bande dessinée·littérature Europe du Sud

Giorgia Marras, Munch avant Munch

munch
« On ne peut plus peindre des intérieurs avec des hommes qui lisent et des femmes qui tricotent. On peindra des êtres vivants qui respirent et qui sentent, qui souffrent et qui aiment. »
Nous sommes à Oslo aux environs de 1880. Le jeune Edvard Munch se partage entre une famille rigide et puritaine, et des amis artistes comme lui. Les soirées sont arrosées, les jeunes bohèmes se lancent dans des discussions sans fin. Edvard commence à faire parler de lui, et à exposer des œuvres que les norvégiens bien-pensants, à la recherche de jolis tableaux pour leurs salons chics, considèrent avec mépris.
Cette bande dessinée de l’auteure italienne Giorgia Marras est inspirée des journaux, notes et carnets de Munch. Les 1300 pages lui ont donné énormément de matière, et on sent qu’elle s’est profondément attachée au peintre et à son mal-être permanent.
Si j’ai beaucoup apprécié ce que les citations choisies, les moments vécus,  et leur mise en images apprennent sur le peintre norvégien, je suis restée un peu dubitative quant au dessin et à l’adéquation entre le texte et le dessin. Sans doute ce trait un peu trop sage convient-il bien au Munch coincé dans sa famille stricte, mais un peu moins au jeune homme qui fréquente les cafés, qui voyage, qui tombe amoureux. Un autre léger bémol est que trop de personnages apparaissent, qu’on n’identifie pas forcément tout de suite, mais fort heureusement une galerie de portraits est présente à la fin du livre ; elle présente sur une dizaine de pages une biographie de tous les personnages rencontrés, la vie et les œuvres de Munch, les lieux où il a vécu. C’est un complément très utile, pour qui veut mieux connaître le peintre.
J’ai beaucoup aimé les planches de paysages, de lieux où Munch est passé, l’ambiance des années de la fin du XIXème siècle est vraiment bien rendue.
Au final, j’ai lu cette BD avec intérêt et curiosité, mais en n’étant que partiellement touchée par les choix d’illustration. J’admets pourtant que c’est un beau travail pour un début, Giorgia Marras est une jeune auteure pleine de promesses !
munch_plancheMunch_planche2
L’auteure : Giorgia Marras est née à Gênes en Italie, en 1988. Elle a étudié le design graphique et les arts plastiques à Gênes et à Paris. En 2013, elle a été accueillie en résidence au centre d’art contemporain de Linz pour réaliser un projet de bande dessinée : ce sera son premier album,
Munch avant Munch, publié pour les 150 ans de la naissance du peintre. En résidence à Angoulême, elle travaille à un nouvel album, Sisi, sur l’impératrice d’Autriche.
120 pages.
Éditions Steinkis (2016)
Traduction : Marie Giudicelli
Paru en Italie en 2014
Préface d’Ester Armanino

 

tous les livres sur Babelio.com
Advertisements

22 réflexions au sujet de « Giorgia Marras, Munch avant Munch »

  1. Je te rejoins sur le côté un peu trop sage des dessins, ça ne me parle pas trop au premier regard par contre pour ce qui est de l’histoire de Munch, ça m’intéresse beaucoup, c’est un peintre qui me touche.
    Merci pour le partage!

    J'aime

    1. Tu as raison, mes attentes étaient sans doute un peu trop grandes, c’est son premier opus, et en ce qui concerne le texte et le déroulé, il est plutôt abouti.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s