littérature France

Frédérique Deghelt, La vie d’une autre

vieduneautreL’auteur : Journaliste et réalisatrice de télévision, voyageuse infatigable, avec Paris pour port d’attache, Frédérique Deghelt a publié en 1995, aux éditions Sauret, un premier roman, Mistinguett, La valse renversante. S’en suivent : Je porte un enfant et dans mes yeux l’étreinte sublime qui l’a conçu, La vie d’une autre, La grand-mère de Jade, Le cordon de soie et La nonne et le brigand.
252 pages
Editeur 
: Le livre de Poche (2010)

On a déjà beaucoup parlé de ce roman ici et là, surtout depuis qu’il a été adapté au cinéma par Sylvie Testud, et l’enthousiasme des avis et le sujet assez original m’ont fait aller vers lui. Marie se réveille un lendemain de soirée. Elle avait vingt-cinq ans, elle venait de rencontrer le beau Pablo. Elle a maintenant trois enfants, aucun souvenir des douze années qui ont passé, mais Pablo est toujours à ses côtés.
La première partie m’a tenue en haleine, dès lors que Marie décide de se taire et de tenter de reconstituer petit à petit ce qu’était cette vie dont elle n’a plus aucun souvenir, de refaire connaissance avec ses enfants, de retrouver ses amis, sa famille, son quotidien. Au fur et à mesure des retrouvailles, qui bien souvent ne sont des retrouvailles que pour elle, qui semble amnésique, elle se rend compte que sa vie n’est peut-être pas aussi parfaite que ce qu’elle avait imaginé. Elle se pose énormément de questions, on l’imagine, sur ses sentiments envers Pablo, et réciproquement.
Trop de questions sans doute, car cela a commencé à me lasser, surtout le discours sous-tendu par le texte, à savoir qu’au bout de douze ans de vie commune, on finit forcément par ne plus s’aimer comme avant, traduit plutôt ici par « ne plus s’aimer du tout », passant inéluctablement des jours de miel et de roses à l’enfer conjugal. Ce qui m’a désagréablement grattouillée aussi, c’est le milieu très parisien, très chic, très branché, avec vêtements de couturiers et bel appartement, dans lequel Marie « renaît »… Un peu plus de simplicité ne m’aurait pas dérangée. Bref, après un début très bien mené, j’ai trouvé que ça tournait un peu en rond, et ne me suis pas du tout identifiée à qui que ce soit. Je pense que ce roman, malgré ses qualités d’écriture, aura été aussi vite lu qu’oublié.

Citations : « Et alors, qu’est-ce que tu deviens ? » Une question qui m’a toujours donné envie de répondre : « Rien. » Est-ce qu’il faut vraiment devenir quelque chose ou quelqu’un aux yeux de celui qui vous signifie ouvertement une sorte de mépris anticipé ? Ou simplement la question exprime-t-elle qu’il n’y a pas d’écoulement du temps sans devenir, pas de possibles retrouvailles sans évolution ?

Mais qu’est-ce que je cherche ? Rien de difficile ou de spécial : passer la soirée à écouter de la musique, à partager vraiment le phrasé d’un violon, l’envolée d’une harpe, ou vibrer au son d’une contrebasse. Et puis le reste : la simplicité d’une lecture, une phrase dite les yeux dans les yeux, un silence même… Se jeter dans les bras l’un de l’autre dans un couloir… Marcher toute la nuit dans une ville ensemble… Regarder l’autre avec indulgence, lui accorder du mystère, de la surprise. L’attendre ou le précéder, mais savoir ce qu’on fait de sa vie auprès de lui, pourquoi on est là, ou pourquoi on n’y est pas. L’absence aussi dit des choses que les êtres se cachent. J’attends les choses simples du bonheur qui ne sont pas racontables dès qu’elles se conjuguent à deux.

D’autres avis : Anis, AnneAntigone, ChocoInganmicLeiloonaLilibaMangoManuVal, Zarline.

Publicités

42 réflexions au sujet de « Frédérique Deghelt, La vie d’une autre »

  1. J’ai eu exactement les mêmes réserves que toi et au final, c’est une vision assez traditionnelle de la femme qui n’est pas la mienne, avec le côté un peu « poule » de luxe. Mais il semble que très peu de gens aient vu cela.

    J'aime

  2. C’est amusant, je n’ai pas été agacée du tout par le contexte de vie de l’héroïne, mais tu as raison « revivre » dans un milieu privilégié est forcément plus facile… 😉

    J'aime

  3. Non, je l’ai soigneusement évité, celui-là… (un membre de ma famille se trouvait en maison de retraite à l’époque, je n’avais pas envie qu’on me pousse à culpabiliser !)

    J'aime

  4. Je ne m’en souvenais plus mais en relisant mon billet, je constate que si j’ai aimé le personnage de Marie , l’histoire d’amour, trop plate et banale, m’a finalement déçue!

    J'aime

  5. La grand mère de jade… Tiens, j’étais moins emballée que les autres, alors je n’ai pas lu La vie d’une autre, sur mes étagères pourtant. Un jour peut être, si je le glisse dans le sac lors d’un voyage?

    J'aime

  6. Moi, je n’ai vraiment pas été convaincue et je ne me suis pas du tout identifiée à cette femme. Mais alors son choix final : NON ! Je partage tout à fait ton avis. J’ai également lu La grand-mère de Jade, plus mièvre mais avec une meilleure fin. Mais entre cette romancière et moi, c’est fini lol.

    J'aime

    1. Je m’efforce de ne pas faire part que des lectures qui me plaisent, c’est un soulagement pour les autres… et on peut voir que je n’adore pas tout ce que je lis ! 😉

      J'aime

  7. J’ai beaucoup aimé tous les romans que j’ai lu de F.Deghelt mais je n’ai pas encore lu celui-ci… j’avoue ne pas avoir lu ton billet pour ne pas gâcher la surprise, mais j’ai le sentiment que les avis sont mitigés

    J'aime

  8. Je partage assez ton avis sur ce livre qui m’a déçue. A tes arguments, j’ajouterais aussi la facilité avec laquelle Marie évolue dans sa cuisine, ses tiroirs etc… J’ai préféré le film bizarrement.

    J'aime

  9. Je l’ai difficilement terminé il y a peu de temps (je ne sais pas si je ferai un billet). J’avais très envie de lire ce roman mais tout comme toi j’ai rapidement eu l’impression de tourner en rond. Par contre, ce n’est pas tant la représentation de la femme et de la vie conjugale qui m’ont gênée que la vacuité du propos. J’attendais une fin plus à la hauteur du début, plus en interrogation.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s