littérature Amérique du Nord

Paula McLain, Madame Hemingway

madamehemingwayL’auteur : Paula McLain est née à Fresno en Californie en 1965. Diplômée en poésie de l’université du Michigan, boursière du prestigieux national Endowment for the Arts, Paula McLain est l’auteur de deux recueils de poèmes, d’un essai et d’un premier roman, A ticket to ride, pas traduit en français. Elle vit avec ses enfants à Cleveland, dans l’Ohio.
499 pages
Editeur : Le livre de Poche (décembre 2012)

Madame Hemingway est le roman de la première épouse du grand écrivain de la Génération Perdue, celle qu’il rencontra en 1920. Le roman commence par cette rencontre, même s’il revient ensuite sur les antécédents des deux jeunes gens. Hadley Richardson a vingt-huit ans lorsque, chez son amie Kate, elle rencontre ce beau garçon, « grand et mince, avec d’abondants cheveux bruns et, à la joue gauche, une fossette à tomber dedans ». Il est plus jeune qu’elle, à peine vingt ans, et il revient de la guerre où il a été blessé en Italie, et a connu son premier amour. Ernest lui propose, moins d’un an plus tard, le mariage, et de le suivre en Italie. C’est finalement à Paris qu’ils iront, vivant dans un appartement très modeste que Hadley entretient, et où elle s’exerce au piano, pendant qu’Ernest va écrire dans les cafés ou dans une chambre de bonne. Ils fréquentent d’autres écrivains de la même génération, Gertrude Stein, Ezra Pound, James Joyce, et surtout le couple formé par Francis et Zelda Fitzgerald. Hadley, bien qu’étant la muse, la confidente, se sent mal à l’aise et inférieure au milieu de ce cercle d’écrivains.
Ils passent une partie de l’hiver en Suisse, vont pour les besoins d’écriture d’Hemingway aux courses de chevaux ou à la féria de Pampelune, suivent les Fitzgerald sur la Côte d’Azur…
J’ai passionnément dévoré ce roman, et beaucoup apprécié le point de vue d’Hadley Richardson choisi par l’auteur, qui la fait s’exprimer, et analyser ses sentiments, sentiments profonds mais mis à rude épreuve par le tempérament d’Ernest.

pariswife  Paris Wife

Pour compléter ma lecture, et comme je n’avais pas envie de les quitter, j’ai complété par la relecture de Paris est une fête, et son point de vue fort différent a éclairé cette période d’une tout autre lumière.
Les deux sont à lire, ensemble ou séparément, à Paris ou ailleurs !

Extrait : Au cours des semaines qui suivirent, Ernest suivit le conseil de Mlle Stein et bazarda l’essentiel du roman pour le reprendre à zéro. Il rentrait à la maison en sifflotant, affamé, impatient de me montrer ce qu’il avait fait. Les nouvelles pages pétillaient de verve. Ce n’étaient qu’aventures, chasse, pêche, rut. Nick Adams, son personnage, c’était Ernest, mais en plus intrépide et plus pur – comme le serait Ernest s’il suivait toujours son instinct. J’aimais ce matériau et je savais que lui aussi.

parisestunefeteExtrait de Paris est une fête : Mais parfois quand je commençais un nouveau récit et ne pouvais le mettre en train, je m’asseyais devant le feu et pressais la pelure d’une des petites oranges au-dessus de la flamme et contemplais son crépitement bleu. Ou bien je me levais et regardais les toits de Paris et pensais : « Ne t’en fais pas. Tu as toujours écrit jusqu’à présent et tu continueras. Ce qu’il faut c’est écrire une seule phrase vraie. Ecris la phrase la plus vraie que tu connaisses. »

Déjà lu et commenté par AifelleAsphodèle, l’Irrégulière, MalikaMango

Publicités

32 réflexions au sujet de « Paula McLain, Madame Hemingway »

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman aussi! La vie de cette femme est passionnante mais ne devait pas être facile avec un tel homme fût-il grand artiste ou peut-être à cause de cela!

    J'aime

    1. C’est sûr qu’il ne semblait pas facile ! C’est intéressant de voir la façon dont il raconte leur vie parisienne, de nombreuses années plus tard dans Paris est une fête.

      J'aime

  2. J’adore cette façon de procéder consistant à lire à la suite deux ouvrages sur le même thème mais ayant un point de vue différent. C’est une source d’enrichissement incomparable.

    J'aime

    1. Ce n’était pas prémédité, ça s’est imposé tout seul ! Cela a éclairé d’un jour différent le personnage d’Hemingway que je connaissais assez peu.

      J'aime

    1. Nul besoin d’être inconditionnelle d’Hemingway pour apprécier ce roman ! Il risque d’agacer, mais n’en fera que ressentir plus d’empathie pour Hadley.

      J'aime

      1. Comme toi j’ai adoré ce roman et comme toi j’ai completé cette lecture avec « Paris est une fête » pour avoir la version de l’histoire d’Hemignway !

        J'aime

  3. Acheté au Salon du livre en grand format, l’année dernière, ce livre continue de prendre la poussière, et je ne l’ai toujours pas lu ! gloups !

    J'aime

  4. J’ai beaucoup aimé ce livre aussi et pourtant en général je n’apprécie pas le mélange fiction-réalité. J’ai noté « Paris est une fête », j’espère y arriver un jour.

    J'aime

  5. Décidément, je crois vraiment être la seule à ne pas l’avoir apprécié…Je rajoute ta critique en lien sous mon billet, ça équilibrera ;-)… Belle journée

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s