aimé lors de mes premières lectures : un personnage pas gâté par la vie, mais plein de ressources, un entourage qui est loin d’être banal, des ambitions d’aller voir plus loin, ailleurs. Dans L’embellie, une jeune femme part faire un tour d’Islande, dans Rosa Candida, un jeune homme s’envole pour un pays plus clément, dans Le rouge vif de la rhubarbe, une adolescente handicapée projette d’escalader une montagne…

« Là, au soixante-sixième degré de latitude nord et à deux cents mètres au-dessus du niveau de la mer, la rhubarbe atteignait soixante centimètres en août, mois privilégié pour sa récolte dans l’île. Une hauteur suffisante pour dissimuler deux corps nus étendus de tout leur long. »
C’est à cet endroit qu’Agustina a été conçue. Un père marin vite reparti, une mère toujours à l’étranger à étudier la migration des animaux des tropiques, la petite est laissée à Nina, qui, entre confitures et tricots, s’en occupe fort bien. Mais Agustina ne suit jamais le droit chemin, au sens propre comme au figuré.
Tout est attachant dans ce roman, un peu léger, aérien et poétique aussi. Il faut accepter le style et se laisser porter, tout en sachant que ce ne sont là que les prémices de l’univers de l’auteure.

Amusant
Comme dans La valse de Valeyri, le village voit arriver une chef de chœur. Cela semble être particulier à l’Islande, de faire venir, même de loin, des chefs de chœur itinérants qui dirigent une saison ou deux la chorale locale…

Le rouge vif de la rhubarbe (Upphaekuð jörð, 1998) chez Zulma (2016) traduit de l’islandais par Catherine Eyjolfsson, 156 pages
L’avis d’Hélène.

 

Enregistrer

47 commentaires sur « Auður Ava Ólafsdóttir, Le rouge vif de la rhubarbe »

  1. Je l’ai sur ma table de chevet. Je l’ai ouvert et reposé. Je n’arrivais pas à me plonger dans l’histoire. Mais je vais retenter.

    J’aime

    1. Justement, il faut plonger dedans sans trop se poser de questions ! 🙂 Ce n’est pas mon préféré mais il possède déjà son ton bien particulier…

      J’aime

  2. Merci à toi pour cette année passée en ta compagnie , j’aime te lire et ta façon de nous presenter tes livres choisis
    Je te souhaite une très bonne année 2017 , une bonne santé et encore beaucoup de lectures à partager ..
    bises

    J’aime

  3. Voilà un joli titre pour commencer mon carnet de l’année, ma boite à idée
    Excellent année 2017 à toi avec un maximum de belles lectures, de belles photos

    J’aime

  4. J’ai du mal à lire cet auteur. J’ai l’impression d’être un peu seule dans ce cas… mais ça arrrive ;). En tous les cas je te souhaite une très belle année de lecture en 2017 !!

    J’aime

    1. Oui, ça m’arrive même souvent ! 😉 Je te souhaite de très belles lectures, et des envies retrouvées de bloguer pour la nouvelle année !

      J’aime

  5. J’avais abandonné « L’embellie » pas convaincue par l’histoire, et pareil pour Rosa Candida…Je ne crois pas retenter l’expérience avec ce livre! Pourtant l’histoire aurait tout pour me plaire!

    J’aime

  6. Bonne année à toi, Kathel ! Ce livre est aussi dans ma PAL et je devine les changements que tu mijotais dans la forme de ton billet, c’est chouette.

    J’aime

  7. Oui, des changements, c’est bien de se laisser aller!
    Pas sûr que je le lise, je ne sens pas l’enthousiasme, et déjà rosa Candida c’était bien sans plus

    J’aime

    1. Si tu n’as déjà pas trop aimé Rosa Candida, tu ne seras sans doute pas cliente pour celui-ci… à tenter en bibli, sinon ! Ce n’est pas un coup de coeur pour moi, mais dans la bonne moyenne ! 😉

      J’aime

  8. Très bonne année 2017 Kathel, avec plein de découvertes livresques et autres .. Pourquoi pas cette lecture, même si je n’aime pas trop le principe de remonter dans le temps pour les parutions de romans. J’ai aimé les deux que j’ai lu d’elle.

    J’aime

    1. Merci Aifelle, je te souhaite aussi une très belle année, de belles balades et des lectures épatantes ! Je comprends bien, pour ce roman, mais je n’ai pas pu y résister ! 😉

      J’aime

  9. Ooooh, un roman islandais! Comme je veux aller en Islande, je note avec empressement. Et j’en profite pour te souhaiter une belle année!

    J’aime

    1. Merci Karine, que l’année soit belle pour toi aussi ! L’Islande, c’est un beau projet. De la même auteure, si tu ne les as pas lus, je te conseillerais plutôt L’embellie ou L’exception…

      J’aime

  10. J’avais été un peu déçue par L’embellie, du coup celui-ci n’était pas dans mes priorités… même si j’aime beaucoup le titre. Et je te souhaite une très belle année 2017, riche en découvertes, livresques ou pas !

    J’aime

  11. Que 2017 t’apporte le bo heur et plein de lectures nouvelles à partager . Les Islandais sont très très forts pour les silences .

    J’aime

    1. Merci, Luocine. Je retrouve un peu le goût de partager mes lectures, pourvu que ça dure !
      Bonne année, pleine de belles découvertes.

      J’aime

  12. Je deviens de plus en plus fan de littérature nordique (et islandaise en particulier) alors autant te dire qu’il a tout pour me plaire.

    J’aime

    1. Un soupçon trop poétique pour moi, mais j’ai apprécié le dépaysement et les personnages. Bonne année à toi aussi et de belles découvertes !

      J’aime

  13. Si je n’ai pas apprécié de la même façon tous les romans de cette auteur, son univers me séduit à chaque fois ! Ce titre m’est encore à découvrir.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.