littérature France·policier·rentrée hiver 2014

Françoise Guérin, Les enfants de la dernière pluie

enfants-de-la-dernière-pluieL’auteur : Lyonnaise, Françoise Guérin s’est d’abord initiée à l’écriture radiophonique, avant de publier trois recueils de nouvelles. À la vue, à la mort a reçu le Prix Cognac du Festival du Film Policier en 2007 et le prix Jean-Zay des lycéens.On lui doit aussi Un dimanche au bord de l’autre (2009), Quatre carnages et un enterrement (2012), Cherche jeunes filles à croquer (2012).
333 pages
Editions du Masque (mars 2014)

C’est toujours agréable de retrouver un auteur aux Quais du Polar pour une petite conversation et une sympathique dédicace, le tout suivi d’un fort bon moment de lecture ! Après les deux premiers volets, A la vue, à la mort et Cherche jeunes filles à croquer, voici donc les retrouvailles avec Eric Lanester et son équipe, pour une enquête dans le cadre bien particulier d’un hôpital psychiatrique, celui-là même où est soigné le frère de Lanester (et non pas où il est enfermé !). Un patient défenestré sous ses yeux, et ce par un infirmier qui se suicide ensuite, voilà une affaire pour lui… Quoique son rôle étant de dresser le profil des coupables, et l’auteur des faits étant connu, cela semblerait devoir s’arrêter là. Mais cet endroit recèle bien des parts d’ombre…
L’évocation du monde de l’hôpital psychiatrique m’a parue bien plus exacte et véridique que celle imaginée par Johan Theorin dans
Froid mortel, qui m’avait semblé moins réaliste, sans parler de Shutter island qui se passe dans les années 50 et donc en est bien éloigné aussi…
Toutefois l’aspect historique existe aussi dans Les enfants de la dernière pluie (bien joli titre !) avec une plongée dans la psychiatrie au temps de la grande guerre. Cette enquête de Lanester donne toujours une part importante à la psychologie des personnages et c’est ce qui fait sa force. La construction et les rebondissements laissent peu de temps au lecteur pour reposer le livre, la suite l’appelle toujours de façon urgente, et voici un livre qui se dévore en deux jours ! Des dialogues qui sonnent juste, la curiosité éveillée pour des domaines tels que les soins en psychiatrie, l’architecture des hôpitaux, tout fonctionne bien, mais c’est surtout Lanester qui rend cette série attachante, tant les bagages qu’il traîne avec lui, que son manque de certitudes assorti de fulgurances subites. Un enquêteur qui a une belle épaisseur !

Extrait : Depuis toujours, je me fie à ce qui me traverse, lorsque je suis sur une affaire. Même quand j’ai du mal à voir où ça ma mène, je suis attentif aux associations incongrues qui me viennent ou à ce qui m’obsède, en marge de l’enquête. Cela finit toujours par me conduire quelque part, vers un savoir jusque là inconscient mais qui, au final, s’avère décisif. Sauf que, depuis quelques mois, mon esprit est encombré de trop de choses pour que je puisse me fier vraiment à ce que, parfois, mes hommes qualifient d’élucubrations.

Lu aussi par Clara.

Advertisements

26 réflexions au sujet de « Françoise Guérin, Les enfants de la dernière pluie »

  1. J’aime bien aussi les enquêtes policières en milieu psychiatrique (et ai aussi été un peu déçue par « Froid mortel »). Par contre, je n’ai toujours pas lu cette auteur : cet opus n’est pas une suite ?

    J'aime

  2. Tout ce qui a attrait à l’histoire de la psychiatrie m’attire et en plus on a des personnages qui me « parlent » car ils sont ancrés dans le quotidien ( des flics ni alcooliques ni vulgaires… c’est si rare) !

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s