deuxième chance·littérature Amérique du Nord·projet 50 états

Larry McMurtry, Duane est dépressif

duaneestdepressifLa simplicité serait désormais le facteur primordial de sa vie. Aussi loin qu’il s’en souvenait, il avait passé ses journées à patauger dans des endroits encombrés et à chercher de l’air. Sa maison, son bureau, son pick-up contenaient une surabondance d’objets.
Duane a soixante-deux ans. Mari, père et grand-père, directeur de sa propre société, cela lui fait peut-être trop de responsabilités, puisqu’il décide un beau jour, non de fuir tout cela, mais d’abandonner ce qui pour des Texans est aussi vital que l’air, son pick-up ! Il ne va plus désormais se déplacer qu’à pied, qu’elle que soit la distance à parcourir. Son épouse Karla en est persuadée, soit il veut divorcer, soit il fait une dépression. Mais rien ni personne ne vient à bout de l’obstination de Duane, qui trouve enfin le moyen de respirer et d’avancer à son rythme, de se poser des questions qu’il ne trouvait pas le temps d’aborder. Il faut dire que sa famille, très américaine, peut aussi se classer parmi les familles dysfonctionnelles. Duane trouve aussi le moyen de laisser ainsi ses enfants se prendre en charge eux-mêmes.
Voilà l’essentiel à savoir avant de se cheminer aux côtés de Duane, et de voir comment va évoluer la situation. Humour et nature writing, roman psychologique et familial forment un sympathique, quoique parfois émouvant, mélange. L’écriture fluide fait avaler facilement les 570 pages et les personnages farfelus, les rebondissements et les dialogues savoureux y sont pour beaucoup aussi. Un moment de lecture très agréable, qu’il me sera permis de poursuivre un jour ou l’autre avec Duane est amoureux !

Extrait : Babe aussi avait entendu parler du comportement étrange de Duane, mais elle avait l’impression qu’il ne fallait jamais juger trop vite dès qu’il s’agissait de Duane et Karla. On avait prédit la mort de leur mariage de nombreuses fois et tout le monde s’y mettait, mais nombre de ces oiseaux de mauvais augure étaient aujourd’hui morts et enterrés, et Duane et Karla étaient encore mariés.


L’auteur : Né au Texas en 1936, Larry McMurtry est un romancier, essayiste et scénariste américain. Son premier roman, Horseman, Pass By a reçu un excellent accueil critique et public en 1961. Plusieurs romans suivent, dont six ont été adaptés à l’écran. En 1988, Larry McMurtry a ouvert, à Archer City où il vit, l’une des plus grandes librairies indépendantes des États-Unis. Son roman Lonesome Dove a obtenu le prix Pulitzer en 1986 avant d’être adapté pour la télévision. Il a écrit le scénario de Brokeback Mountain avec Diana Ossana et ils ont remporté en 2006 l’Oscar du meilleur scénario adapté.
571 pages.
Éditeur : 10/18 (mars 2015)
Paru aux Etats-Unis en 1999.
Traduction :
Sophie Aslanides
Titre original : Duane’s depressed

 

deuxieme_chance_logoCe roman est le premier à inaugurer la catégorie « Deuxième chance » où je retrouve un auteur dont j’avais abandonné, ou pas du tout aimé, un roman, et qui cette fois, trouve grâce à mes yeux ! Je n’avais donc pas du tout accroché au Saloon des derniers mots doux, son dernier roman paru en France, et j’ai pu apprécier cette fois l’originalité et la fantaisie de l’auteur.

Repéré chez Keisha.

J’ai parcouru le Texas pour le projet 50 romans, 50 états, et j’ai participé au Mois américain de Titine.
USA Map Only moisamericain2

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

45 réflexions au sujet de « Larry McMurtry, Duane est dépressif »

  1. Bon, alors, cet auteur et moi, c’est Lonesome Dove (coup de coeur), La dernière séance et Texasville (avec Duane, mais avant (recommandé!), je n’ai pas lu duane est amoureux, j’ai l’impression que ça va être un peu ridicule comme histoire, mais bon, tu me diras, si tu le lis.
    Quant au saloon des derniers mots doux, ce fut un abandon, comme quoi l’auteur ne me plait pas à chaque fois.
    Mais je te recommande chaudement les quatre qui m’ont plu. ^_^
    Ah oui, j’ai adoré Duane est dépressif!
    Un auteur qui méritait pleinement une deuxième chance!

    J'aime

    1. J’avais mal démarré avec Le saloon des derniers mots doux… qui m’a carrément ennuyée, et je vois que toi aussi ! Mon deuxième essai sera peut-être pour Lonesome dove, j’en lis tellement de bien !

      J'aime

  2. Je n’ai jamais lu cet auteur …aïe…J’aime beaucoup la couverture, mais moins le titre. Malgré ton avis, je ne pense pas que ce soit un livre pour moi.

    J'aime

    1. Et avec la suite, Duane est amoureux, on a l’impression d’une bluette ou d’un roman où seul l’humour serait le fil conducteur… C’est un peu plus profond tout de même (sans être Proust ou Balzac !)

      J'aime

  3. Il ne faut parfois pas grand-chose pour retrouver le vrai goût des choses… Renoncer à la technologie et aux objets dont tout le monde se sert parce qu’ils font le côté pratique du quotidien parait toujours étrange. Aujourd’hui, je vois bien que ne pas avoir de téléphone portable c’est comme jadis remettre en cause l’existence de Dieu !!

    Aimé par 1 personne

    1. 🙂
      Il faut voir comment Duane est considéré lorsqu’il décide d’aller à pied ! Bon, il se passe tout de même autre chose dans le roman… mais je n’en dis pas trop, à mon habitude.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s