Gerald Durrell, Ma famille et autres animaux

 

mafamilleetautresL’auteur : Gerald Durrell (1925-1995) est un célèbre naturaliste et écrivain britannique, fondateur de la Durrell Wildlife Conservation et du zoo de Jersey. Il est le frère cadet de l’écrivain Lawrence Durrell.
Premier volet de la trilogie de Corfou.
393 pages
Editeur : La Table Ronde (2014)
Paru en 1956

A la fin des années 30, la famille Durrell, à l’initiative de Lawrence, l’aîné, décide de s’installer sous le soleil de la Méditerranée, à Corfou. La mère a bien du mérite avec ses quatre enfants, tous animés de passions diverses et variées : Larry pour la littérature, Leslie pour la chasse, Margo, la seule fille, pour les vêtements et les petits amis, et le cadet, Gerry ne s’intéresse qu’aux animaux, petites et grosses bêtes n’ont aucun secret pour lui.
Je connaissais déjà le naturaliste par ses témoignages à la recherche d’animaux rares, tel les savoureux La forêt ivre ou Le aye-aye et moi. Aussi la sortie de cette trilogie en semi-poche n’a-t-elle pas manqué d’attirer mon attention, les couvertures étant en plus particulièrement attrayantes ! Le premier est vite arrivé sur ma table de chevet, et les autres suivront sans doute. Ce récit est en effet vraiment délicieux. L’auteur avait décidé de relater en détail ses découvertes de naturaliste amateur de douze ans lors de ce premier séjour, mais ses frères et sœur, sa mère, les nombreux voisins et amis de passage se sont invités dans le récit, au grand plaisir du lecteur : quel brochette de caractères, authentiques ou plus fantasques !
L’art de raconter est une merveille dans ce texte, que ce soient les critères de choix des différentes maisons occupées, les tentatives de donner une éducation classique à Gerry, les expéditions zoologiques, les dialogues entre membres de la famille, et surtout les scènes cocasses occasionnées par la présence d’un véritable zoo miniature entre les murs ! Un véritable rayon de soleil !

Extraits : – Je vous demande un peu ! N’est-il pas insensé que les générations futures soient privées de mon oeuvre simplement parce qu’un idiot aux mains calleuses a attaché cette bête puante près de ma fenêtre ? dit Larry.

– Cette maison est un enfer, je vous assure. Il n’est pas un coin qui ne fourmille de bêtes malintentionnées prêtes à se jeter sur vous. Un geste aussi simple, aussi inoffensif que celui d’allumer une cigarette est plein de risques. D’abord, j’ai été attaqué par un scorpion, une bête hideuse qui a répandu du venin et des petits partout. Puis ma chambre a été saccagée par des pies. Maintenant il y a des serpents dans la baignoire et des bandes d’albatros volent autour de la maison avec des bruits pareils à ceux d’une tuyauterie défectueuse.
– Larry, mon chéri, tu exagères, dit Mère souriant vaguement aux invités.

J’aimerais rendre un hommage particulier à ma mère, à qui ce livre est dédié. Tel un Noé plein de douceur, enthousiaste et compréhensif, elle a su gouverner son navire plein d’une étrange progéniture à travers les orages de la vie avec une grande habilité, sous la menace d’une mutinerie toujours possible, et au milieu de dangereux écueils (fonds en baisse et extravagances diverses), sans être jamais certaine que sa conduite serait approuvée par l’équipage, mais convaincue qu’on lui reprocherait tout ce qui tournerait mal. Il est miraculeux qu’elle ait survécu au voyage, mais elle s’en est pourtant tirée et, qui plus est, avec sa raison plus ou moins intacte. Comme mon frère Larry me le fait à juste titre observer : nous pouvons être fiers de la façon dont nous l’avons élevée : elle nous fait honneur .

Lu et approuvé par Choco, Hélène, Keisha, Mango et Val.

 

32 commentaires sur « Gerald Durrell, Ma famille et autres animaux »

    1. C’est vraiment une lecture agréable, un doux mélange de comédie familiale et de nature writing méditerranéen !

      J'aime

    1. C’est un auteur que j’ai découvert grâce à Keisha, il me semble… J’avais adoré « Le aye-aye et moi »

      J'aime

  1. Moi aussi j’adore ce livre, je l’ai chez moi et je sais que je vais avoir le sourire en lisant n’importe quelle page 🙂 (et j’adore tous les livres de Gerald Durrell !)

    J'aime

  2. Je ne suis pas aussi enthousiaste, je l’ai trouvé un peu longuet. Mais il donne le sourire, c’est vrai.

    J'aime

    1. Aucun livre n’est indispensable… mais il faut avouer que cela nous fait plaisir de nous constituer une liste d’incontournables à lire.

      J'aime

  3. Ensuite j’ai ratissé tous les bouquins du Durrell (y compris en vO) (j’adore ce type!)

    J'aime

    1. Je n’en suis pas encore à lire Durrell en VO… les tentations en VO sont nombreuses aussi, mais ça demande plus de temps !

      J'aime

  4. Je lis ton billet en diagonale parce que je viens juste de le finir ! Je réserve mon billet pour le « Mois anglais » de Cryssilda.

    J'aime

    1. Ah, c’est une bonne idée de le garder pour le mois anglais… mais je ne vais pas y participer, par faute de temps.

      J'aime

    1. J’ai lu un ou deux livres de Lawrence Durrell mais il y a fort longtemps… En tout cas, dépeint par son petit frère, c’est un sacré personnage !

      J'aime

  5. A priori les livre sur les animaux ne sont pas ma tasse de thé, ceci dit j’aime assez l’idée d’une famille un peu fantasque, surtout sur les rivages méditerranéens et encore plus dans les années 1930’….

    J'aime

    1. Les animaux sont un peu un fil conducteurs, et l’occasion de quelques scènes hautes en couleurs… mais il n’y a pas de descriptions interminables…

      J'aime

Les commentaires sont fermés.