littérature Amérique du Nord·rentrée automne 2013

Ivy Pochoda, L’autre côté des docks

delautrecotedesdocksRentrée littéraire 2013
L’auteur :
Née à Brooklyn, Ivy Pochoda grandit dans une maison pleine de livres. Elle publie son premier roman en 2009 « The Art of Disappearing ». Joueuse de squash professionnelle et journaliste free-lance, elle vit désormais à Los Angeles avec son mari.
350 pages
Editeur : Liana Levi (septembre 2013)
Traduction : Adelaïde Pralon
Titre original : Visitation street


L’autre côté des docks donne vie à un quartier de Brooklyn, celui de Red Hook, au bord de l’East River, où la vue embrasse le sud de Manhattan, Ellis Island, le pont de Verazzano. Quartier en voie d’embourgeoisement où restent encore des traces de guerres des gangs, il hésite à présenter une identité claire entre les cités, les usines désaffectées, les petits commerces, les rangées de maisons…
Un soir d’été, deux jeunes filles d’une quinzaine d’années cherchent à faire quelque chose qui les sortent des soirées ordinaires, alcool, flirt au pied des immeubles et ennui. Elles se lancent, de nuit, sur un canot gonflable sur les eaux du fleuve, pour voir autrement leur quartier. L’une des deux est retrouvée inconsciente le lendemain matin, l’autre portée disparue. Au travers d’une galerie de portraits, l’auteur dépeint les conséquences de cet événement sur chacun, du jeune homme qui a été le dernier à les voir au professeur de musique du collège, du tagueur au lourd passé, au propriétaire d’une petite épicerie.
J’ai beaucoup aimé le style, direct sans être trop rêche, rendant bien les atmosphères, les bruits, les odeurs et les couleurs. A peine quelques comparaisons un peu faciles ou redondantes m’ont-elles titillées, à peine quelques longueurs aux trois-quarts du roman, et déjà, je devais quitter avec regret ce quartier que j’ai grande envie de parcourir lors d’un futur voyage à New York. C’est une toute autre face de Brooklyn, après Paul Auster, et sans doute, encore, une auteure à suivre.

Extrait : La lune est haute et pleine. Les dernières lumières des tours sont dans leur dos. Les bruits estivaux et les conversations du parc se sont évanouis, alors elles parlent plus fort, élèvent la voix pour braver le silence. Elles agitent les bras, font de grands gestes pour repousser les ombres qui dépassent des portes défoncées et des carreaux brisés. Elles connaissent les rumeurs, mais essaient de les oublier : les meutes de chiens sauvages enragés qui se reproduisent dans la raffinerie de sucre abandonnée, les camés hagards, les SDF, les fous.
Non loin de la rive, au milieu d’un ensemble de bâtiments désaffectés envahi de mauvaises herbes et de déchets, un bateau de pêche délabré est amarré aux décombres. Les herbes frémissent au passage des jeunes filles. Elles pressent le pas. Entendent un sifflement venu du bateau, se retournent et aperçoivent Cree James, un jeune des cités qui traînait avec Rita avant que les parents de Val ne mettent fin à leur amitié. Il est beau – un visage rond, de grands yeux et des pommettes saillantes. Il se rase la tête pendant les mois chauds de l’année.

Des lecteurs : Mimi Pinson est restée à quai et Val est mitigée, mais Encore du noir et Passion des livres sont enthousiastes. Merci à Babelio et Masse critique de m’avoir permis de lire ce roman ! 

tous les livres sur Babelio.com
Publicités

35 réflexions au sujet de « Ivy Pochoda, L’autre côté des docks »

    1. A part quelques petites longueurs, je me suis plutôt trouvée à l’aise dans ce roman ! Mais c’est sûr qu’à un autre moment, ça n’aurait peut-être pas marché…

      J'aime

    1. J’avais à peine survolé la quatrième de couverture (comme d’habitude) et j’ai bien aimé ce côté « roman choral » qui fait intervenir pas mal de personnages.

      J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s