conseils de lecture

Conseils de lecture (12) L’animal qui est en nous

C’est l’inénarrable François Morel qui m’a donné l’idée de cette liste de lecture. Son roman que je n’ai pas encore lu, mais qui me plairait bien, s’intitule « Meuh ! ». Il est édité aux éditions des Belles Lettres, et constitue l’autobiographie d’un jeune homme qui s’est transformé en vache.
J’ai pensé à Truismes de Marie Darrieussecq, que je n’ai pas lu non plus. L’avez-vous lu et qu’en avez-vous pensé ?
Il y a aussi, bien sûr, le classique et incontournable : La métamorphose de Kafka.

meuh  truismes  metamorphose

Connaissez-vous d’autres romans ou nouvelles sur l’animalité, où un humain se transforme en animal, en gardant conscience de son passé humain, ce qui est probablement plus intéressant, ou alors sans souvenir ? Ou bien un roman où la frontière entre l’humain et l’animal est brouillée ? Peut-être aussi un texte où c’est un animal qui devient humain ?

Je prendrai note avec plaisir de vos suggestions !
Valentyne et ses enfants proposent :
Le loup-garou de Boris Vian,
Instinct de Vincent Villeminot
Billy the cat de Stéphane Colman et Stephen Desberg.
Véronique va lire bientôt La peau de l’ours de Joy Sorman, et nous donner son avis, bien sûr !

loup-garou  instinct  billy-the-cat-bd-volume-1-simple-4215  peau de l'ours
Mango garde un souvenir très fort de L’âne d’or d’Apulée.
Anne pense à L’homme à l’envers, de Fred Vargas, peut-être pas tout à fait dans le sujet, mais peut-être pas si éloigné non plus…
Bibliothèque de Bracieux ajoute Lady, ma chienne de vie de Melvin Burgess, un roman pour ado dérangeant.
Ce qui m’évoque Cœur de chien de Mikhail Boulgakov.
Val conseille Comme une bête de Joy Sorman.

anedor  hommealenvers  ladymavie  coeurdechien Commeunebete
Brize déborde d’idées : – Rhinocéros de Ionesco (chouette, du théâtre !)
Demain les chiens de Clifford D. Simak
L’île du Dr Moreau de H. G. Wells
La planète des singes de Pierre Boulle
Un animal doué de raison de Robert Merle
Le propre de l’homme de Robert Merle aussi.

rhinoceros  demainleschiens  l'ile du dr moreau  planetedessinges  unanimaldoue  Propredelhomme
Hélène propose Anima de Wadji Mouawad.
Claudialucia pense à La Bête et la Belle de Thierry Jonquet, et la mythologie grecque, qui ne manque pas de transformations de ce genre.
Anis suggère Les animaux dénaturés de Vercors.
Booknaping conseille Mémoires de la jungle de Tristan Garcia.

anima  beteetbelle  animauxdenatures  memoiresdelajungle
Bibliothèque de Bracieux ajoute des romans jeunesse
Aldabra la tortue qui aimait Shakespeare de S. Gandolfi
J’étais un rat de Philip Pullman
Jérémy Cheval de Pierre-Marie Beaude
Le rêve du cachalot de Alexis Brocas.
aldabara  J_etais_un_rat  jeremy_cheval  Impression

Merci à tous pour ces excellentes idées !
Quant aux Conseils de lecture plus anciens, suivez cette piste pour les retrouver !

Advertisements

37 réflexions au sujet de « Conseils de lecture (12) L’animal qui est en nous »

  1. Après Kafka, je garde aussi le souvenir très vif d’Apulée et de son Âne d’or mais sans doute parce que je l’ai découvert à l’occasion d’un concours! J’ai bien envie de le relire, d’ailleurs. Il m’avait fait beaucoup d’effet. Il y a des passages très lestes et j’étais encore très jeune! 🙂 Sinon j’en rencontre tous les soirs en lisant les livres pour très jeunes enfants qui fourmillent de ce genre de métamorphoses, ce que je n’apprécie pas particulièrement, contrairement à ma petite auditrice!

    J'aime

  2. Dans les classiques, on a « Rhinocéros », pièce de théâtre de Ionesco.
    Pour « Truismes », je l’ai lu l’année dernière et ça ne m’avait pas déplu.

    Dans le domaine de la science-fiction, on trouvera des titres correspondant à ce brouillage des frontières que tu évoques entre l’humain et l’animal, avec entre autres des classiques comme :
    – Demain les chiens, d’Isaac Asimov
    – L’île du docteur Moreau, de H.G. Wells
    – La planète de singes, de Pierre Boulle
    Ou encore ces deux romans moins connus (et que j’aime énormément), de Robert Merle
    – Un animal doué de raison (sur les dauphins)
    – Le Propre de l’homme (là, il est question d’un chimpanzé)

    J'aime

      1. Hé oui, quasiment tout ce que propose Brize, je l’ai lu..; Je suis d’accord avec elle, c’est du passionnant!
        (quoi, un commentaire de la bibliothèque de Bracieux; on s’approche de chez moi, là)

        J'aime

  3. L’incontournable pour moi à ce sujet reste « Anima » de Mouawad, dans lequel chaque chapitre est raconté par un animal différent ! Du grand art ! Sinon j’adore « Ma famille et autres animaux » ; « Une année à la campagne » ; « Le koala tueur » ;
    Côté bd : Simon’cat tome 1 Une calamité de chat ; Le fond du bocal ; Le vent dans les saules tome 1 Le bois sauvage ;

    J'aime

    1. Oui, Anima est une excellente idée, les narrateurs y sont des animaux, c’est cela… d’où une humanisation certaine. Je le note !
      J’adore aussi Ma famille et autres animaux et Le koala tueur, mais là, il ne s’agit plus trop de brouiller les frontières, animaux et humains restent à leur place, si l’on peut dire, non ?

      J'aime

  4. Bonjour,
    quelques autres titres en jeunesse toujours….

    Aldabra la tortue qui aimait Shakespeare de S. Gandolfi. Une grand-mère se transforme peu à peu en tortue, sous le regard de sa petite fille, pour ne pas mourir.

    J’étais un rat Philip pullman
    Là c’est un jeune garçon qui a eu une autre vie sous la forme d’un rat. Pas facile de se retrouver en humain.

    Jérémy Cheval Pierre-Marie Beaude
    Jérémy se transforme en cheval, et part avec un troupeau de chevaux sauvages.

    Et peut-être Le rêve du cachalot de Alexis Brocas. Dans ce très court roman on ne sait pas si l’héroïne est cette femme trop forte qui vit dans un monde exigu..ou un cachalot si heureux dans ce monde marin. On passe de l’un à l’autre.

    J'aime

  5. Je crois que personne n’a encore cité « Mémoires de la jungle » de Tristan Garcia, où le narrateur est un chimpanzé : son récit est un mélange de réflexions profondes, d’onomatopées instinctives… un très beau texte, qui souligne la difficulté de situer une limite entre l’homme et le singe. 🙂

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s