Julie Moulin, Jupe et pantalon

jupeetpantalonMirabelle écarte ses orteils. Elle n’est pas d’accord. Elle veut leur montrer, à ces petites pointures, ce qu’on a dans le mollet. Malgré une nuit passée debout à bercer des enfants, nous pouvons encore fouler de jour la moquette de ce bureau avec détermination…
Jupe et pantalon devrait plutôt, si cela sonnait bien, avoir pour titre Pantalon et jupe pour respecter l’ordre des deux parties du roman, aussi différentes que complémentaires l’une à l’autre. Dans la première, ce sont Marguerite et Mirabelle qui prennent la parole, qui interpellent Brice et Boris, ou Babette, ou Camille. Qui sont-ils ? Que font-elles ? Marguerite et Mirabelle, depuis la petite enfance, soutiennent A., la guident dans ses déplacements, la portent, subissent blessures et lésions… Ce sont en effet les jambes de A., et les autres personnages sont ses bras, ses fesses et son cerveau. Mais arrive un moment dans la vie de cette jeune femme pressée, débordée, où ses membres se rebellent et refusent de répondre à ses sollicitations.
Elle se dirige lentement vers l’évier, vide le fond de sa tasse et ce qui lui restait d’estime de soi.
La deuxième partie se place alors du point de vue d’Agathe, victime de stress professionnel et familial : un mari, deux jeunes enfants, une maison, un travail prenant, mais un moment arrive où être à la hauteur partout devient trop lourd à porter. Et son corps se révolte, et elle se voit obligée de « l’écouter », comme le le sens commun le conseille bien souvent !
Chaque lecteur aura sans doute une légère préférence pour une partie ou une autre du roman, je les ai pour ma part trouvé bien complémentaires. L’auteure a donné la parole à Agathe juste lorsque je commençais à sentir un peu les limites de la première partie. L’humour s’allie à l’originalité, la finesse de l’observation à l’inventivité pour faire de ce roman une très agréable lecture, qui sort des sentiers battus, et parlera à toutes et tous, wonderwomen ou non ! Sous des abords plaisants, ce texte montre, sans démontrer, que le féminisme a encore bien des combats à mener, que ce soit dans le monde du travail, dans la ville ou dans l’espace domestique. Et qu’il ne faut pas attendre que son corps déclare forfait pour souffler un peu !

L’auteure : Née en 1979, Julie Moulin a passé enfance et adolescence en banlieue parisienne avant de rejoindre Paris pour des études. Passionnée par la Russie, elle a beaucoup voyagé en Europe de l’est, dans le Caucase et en Asie Centrale. Elle vit avec mari et enfants près de la frontière suisse. Jupe et Pantalon est son premier roman.
300 pages.
Éditeur : Alma (2016)

Repéré grâce à Eimelle, Leiloona, Miss Leo, Sabine et Séverine.

40 commentaires sur « Julie Moulin, Jupe et pantalon »

  1. Oh mais c’est tout changé par ici ! (j’aime bien) Ce premier roman semble bien intéressant, je vais voir à la bibli !

    J’aime

  2. J’aime bien l’idée d’alterner les narrateurs, et de prendre les parties de son corps !
    et j’aime beaucoup le nettoyage de printemps 😉

    J’aime

    1. Je savais à quoi m’attendre pour la première partie, mais ça a fonctionné tout de même… Nous attendons ton billet !

      J’aime

  3. A voir s’il est à la biblio mais sans urgence. Vu les commentaires, j’ai compris que le début pouvait être déroutant.

    J’aime

  4. Très vrai ce que tu dis, effectivement les chroniques montrent toujours une préférence pour l’une et l’autre partie. J’ai largement préféré la seconde car la première était compliquée pour mon esprit de moineau ! 😛

    J’aime

    1. Pfff, un esprit de moineau, tu rigoles ! J’ai plutôt préféré la première, mais point trop n’en faut, la seconde arrivait au bon moment !

      J’aime

Les commentaires sont fermés.