photographes du samedi

Photographe du samedi (34) Shadi Ghadirian

Pour ce samedi, je vous propose de faire connaissance avec une photographe iranienne. Je l’ai découverte à la bibliothèque de la Part-Dieu qui propose très souvent des expositions intéressantes.
Shadi-Ghadirian3Shadi-Ghadirian4.jpgShadi-Ghadirian2.jpg
Shadi Ghadirian est iranienne et féministe, ce qui l’oblige à contourner toutes les contraintes pour traiter le sujet qui l’intéresse, sans se voir carrément interdire. Et ces conditions difficiles ont plutôt stimulé son imagination. La première série, intitulée Qajar (du nom de l’époque), présente des portraits photographiques à la manière du XIXème siècle, assortis d’objets contemporains, et qui montrent une société que les lois islamiques obligent à rester figée… quoique…
Les autres séries sont aussi très parlantes, je vous laisse apprécier.
Shadi-Ghadirian5Shadi-Ghadirian6Shadi-Ghadirian7Shadi-Ghadirian8.jpg
Shadi Ghadirian est née à Téhéran en 1974. Elle enseigne la photographie et travaille pour le musée de la photographie de sa ville natale. Elle commence son travail à partir de 1998. Elle a déjà exposé à Londres, Paris, Damas, Los Angeles, Bruxelles, Rome, Téhéran… entre autres.
photo-accueil

L’exposition dure jusqu’au 9 janvier 2016, à la Bibliothèque de la Part-Dieu, Lyon 3ème. Elle est gratuite, ne la manquez pas ! Et sinon, vous pouvez voir l’exposition en ligne sur le site de la bibliothèque. Les photographes du samedi sont parmi ces pages et également chez Choco qui en est l’initiatrice.

 

Publicités

20 réflexions au sujet de « Photographe du samedi (34) Shadi Ghadirian »

    1. Après il faut que je lise le livre que tu as conseillée récemment. Tiens, la bibliothèque aurait dû présenter une bibliographie avec cette expo… ou je ne l’ai pas vue ?

      J'aime

  1. L’espace de liberté que donne la photo, c’est incroyable! Cela n’a l’air de rien au premier abord mais ensuite, quand on regarde l’image, quelle audace! Le sang sur les chaussures de l’homme, les objets de guerre avec les peluches d’enfant ou parmi les fruits, l’emprisonnement de la femme, son conditionnement! Très fort!

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s