littérature îles britanniques

Angela Huth, Les filles de Hallows Farm

fillesdehallowsfarmCe n’est pas tout à fait une découverte que cette auteure, puisque j’ai lu il y a quelques mois Mentir n’est pas trahir, mais dans une période où j’avais du mal à chroniquer mes lectures, le billet est donc resté à l’état larvaire ! Toutefois j’avais bien apprécié ma lecture, sinon je n’y serais pas revenue. L’histoire de cette lecture (sautez au paragraphe suivant si je vous casse les pieds) est un peu compliquée par le fait que j’ai trouvé Souviens-toi de Hallows Farm dans une braderie de livres, et me rendant compte qu’il s’agissait d’une suite, j’ai été obligée d’acheter le premier ! J’aurais pu l’emprunter en bibliothèque, mais outre le fait qu’un roman qui a presque vingt ans n’est pas au mieux de sa forme quand il a été beaucoup prêté, j’ai découvert cette édition que je ne connaissais pas et qui, à part son prix, présente beaucoup de qualités : jolie couverture, marque-page assorti, format agréable… Sauf, ce qui m’a grandement étonnée, quelques coquilles, dont une vraiment superbe : « Elle fêla rapidement la coquille de son neuf et regarda les filles. » page 67.
Mais passons à mon avis ! Les filles de Hallows Farm sont trois volontaires envoyées pour suppléer au départ des ouvriers agricoles dans une ferme du Dorset en octobre 1941. Stella, Ag et Prue ne se connaissent pas, et arrivent en même temps dans l’exploitation agricole des Lawrence : Mr et Mrs Lawrence, leur fils Joe, qui n’a pas été appelé sous les drapeaux pour cause d’asthme, ainsi que Ratty, un ouvrier plus âgé. Les trois filles viennent de milieux différents, ont des caractères que tout oppose, c’est un peu la loi du genre, à la limite du cliché, et pourtant ça fonctionne très bien.
L’auteur parvient à rendre les situations singulièrement réalistes. Les scènes des travaux des champs deviennent sous sa plume très vivantes, ou amusantes comme la chasse aux rats ou la soirée dansante, mais chaque scène, qu’elle soit domestique ou agricole, chaque moment de réflexion d’une des jeunes filles, tout est aussi soigné, et plein d’une acuité psychologique peu commune. Car c’est là le second point attrayant du roman, une force pour se mettre dans la peau, pour s’adapter au tempérament de chacun et chacune, qui fait que les pages tournent sans qu’on s’en rende compte.
Une, que dis-je, plusieurs histoires d’amour, ou simplement des rencontres amoureuses, vont prendre place au fil des pages, c’est la guerre, et pourquoi attendre ou tergiverser lorsqu’une bombe peut, d’une minute à l’autre, être larguée juste à l’endroit où vous vous trouvez ?
Ma question à la fin de ma lecture a été : mais pourquoi n’ai-je pas lu ce roman plus tôt ? Il attendait sans doute son heure pour me séduire, mission tout à fait accomplie !

 

Citations : Une rencontre peut ressembler à une noyade. Dans les instants qui la précèdent, on peut revoir toute une vie en un éclair.

D’après sa brève expérience, la plupart de ses « amours » avaient été des inventions de son imagination optimiste. Ses sentiments, si avide de s’adresser à quelqu’un, s’étaient souvent – par manque de choix – adressés à la mauvaise personne. Elle attribuait à l’objet de son amour les qualités qu’exigeaient si clairement son esprit. Derrière l’image ainsi créée, la vérité, quand elle éclatait, causait bien des dépressions dans son cœur.

Ratty avait observé quelques instants leurs jeunes et frais visages, pleins de l’espèce d’émerveillement qui ne s’émousse jamais devant les flammes, et un million de regrets non formulés s’étaient accumulés mystérieusement dans sa poitrine tandis que les martinets se rassemblaient dans le ciel. Que regrettait-il ? Ratty n’avait pas voulu s’interroger trop avant : cela avait quelque chose à voir avec les occasions manquées, les amours avortées, la jeunesse gaspillée.

L’auteure : Née en 1938, à Londres, Angela quitte l’école à seize ans pour peindre et part étudier l’art en France et en Italie. A dix-huit ans, elle voyage à travers les Etats-Unis, et à son retour travaille avec divers magazines et journaux. Dans les années 1960, elle présente des programmes sur la BBC. Elle a publié des recueils de nouvelles et des romans, des pièces de théâtre, ainsi que des pièces pour la radio et la télévision. Ses romans traduits sont parus aux éditions Quai Voltaire. Elle est mariée à l’historien James Howard-Johnston depuis 1978.
443 pages.
Éditions : Quai Voltaire (1997) Petite Quai Voltaire (2015)
Traduction : Christiane Armandet et Anne Bruneau
Titre original : Land girls

D’autres avis chez Choupynette ou Theoma… Le mois anglais, c’est chez Lou et Cryssilda.
logo_mois_anglais2

Advertisements

40 réflexions au sujet de « Angela Huth, Les filles de Hallows Farm »

  1. Ce roman compte parmi mes préférés de l’auteure, et il m’a même très touchée affectivement parlant – en clair, je crois bien me souvenir que j’ai pleuré en le lisant ! 😉

    J'aime

  2. Je ne connais pas cette auteur et ne suis pas complètement sûre qu’elle soit dans mes cordes… l’amour, les champs, tout ça….
    Il date de quand à l’origine ce roman ?

    J'aime

  3. Je l’ai depuis un moment dans ma PAL, c’est une auteure que j’ai envie de découvrir, d’ailleurs je l’ai aperçue à St Maur en poche mais j’avais déjà une belle collection de dédicaces dans mon sac…

    J'aime

  4. Je n’ai pas réussi à la lire pour le mois anglais mais je vais essayer de me rattraper cet été avec le roman qui est dans ma PAL. Magnifique la coquille, ça valait quand même le coup de le souligner !

    J'aime

  5. Pas pu être au rendez-vous, dommage, car j’étais très motivée ! J’avais hésité entre celui que tu as lu et Tendres silences, le choix s’étant fait pour ce dernier qui est déjà dans ma PAL, mais je me demande de plus en plus, en lisant les avis, si je ne devrais pas lire plutôt opté pour ton roman…

    J'aime

  6. Mais… je connais cette histoire. En fait, je suis sûre d’avoir vu un film qui s’est inspiré de ce roman.
    Après recherche sur internet , je l’ai retrouvé : Trois anglaises en campagne
    « Three young women from very different walks of life join the women’s land army during World War II and are sent to work together on a farm in Dorset and the experience changes their lives forever.
    Director: David Leland
    Writers: Angela Huth (novel), Keith Dewhurst |
    Stars: Catherine McCormack, Rachel Weisz, Anna Friel …

    J'aime

  7. Celui-ci est mon préféré de l’auteure. J’aime bcp sa finesse de l’écriture et la profonde psychologie avec laquelle elle aborde ses personnages.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s