Hélène Frappat, Lady Hunt

ladyhuntRentrée littéraire 2013
L’auteur :
Hélène Frappat est l’auteur de cinq romans : Sous réserve (Allia, 2004), L’Agent de liaison (Allia, 2007), Par effraction (Allia, 2009, mention spéciale du jury, prix Wepler 2009), INVERNO (Actes Sud, 2011) et Lady Hunt (2013). Elle est aussi traductrice et critique de cinéma.
318 pages
Editeur : Actes Sud (août 2013)

Faire des visites pour une agence immobilière, en plein cœur des beaux quartiers parisiens, trouver la maison ou l’appartement dont chacun rêve, c’est le quotidien de Laura Kern. Mais Laura est perturbée par un rêve récurrent à propos d’une maison menaçante. Lors d’une visite, des évènements effrayants se produisent…
Ce roman est bien plus qu’un roman gothique, tous les ingrédients y sont pourtant, mais revisités, prolongés, portés par l’écriture. Et quels ingrédients ! Les maisons visitées par Laura, le poème de Tennyson que lui a laissé son père, toute petite parcelle d’un lourd héritage, le feu qui revient comme un élément récurrent, comme le sang, les miroirs… Et toujours ces rêves qui ponctuent la vie de Laura, dont on ne sait si ce sont des réminiscences ou des prémonitions.

Relèvent-ils de la folie ou du fantastique, de la maladie ou de la malédiction, ces troubles que ressent la narratrice, autour de l’identité, de l’hérédité ou des lieux hantés ? Dans ce roman plus encore que dans d’autres, les maisons sont des personnages à part entière, avec les traces de tous leurs anciens habitants, de leurs habitantes surtout. D’autres thèmes encore traversent élégamment le livre, je ne veux pas en dire trop…

Chacun y trouvera des phrases, des paragraphes auquel il sera sensible. L’écriture est poétique, dans le genre nocturne et onirique, et rares sont les phrases dont la petite musique sonne moins bien à l’oreille. Enfin, et c’est assez exceptionnel pour être noté, c’est un roman que j’ai fait durer au maximum à la fin, pour ne pas en sortir, pour rester plongée dans son atmosphère un peu plus longtemps… Une très belle découverte, pour un choix réalisé juste à partir de la couverture et de quelques mots !

Extrait : Sur l’écran des vitres noires, mon visage en retrait se confond avec la tache beige de l’imperméable.
Un dimanche s’achève sous la Manche.
Le dimanche, en fin d’après-midi, personne n’est sûr d’atteindre la nuit. Des particules de nuit recouvrent lentement votre journée de cendres. La cendre ternit l’éclat des lampes. Vous contemplez votre vie comme un passant observe des inconnus derrière une fenêtre. Votre vie soudain étrangère à vos yeux.

Le billet de Leiloona
A écouter aussi, mais plutôt après lecture, les bonnes feuilles d’Augustin Trapenard…

 ladyofshalott_John_William_Waterhouse

[…]
But in her web she still delights
To weave the mirror’s magic sights,
For often thro’ the silent nights
A funeral, with plumes and lights
    And music, went to Camelot :
Or when the moon was overhead,
Came two young lovers lately wed ;
« I am half-sick of shadows, » said
    The Lady of Shalott. […]

53 commentaires sur « Hélène Frappat, Lady Hunt »

    1. Mais c’est autre chose que la production commune à connotation fantastique… C’est un vrai beau roman, avec des thèmes contemporains aussi !

      J'aime

  1. Ce que j’en lis me fait peur à cause du surnaturel. IL est dans la pré-sélection du Prix Elle (mois de décembre), je verrai bien s’il arrive jusqu’à moi.

    J'aime

  2. Un de mes préférés de cette rentrée ! Une superbe découverte pour moi. Je lirai son précédent roman.
    Et pourtant, au début, j’avais peur de le lire … J’aurais été « bête » de ne pas me laisser charmer par la prose de cette romancière.

    J'aime

    1. Quels mots ? Toi qui aime Daphné du Maurier, tu devrais y retrouver une atmosphère assez approchante ! Je ne parle pas d’une histoire de vampires pour ados en mal de sensations ! 😉

      J'aime

  3. Franchement, tu exagères : à chaque fois que je visite ton site, ma liste de livres potentiellement à lire augmente (comme si elle n’a pas déjà assez longue) ;-D J’ai failli l’acheter samedi et tu as achevé de me convaincre.

    J'aime

    1. Si tu as déjà failli l’achter, ce n’est pas entièrement de ma faute alors ! Ce livre est déjà assez attirant par lui-même !

      J'aime

  4. Ah, celui-ci me fait vraiment très envie, tous les ingrédients qu’il faut pour un bon livre (à part « l’écriture poétique » dont je me méfie parfois…).

    J'aime

  5. C’est un de ceux qui me tentent beaucoup… Le côté surnaturel, mais pas trop, me tente énormément… Et j’aime les livres qui donnent une belle part aux maisons et leurs mystères ;0)

    J'aime

  6. Je dois dire que quand j’avais lu son résumé, il ne m’attirait pas. Mais là, tu m’as donné envie.

    J'aime

  7. Je viens de recevoir ce livre. Et j’ai eu un peu peur. La quatrième de couverture avait l’air prometteuse. En lisant les premières pages je me suis dit  » Mon dieu! Je vais pas le finir ». Ta chronique me redonne de l’espoir ahahah !
    Merci pour cette jolie chronique ! 🙂

    J'aime

  8. Ca va tout simplement être un coup de coeur pour moi et je ne me remets pas d’avoir appris ce matin qu’il n’a passé le cap de la pré-sélection pour le Prix Elle.

    J'aime

  9. Pour ma part je l’ai plutôt lu « rapidement », c’est à dire en 4 ou 5 fois, j’avais du mal à m’en détourner. Mais il est dur de s’extraire de cette ambiance une fois le roman refermé…

    J'aime

  10. Ping: Lady Hunt |

Les commentaires sont fermés.