photographes du samedi

Photographe du samedi (32) Stephen Shore


Avec un certain recul (pour ne pas dire retard !) sur l’événement, je m’intéresse aujourd’hui à Stephen Shore, un photographe mis à l’honneur aux Rencontres Photographiques d’Arles 2015. Les États-Unis, encore et toujours sujet de prédilection pour de nombreux photographes, ce qui n’empêche pas de reconnaître le style de chacun, ou presque !

stephen_shore1stephen_shore2stephen_shore4stephen_shore3
Stephen Shore, photographe américain, est né en 1947 à New York. Il côtoie Andy Warhol de 1965 à 1967, et photographie en noir et blanc le New York underground de ces années-là, notamment du groupe Velvet Underground de Lou Reed.
stephen_shoreV2stephen_shoreV1
Il sillonne ensuite les États-Unis, et les représente par des clichés en couleur, par exemple dans ses séries Uncommon Places ou American Surfaces.
Il déclare ne pas vouloir photographier
« d’instants décisifs », contrairement à Henri Cartier-Bresson qui avait forgé cette expression pour désigner certaines rencontres visuelles.
Stephen Shore s’intéresse plus à la banalité des lieux qu’il photographie.
stephen_shore5stephen_shore7

Stephen Shore, Beverly Blvd and La Brea Ave. Los Angeles, California, 1975

stephen_shore11

stephen_shore9

D’autres photographes en suivant ce lien et aussi chez Choco.

 

Publicités

17 réflexions au sujet de « Photographe du samedi (32) Stephen Shore »

    1. Nous venons à Paris début décembre, ce sera trop tard pour Photoquai… Dommage, il y a des photographes qui m’auraient plu. Je ferais bien un billet sur Daesung Lee… Mais tu l’avais peut-être prévu ?

      J'aime

      1. Je n’ai rien prévu pour le moment, il faut que je recherche les photos sur internet parce que je n’en ai pas pris beaucoup et elles ne sont pas fameuses (temps très couvert et gris et grosse fatigue !). Mes préférés sont deux Russes et une Géorgienne je crois. Surtout fais ce que tu as prévu, je ne vais pas être rapide et je ne ferai pas tout, loin de là.

        J'aime

  1. J’adore les photos couleurs (les bagnoles américaines, les enseignes, les motels, les pompes à essence…) L’Amérique profonde ! On dirait qu’il y a une esthétique de la « ligne claire » tant cela se lit aisément.

    J'aime

  2. Je suis beaucoup plus sensible à ses photos N& B qu’aux autres, qui manque un peu pour moi de mise en scène finalement, (sauf celle vraiment superbe qui est avant dernière, je ne sais pas si c’est le coucher de soleil, la lumière, mais j’adore cette ambiance).

    J'aime

    1. La lumière est très belle dans l’avant-dernière… je les aime toutes, justement à cause de leur absence de mise en scène. C’est totalement à l’opposé de Gregory Crewdson, par exemple.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s