littérature Asie·livre audio

Dai Sijie, Balzac et la petite tailleuse chinoise

balzacetlapetiteD’après l’éditeur : Chine, années 1970. La Révolution culturelle a exilé dans la montagne deux lycéens citadins : le narrateur et son ami Luo. Ils devront être rééduqués par les paysans-mineurs ! La vie est rude et laborieuse, heureusement éclaircie par la beauté de la Petite Tailleuse, jusqu’au jour où ils découvrent que le Binoclard a enfreint la loi en cachant chez lui une valise pleine de… livres ! Car Balzac est un réconfort, un bonheur, un trésor ! Et les livres, une bénédiction !
L’auteur : Dai Sijie est envoyé en rééducation dans le Sichuan entre 1971 et 1974. Lorsqu’il est libéré, il retourne au lycée jusqu’en 1976.
À la mort de Mao, il suit des cours d’histoire de l’art dans une université chinoise et vient en France en 1984, titulaire d’une bourse d’étude. Il entre à l’IDHEC, réalise un premier court métrage en Chine, puis tourne Chine, ma douleur (prix Jean-Vigo 1989), Tang le onzième et Le Mangeur de lune. La Petite Tailleuse chinoise est son premier roman, largement autobiographique, édité chez Gallimard. Best-seller de l’hiver 2000, le livre s’est vendu en France à 250 000 exemplaires, a été couronné de nombreux prix et a été traduit en 25 langues. 

Lu par Benjamin Jungers.
Texte abrégé
Contient 3 CD audio.
Durée : env. 4 h
Collection Ecoutez Lire, Gallimard (2008)  

Chose promise, chose due… Un petit mot sur Balzac et la Petite Tailleuse chinoise de Dai Sijie. J’ai profité du livre audio pour écouter ce livre que je projetais de lire depuis longtemps. Je me souviens aussi de la bande annonce du film, qui m’avait attirée, mais je ne sais pourquoi, je n’ai jamais eu l’occasion de le voir. Il faut dire que ce film ne doit rien avoir de la grosse machine d’action américaine, et de ce fait, ne pas plaire des masses aux programmateurs… Bref, ceci n’est pas un retour, mais une façon d’honorer l’engagement pris auprès de Val de commenter ce roman pour la session de septembre d’Ecoutons un livre.
Alors, pour ma première incursion hors d’Audiolib auquel j’étais fidèle jusqu’alors, j’ai emprunté ce livre audio à la bibliothèque et failli le rendre quand j’ai remarqué la mention « Texte abrégé » ! Je ne dois pas avoir lu de texte abrégé depuis mes 10 ans et la lecture de Sans famille ou d’Oliver Twist ! Mais j’ai résolu de passer outre pour découvrir tout de même l’histoire… Celle-ci m’a bien plu. Le dépaysement est garanti, pour le lecteur-auditeur, comme pour les deux lycéens citadins, qui, dans la Chine des années 70, se retrouvent envoyés dans une lointaine contrée, la Montagne du Phénix du Ciel, pour y être rééduqués, loin de leurs familles d’intellectuels anti-révolutionnaires. Le narrateur et son ami Luo doivent partager une maisonnette insalubre, se mettre à des tâches difficiles et subir le mépris des paysans analphabètes qui les hébergent. Jusqu’au jour où le talent de conteur de Luo leur ouvre quelques perspectives.
Les péripéties qui en découlent sont racontées sous le mode d’une chronique, avec un humour constant, et j’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à les suivre. La version audio convient bien à ce texte, la voix de Benjamin Jungers passe très bien, on sent qu’il s’est amusé à créer certaines voix. Je n’ai finalement pas eu l’impression de coupures, et ne sais donc pas ce que j’ai perdu à cette version abrégée, que j’ai trouvée en tous points agréable.

Extrait : Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l’ouvrîmes silencieusement. À l’intérieur, des piles de livres s’illuminèrent sous notre torche électrique ; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts : à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë…
Quel éblouissement !
Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara :
– Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde.

Dai Sijie sur le plateau d’Apostrophes et les impressions de Kikine et de Lo.

ecoutonsunlivre

Publicités

22 réflexions au sujet de « Dai Sijie, Balzac et la petite tailleuse chinoise »

  1. Je suis contente que tu participes à cette session!
    C’est le problème avec les livres audio Gallimard, ils sont parfois abrégés ou pas. Je suis souvent déçue par les versions abrégées donc je ne tenterai pas celui-ci.

    J'aime

  2. Je l’avais beaucoup aimé à sa sortie, c’est bête cette histoire de version abrégée, ça m’est arrivé avec un livre-audio de Delerm, depuis je fais attention. (j’ai cru que tu revenais, dommage …)

    J'aime

  3. Je crois que je l’ai lu… mais il y a si longtemps… Les versions audio ne me tentent vraiment pas, je réagirais comme avec la radio, je crois : ça deviendrait un bruit de fond pendant que je fais autre chose !

    J'aime

  4. J’ai tenté le livre audio cet été, pas pour moi, comme Anne, ma « lecture » s’est transformée en écoute passive et pas attentive du tout … Pour ce livre, ce fut un peu la même chose, en version papier, volontaire au tout début, puis, la distraction …. Je pense ne pas l’avoir terminé. En tout cas, je n’ai aucun souvenir de la fin. Je l’avais trouvé un peu convenu alors qu’on en disait tant de bien autour de moi

    J'aime

  5. Les circonstances m’ont contrainte aux livres audio, que j’avais essayés jusque là (avec plaisir) en voiture. Je trouve difficile de toujours se concentrer sur ce qu’on écoute, et parfois je m’endormais un peu… Ce roman ne m’a jamais tentée, mais tu sembles séduite, alors pourquoi pas? Ah, je t’ai décerné un Versatile Blogger Award!

    J'aime

  6. Je fuis aussi les textes abrégés, audio ou pas. Je crois n’avoir jamais écouté de romans récents. Quand je dois faire un long voyage en voiture (et que c’est moi qui conduis, malheur…) je me téléchargement un vieux texte, genre Dumas ou autres classiques sur un site gratuit (généralement litteratureaudio.com). Ça me donne l’occasion de réviser mes classiques…

    J'aime

  7. J’ai eu le bonheur de découvrir ce roman (et l’auteur), il y a quelques temps déjà. Je me souviens encore du style si parfait, si sobre et si enchanteur de l’auteur ; je me souviens aussi de l’histoire qui m’avait beaucoup ému, du voyage que l’auteur m’avait permis de faire… Un excellent souvenir.
    Par contre, je n’ai encore jamais testé les livres audio. Tu aurais un titre à me conseiller ?

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s