littérature France·livre audio·nouvelles

Philippe Delerm, Enregistrements pirates

enregistrementspiratesL’auteur : Philippe Delerm a fait des études de lettres avant de devenir enseignant comme ses parents. En 1983, il publie La Cinquième saison, mais c’est son recueil de nouvelles, La Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, qui le fait connaître du grand public en 1997. Paraissent ensuite Il avait plu tout le dimanche, La sieste assassinée, Enregistrements pirates, Les chemins nous inventent, Le trottoir au soleil… Marié avec Martine Delerm, illustratrice de littérature jeunesse, leur fils est Vincent Delerm, auteur-compositeur-interprète.
Editeur Lire dans le noir
Durée 1 heure 43 (2 CD)
Paru aussi aux éditions du Rocher et en Folio

Philippe Delerm a le chic, cette expression légèrement surannée lui convient trop bien, pour saisir des bribes de conversation et en faire des petits textes piquants, sortes d’instantanés pleins d’humour et de tendresse pour ses contemporains. Parfois quelques mots suffisent, un « Petite mère… » dont on gratifie une petite fille d’un aplomb déjà au-delà de son âge, un « Elle peut se le permettre, elle » assassin à propos d’une porteuse de string, un « Y’a qu’en France qu’on voit ça ! » péremptoire. D’autres fois, c’est une situation plus attendrissante que cocasse, une inscription sur le mur du métro ou quelques mots sur un menu… Ah, le savoureux décorticage de « La mousseline de crabe et son toast » !
C’est sûr qu’à tout écouter ou lire à la suite, cela risque de faire friser l’overdose, les textes sont un peu inégaux, et la voix de Philippe Delerm tend légèrement, très légèrement, à donner envie de renouer avec la sieste… J’ai toutefois passé un très bon moment avec ces petits textes, qui ont abandonné le « on » cher à Philippe Delerm pour un ton plus direct d’observateur. J’ai aimé le choix des adjectifs ou expressions inusités qui refleurissent à intervalles réguliers, donnant un ton très particulier, entre doux-amer et nostalgique…

Extrait : Parfois, elle admire vraiment sa mère. Plus souvent, une espèce de pitié attendrie s’allume au fond de son regard, quand elle voit s’approcher la bonne âme espérée, chute obligée du story-board de la séduction maraîchère. Le texte est déjà prêt. La dame au cabas croit-elle l’inventer, ou bien a-t-elle conscience de le dire avec un vague apprêt ? Tant pis si les mots sont un peu cruels pour l’adolescente, c’est si bon de pratiquer la flagornerie rampante, quand la scène s’impose avec autant d’éclat :
– Écoutez, vraiment, on ne sait pas qui est la mère, qui est la fille !

Les avis de Clara et Lucie.

Sur le site de l’éditeur on peut écouter un extrait.

J’écoute des livres avec Val le 16 de chaque mois ou presque !

ecoutonsunlivre

Publicités

26 réflexions au sujet de « Philippe Delerm, Enregistrements pirates »

  1. Je le trouve plus incisif dans les échanges que dans ses écrits. J’ai assisté à plusieurs rencontres avec lui, puisqu’il est fidèle à la librairie rouennaise qui l’a beaucoup soutenu à ses débuts. J’ai écouté un CD récemment ou Pierre Arditi mettait vraiment en valeur son texte (je vais passer pour un vieux con).

    J'aime

  2. Ètrange titre! J’aime beaucoup ses textes de « La première gorgée de bière » mais depuis je n’ai plus rien lu de lui. L’écouter, par petits moments , avec ces expressions surprises par ci par là, me plairait bien, je crois.

    J'aime

    1. C’est un peu le genre de textes qu’il a écrit aussi, je crois, dans « Je vais passer pour un vieux con »… des expressions un peu passe-partout, mais finement analysées par P. Delerm.

      J'aime

  3. Par petits bouts, oui, lire ou écouter, c’est pas mal
    Tiens, « on » m’a envoyé (sans que je le demande) son dernier roman , et je suis arrivée au bout sans déplaisir. Mais reste le billet à écrire…

    J'aime

  4. Je me demandais ce que pouvais ce titre (que j’ai dans ma PAL en audio) et qui est si court. A ne pas écouter après le repas alors. 😉 . Je viens de finir son roman (le premier depuis cinq ans) à paraître en avril.

    J'aime

  5. Je trouve que P. Delerm s’enferme trop dans un genre, celui des petits textes, de bonne qualité, certes, mais qui ne vont pas très loin ; le procédé fatigue

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s