littérature Amérique du Nord·projet 50 états·rentrée automne 2015

Lori Roy, De si parfaites épouses

desiparfaites

1958. « Desperate housewives » de la fin des années 50, Julia, Grace et Malina vivent chacune dans leur proprette maison d’Adler Avenue, quartier blanc ouvrier de Detroit. Les maris travaillent à l’usine, rentrent à l’heure pour profiter de leur pelouse et du bon repas maison qui les attend, sauf le jour de la paye où ils rentrent un peu plus tard… Les journées se passent en coiffure, courses, ménages et préparations de gâteaux pour les ventes de charité, jusqu’au jour où Elizabeth, une jeune fille un peu attardée qui vit avec son vieux père, disparaît en rentrant chez elle. Très vite vont apparaître lézardes et fissures dans les façades si nettes… Car violence et racisme voisinent avec des douleurs plus intimes.
Avec un univers qui rappelle celui de Richard Yates (La fenêtre panoramique, Un été à Cold Spring) l’auteure vise un peu plus le domaine du roman policier, mais se plaît surtout à détailler les comportements, à ausculter les petites défaillances et les blessures secrètes. Le roman se lit bien, ne laisse de côté aucun personnage, appuie bien là où ça fait mal… C’est suite à sa lecture que j’ai cherché des photos de Detroit en 1958 et suis tombée sur le photographe Bill Rauhauser, et les correspondances entre le roman et les images sont nombreuses et très intéressantes. Je ne regrette pas du tout cette incursion dans le Michigan des années 50.

Extrait : Au cours de l’année écoulée, ces voisins-là ont parlé, certains plus fort que d’autres. Ils n’ont pas tant peur des Noirs qui vivent dans ces appartements que de la possibilité de voir l’un d’eux acheter une maison et y emménager. Ça, ça marquerait un changement durable. Leur vie ne serait plus jamais aussi belle, plus jamais la même. Ils doivent se serrer les coudes. Si l’un d’eux tombe, ils tomberont tous.

Rentrée littéraire 2015
L’auteure :
Lori Roy est née et a grandi au Kansas. Elle vit avec sa famille en Floride. Elle est l’auteur de Bent Road (Le Masque, 2013), prix du meilleur premier roman policier Edgar Award.
350 pages
Éditeur : Le Masque (août 2015)
Traduction : Valérie Bourgeois
Titre original : Until she comes home

L’avis (tout récent) de Marie-Claude.

Advertisements

29 réflexions au sujet de « Lori Roy, De si parfaites épouses »

  1. Le début de ton premier paragraphe me rappelle la communauté de « Edward aux mains d’argent », avant qu’Edward ne débarque mettre un peu le bazar dans ce paysage bien propret…

    J'aime

  2. J’ai lu des avis mitigés sur les sites anglophones. Beaucoup parlent d’ennui? Du coup j’hésite, ça ne me parait pas palpitant mais peut-être que je tenterai le coup à la bibliothèque…

    J'aime

    1. Je comprends qu’on puisse parler d’ennui, si on s’attend à un roman policier, voire à un thriller… ce qu’il n’est absolument pas. Un roman noir, oui, avec des points de vue multiples, et une grande part donnée à la psychologie des personnages. Mais je n’aime pas trop les romans français qui auscultent nos petits travers de banlieusards, les américains n’adorent peut-être pas non plus regarder leurs propres défauts.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s