littérature îles britanniques·rentrée hiver 2014

Ian McEwan, Opération Sweet tooth

operationsweettoothL’auteur : Ian McEwan est né en 1948 à Aldershot, en Angleterre. Il est diplômé en littérature anglaise de l’Université du Sussex. Ses premières nouvelles ont reçu des prix, ainsi que par la suite ses romans : L’enfant volé, Amsterdam, Expiation, Samedi ou Sur la plage de Chesil.
437 pages
Editeur : Gallimard (janvier 2014)
Titre original : Sweet tooth
Traduction : France Camus-Pichon

Londres, au début des années 70. Serena Frome quitte un nid familial plutôt douillet et protégé pour poursuivre des études. Grande dévoreuse de romans en tous genres, elle fait pourtant des études de mathématiques. Toutefois les romans, comme elle le signale dès le début, lui ouvriront la porte du monde du renseignement.
Sous un aspect très classique au début, où Serena raconte sagement, voire un peu naïvement, ses années études, ses premières amours, il se révèle bien plus astucieux et profond que cela. Serena est engagée, par le biais d’une association littéraire, pour approcher et encourager Tom Haley, un jeune écrivain dont le MI5 espère que ses idées sont proches de celles du gouvernement, et que sans le savoir, il pourrait servir leur guerre culturelle contre le bloc soviétique. Il s’agit davantage dans ce roman de mensonge, de trahison, de manipulation, liés à l’activité bien particulière de Serena au sein du renseignement britannique, que d’espionnage proprement dit. J’ai aussi adoré la façon dont l’auteur évoque les années 70 et la période encore si proche de l’enfance, des études au début de la vie active, le premier appartement, la solitude, le flou un peu perturbant des retours à la maison paternelle, les plongées dans les livres pour échapper à une réalité pas forcément enthousiasmante. Serena n’a rien d’une oie blanche pourtant, elle profite, quoique sans outrance, de la libération des mœurs. Ce qui est réjouissant aussi dans ce roman, de façon inattendue (pour moi, je n’avais pas repéré cet aspect dans ce que j’avais survolé à propos du roman) c’est l’histoire d’amour mêlée au processus de création littéraire. Beaucoup de passages fort passionnants sur l’écriture, de nouvelles notamment, semblent découler de l’expérience même de Ian McEwan, et relever de l’auto-biographie déguisée et décalée… J’ai trouvé ce roman presque aussi bon qu’Expiation, qui fait partie de mon panthéon littéraire ! C’est très réussi, fin et savoureux, les personnages ont de la chair, et le bonheur de lecture est complet !

Un extrait : Ainsi renonçai-je à mon projet d’étudier la littérature anglaise à Durham ou Aberystwyth, où j’aurais sûrement été heureuse, pour aller à Newnham College, Cambridge, et découvrir dès ma première séance de travaux dirigés, qui avait lieu à Trinity College, ma médiocrité en mathématiques. Mon premier trimestre me déprima et je faillis déclarer forfait. Des garçons niais, dépourvus de charme et d’autres qualités humaines comme l’empathie et la grammaire générative, des cousins plus intelligents de ces imbéciles que j’avais écrasés aux échecs, me déshabillaient du regard pendant que je me débattais avec des concepts qui, pour eux, allaient de soi. « Ah, la sereine Miss Frome ! » s’exclamait d’un ton sarcastique un chargé de travaux dirigés, lorsque je pénétrais chaque mardi matin dans sa salle. «Serenissima. La déesse aux yeux bleus ! Venez nous éclairer ! » Il était évident, pour mes professeurs et les autres étudiants, que je ne pouvais pas réussir, précisément parce que j’étais une jolie fille en minijupe, avec des cheveux blonds et bouclés qui lui descendaient presque jusqu’à la taille.

Elles ont aimé : Clara, Dasola et Nath

Publicités

45 réflexions au sujet de « Ian McEwan, Opération Sweet tooth »

  1. Je-le-veux! Il sera à la bibli, patience. J’adore cet auteur, et son avant dernier, Solaire m’avait vraiment beaucoup plu!
    (désolée pour blogspot et les bugs, je leur ai envoyé un message, que faire de plus? ^_^)

    J'aime

  2. Moi aussi je veux le lire ! Tu me donnes encore plus envie, j’aime beaucoup ton billet 😉 Expiation est aussi un des plus beaux romans que j’aie lus mais connais-tu « Solaire » ? Il est excellent aussi !

    J'aime

    1. Le parcours original de Serena est aussi le fruit de rencontres que je n’ai pas voulu détailler… Le plongeon dans les années 70 est réjouissant en tout cas (d’où l’extrait)

      J'aime

  3. Voilà un billet fort tentant, surtout si le côté espionnage n’est que secondaire (ce n’est pas du tout ma tasse de thé); ce que m’a aussi confirmé Cuné. Ce qui m’intéresserait surtout, c’est l’époque du roman. Je pense que ma biblio l’achètera 🙂

    J'aime

  4. J’ai adoré Expiation (que j’ai lu grâce aux blogueuses d’ailleurs), j’avais un peu peur avec celui-ci , les critiques étaient moins enthousiastes, mais ton billet me rassure pleinement, et puis j’adore le fait que McEwan campe toujours un personnage de femme-lectrice-créatrice dans ses romans. « Fin et savoureux » dis-tu…que demander de plus 😉

    J'aime

  5. Pour moi aussi Expiation fait partie du top 5 des romans qui me sont passés sous les yeux. Quelle écriture ! Je note celui-ci (tu sais y faire pour tenter ! ;), mais il attendra la sortie en poche.

    J'aime

  6. Bonsoir Kathel, avec du retard, je te remercie pour le lien. Je suis contente que ce roman plaise, il le mérite. J’ai été touché de voir cet écrivain se mettre dans la peau d’une jeune fille, on y croit. Bonne soirée.

    J'aime

  7. Bien plus subtil qu’il n’y parait, je te rejoins, on a d’abord l’impression du récit d’une oie une peu blanche, même si elle perd rapidement quelque plumes, et puis, il s’étoffe et parle beaucoup de création littéraire que d’espionnage. Des moments passionnants, notamment dans l’aveuglement de Séréna, qui ne voit que ce qu’elle veut voir de l’état politique et économique du pays dont elle défend les valeurs, alors que l’auteur donne à voir autre chose, un jeu subtil entre les deux regards, plus le nôtre qui voyons les années Tatcher poindre le bout de leur nez … Un Mac Ewan qui m’a presque fait penser à du Jonathan Coe du coup … Bon, je suis de parti pris, j’adore ces deux auteurs !

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s