littérature Amérique du Nord·rentrée automne 2012

Keith Scribner, L’expérience Oregon

experienceoregonL’auteur : Keith Scribner a grandi dans le Nord-Est des États-Unis. Il a voyagé à travers le monde et a notamment vécu au Japon, en Turquie et en France où il a exercé divers métiers. Il a ensuite étudié l’Économie à Vassar University, suivi un « Master of Fine Arts » à l’Université du Montana.
Il est l’auteur de trois romans : The Goodlife (1999), Miracle Girl (2004) et The Oregon Experiment (2011). Il vit actuellement dans l’Oregon avec sa femme, la poète Jennifer Richter, et leurs enfants. Il enseigne la littérature et le « creative writing » à l’Université d’Etat de l’Oregon.
526 pages
Editeur : Christian Bourgois (août 2012)
Traduction : Michel Marny
Titre original : The Oregon experiment

Un jeune couple arrive dans la petite ville de Douglas, Oregon pour s’y installer. Un grand saut pour ces new-yorkais, qui se double d’un autre grand écart, puisqu’ils vont devenir, à l’approche de la quarantaine, parents pour la première fois. Scanlon se montre très protecteur à l’égard de Naomi, fragile depuis qu’elle est frappée d’anosmie, elle dont le nez était l’instrument de travail. Justement, dans les brumes de l’Oregon, peu à peu, les odeurs lui reviennent… Scanlon prend son poste à l’université, qu’il aurait rêvé plus prestigieuse, mais il compte bien se rattraper et se faire remarquer par une nouvelle publication sur les mouvements de masse. Il s’intéresse de près aux sécessionnistes de la côte Ouest, adeptes d’une autonomie de la région, et fait la connaissance de Sequoia, une belle pasionaria du mouvement, et de Clay qui imagine des actions toujours plus radicales.
Mon enthousiasme à la lecture du début ne s’est pas démenti tout au long des 500 et quelques pages, et j’ai toujours réouvert mon livre avec plaisir pour y suivre l’évolution psychologique des personnages principaux. Il est découpé en quatre parties qui chacune culminent sur des scènes un peu plus « choc » mais pas choquantes, comme la naissance du bébé à la fin de la première partie. Les thèmes de la paternité et de la maternité reviennent à plusieurs reprises au fil du roman, chacun des principaux personnages se posant des questions par rapport à son enfant, l’une culpabilise, l’autre est en manque, l’autre court après une paternité qui idéaliserait son couple. Scanlon et Naomi forment un couple vraiment touchant et intéressant, j’ai ressenti un peu moins d’empathie avec Clay et Sequoia, les sécessionnistes. J’ai fait une ou deux grimaces à la lecture de phrases bancales dues visiblement à une traduction un peu rapide, sinon le style fluide et plein de finesse, avec un grand goût pour les descriptions qui touchent, notamment en ce qui concerne les parfums et les odeurs, m’a plutôt séduite. Pendant quelques jours, je ne pouvais sortir sans analyser toutes les émanations qui me parvenaient ! Une bonne pioche de rentrée, une de plus, à recommander aux fans de littérature américaine en particulier… Partez explorer l’Oregon de l’après 11-septembre !

Extrait : Elle se pencha, arracha une feuille et la fit tournoyer sous son nez en marchant, se rappelant les champs de menthe de la nuit passée. La nuit toute entière qui sentait la menthe.
Le premier café qu’elle vit était un vieux bungalow jaune, aux cadres des portes et fenêtres peints en vert cendré, avec SKUBRATS peint à la main en bleu paon au-dessus de la véranda. L’endroit était branché – tables en bois et chaises bancales dépareillées, le tableau noir du menu couvert de volutes et de fleurs dessinées à la craie de couleur – mais dégageait une merveilleuse odeur de café, de cannelle, de beurre, de mousse de lait fumant. Sa faim se réveilla. Elle commanda à la fille derrière le comptoir un déca au lait et un muffin à la carotte et s’assit à une table près de la fenêtre.

A retrouver, un avis plus bavard que le mien, et passionné, sur Les 8 plumes,  et ceux de Mrs B et de Myrtille, un peu plus mitigées…

Advertisements

34 réflexions au sujet de « Keith Scribner, L’expérience Oregon »

    1. Je n’ai pas ressenti de longueurs, mais d’autres pourraient en trouver, bien sûr, si la « descente » dans la psychologie des personnages les ennuie. Mais la vie professionnelle autant que sociale ou personnelle du couple principal étant sur une pente glissante, on a beaucoup d’intérêt à les suivre. Les thèmes sont nombreux et continuent de faire leur chemin après lecture.
      Quant à le comparer à d’autres auteurs, ce n’est pas facile, je dirais Richard Russo ou Russell Banks, ce qui est un grand compliment pour moi !

      J'aime

  1. Si on peut le comparer à Richard Russo ou Russel Banks, alors je peux craquer et je viens finalement de l’acheter chez un libraire d’occasion ce soir.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s