littérature France·policier

Michel Bussi, Un avion sans elle

unavionsanselleL’auteur : Né en 1965, 
Michel Bussi est professeur de géographie à l’Université de Rouen. Comme chercheur universitaire, il a publié depuis une vingtaine d’années des articles et ouvrages scientifiques, principalement sur la géographie politique. 
Puis il s’est lancé dans l’écriture de polars ancrés pour certains dans sa région natale, parmi lesquels Code lupin, Mourir sur Seine, Nymphéas noirs, Ne lâche pas ma main
573 pages
Editeur : Pocket (mars 2013)

Joli titre qui remet en mémoire la chanson de Charlélie Couture, jolie couverture, réputation de remarquable page-turner, autant de raisons de ne pas passer à côté de ce roman qui trône sur toutes les tables estivales des libraires. Voilà donc qui est fait, je l’ai lu, ce roman…
Et… Ho ! Vous attendez sans doute un petit avis ?
Je serai peut-être un soupçon plus mitigée que la moyenne… Certes, cette histoire de bébé trouvé à côté de la carcasse fumante d’un avion revenant de Turquie, bébé dont on ignore l’identité, puisqu’il y avait deux bébés du même âge dans l’avion, et que les parents ont péri, certes, l’intrigue est très très bien construite, et le suspense fonctionne bien d’un bout à l’autre : impossible de lâcher le livre ! Que ce soit au moment des faits, tout au long de l’enquête qu’on découvre par le journal de bord du détective Crédule Grand-Duc (sic) ou au moment du dix-huitième anniversaire de Lylie, la rescapée, les allées et retours qui en apprennent plus sur les personnages et laissent imaginer des solutions, tiennent magistralement en haleine.
Toutefois, les ficelles sont parfois un peu trop grosses pour retarder le moment de telle ou telle révélation qui va faire avancer la recherche, et surtout les personnages s’avèrent un peu caricaturaux… Lylie est devenue à dix-huit ans une jeune fille parfaite, aussi belle que bonne, et douée absolument en tout. Les deux familles qui se la déchirent depuis dix-huit ans sont aussi opposées que peu nuancées : richesse et noirceur d’un côté, pauvreté et bons sentiments de l’autre !
Toutefois, il faut admettre que c’est une parfaite lecture de plage, de terrasse, de square, de transat ou de balancelle au fond du jardin, comme vous voulez ! Et que la solution, qui arrive après toutes un tas d’hypothèses qui s’effondrent les unes à la suite des autres, n’est pas du tout incroyable ni tirée par les cheveux… Rien que pour ça, il faut le lire ! 

Extrait : Il n’arrivait toujours pas à croire ce qu’il voyait. Ses mains tremblaient. Un immense frisson le parcourait de la nuque au bas du dos.
 Il avait réussi !
La solution se trouvait là, dans ce journal, à la une, depuis le début. Elle attendait patiemment : il était rigoureusement impossible de découvrir cette solution à l’époque, dix-huit ans auparavant. Tout le monde l’avait lu, ce journal, détaillé, analysé, mille fois, et pourtant personne ne pouvait deviner, en 1980, et pendant toutes les années qui avaient suivi.
La solution sautait aux yeux… à une condition.
 Une seule condition. Absolument délirante.
Ouvrir ce journal dix-huit ans plus tard !

Les avis d’Alex, CanelEmeraude et Sandrine.

Advertisements

29 réflexions au sujet de « Michel Bussi, Un avion sans elle »

  1. Lecture démarrée, pas accroché à l’écriture, alors hop, un regard vers la fin (ah oui, en effet, bonne idée!) et voilà c’est fait… On passe à un autre livre.

    J'aime

  2. J’ai peur d’être agacée mais s’il est à la bibli je l’emprunterai peut être. Quant à la chanson de C. Couture, la voilà dans ma tête pour le restant de la journée!:)

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s