littérature Amérique du Nord·projet 50 états

Glenn Taylor, Un homme loyal

unhommeloyalIls suivirent les sentiers tracés par les pieds de ceux qui, avant eux, avaient emprunté les mêmes itinéraires. De la maison à l’église, puis à la salle de réunions, puis à l’orée des bois, et retour à la maison. Ces gens accomplirent de bonnes choses, de vraies choses. Ils bâtirent avec leurs mains. Ils prirent racine.

Au début du roman, j’ai noté de nombreux passages comme celui-ci, qui correspondaient tout à fait au genre de concision, de netteté dans l’écriture que j’adore chez certains auteurs, américains ou non. Qui plus est, l’histoire est belle, et exemplaire…
Lassé de travailler pour les autres, tourmenté par les discriminations qu’il voit autour de lui, Loyal Ledford, ancien marine, décide de monter sa propre entreprise de fabrication de billes (d’où la couverture du roman, et le titre d’origine) dans une vallée reculée, où sa famille possédait des terres. Il propose à un de ses camarades de travail de le rejoindre avec femme et enfants. Ce sera le début d’une communauté, qui va s’étoffer, créer ses structures autour de l’usine et d’une église, s’adjoindre de nouveaux individus, lutter contre le racisme ambiant, se serrer tant et plus les coudes.
Il y a dans ce roman de beaux passages, des scènes qui restent en mémoire, mais l’impression très favorable générée par le style s’estompe un peu au fur et à mesure de la lecture. Un certain manque de rythme à partir de la moitié du roman m’a gênée, et je me suis demandé si c’était pour mieux renouer avec une certaine tension vers la fin. Oui, dans une certaine mesure, mais un peu tard, à mon avis.
La fidélité aux idéaux, la transmission entre générations, l’utopie sont des thèmes intéressants. L’idée de la création notamment d’une communauté mixte aux États-Unis en 1948 est formidable en elle-même, et est à l’origine de belles scènes d’amitié et de fraternité, sans que l’auteur n’en fasse trop, restant toujours sur une sobriété qui finalement, combinée au grand nombre de personnages, dessert peut-être un peu son propos.
J’aurais aimé adorer ce roman, je l’ai aimé, en me focalisant malheureusement plus sur ses défauts que ses qualités. Mais il n’est pas exclus que cela soit seulement un sentiment personnel, et que d’autres ne le partageront absolument pas !

Citations : Ledford voulait féliciter Mack pour la grossesse de son épouse, mais il n’en fit rien. Après un bref silence gêné, ils échangèrent un signe de tête, puis chacun reprit son travail.

En descendant les marches du parvis, il s’arrêta. Il se retourna pour regarder le clocher. Il était grand et mince, il crevait le ciel comme un couteau, en attendant que quelque chose en tombe.

L’auteur : Glenn Taylor est né en 1975 en Virginie Occidentale. Il enseigne dans une Université proche de Chicago. Son premier roman paru en 2009, La ballade de Gueule-Tranchée, a été finaliste du National Book Critics Circle Award 2009. Son troisième roman Pendaison à Cinder Bottom est paru chez Grasset en mai 2016. Glenn Taylor sera présent au Festival America du 9 au 11 septembre.
Logo-America454 pages.
Éditions Points (2014)
Paru aux Etats-Unis en 2010
Traduction : Brice Matthieussent
Titre original : The Marrowbone Marble Company

Les avis de Clara et Sharon, plus positifs que le mien.

 

Projet 50 romans 50 états : la Virginie Occidentale (la page du projet…)

Première lecture pour le Mois américain, dont voici la page

USA Map Only mois-amc3a9ricain

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

20 réflexions au sujet de « Glenn Taylor, Un homme loyal »

  1. Clara était mal réveillée 😉 Ça pourrait tout-à-fait m’arriver à moi aussi ce genre d’étourderie … mais là, je suis sûre que je ne l’ai pas lu et tes bémols me font clairement hésiter.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s