littérature Amérique du Nord·policier

Philip Caputo, Clandestin

L’auteur : Philip Caputo est journaliste et écrivain, né à Westchester, dans l’Illinois en 194&. Il est lauréat du Pulitzer en 1973, avec d’autres auteurs pour leurs révélations de fraude électorale à Chicago.Il est surtout connu pour ses mémoires sur son passage au Vietnam, Rumeur de guerre (A Rumor of War, 1977). Il vit aujourd’hui à Patagonia, en Arizona.
733 pages
Editeur : Le Cherche-Midi (2012)
Titre original : Crossers (2009)
Traduction : Fabrice Pointeau

Gil Castle, veuf depuis très peu de temps, décide de quitter New York et le milieu des affaires pour s’installer quelques temps dans une petite maison construite en Arizona, sur un ranch frontalier appartenant à sa tante Sally. Il en profite pour lire, réfléchir, chasser, donner un coup de main à son cousin Blaine. Mais sa découverte, un jour au cours d’une promenade avec son chien, d’un clandestin transi et épouvanté, va l’obliger à s’impliquer un peu plus dans la vie du ranch. Observer la gestion d’un territoire aussi étendu, le long de la frontière mexicaine, l’oblige à ouvrir les yeux sur les nombreux passages que s’y frayent clandestins et trafiquants de drogues. 

C’est ce qu’il est convenu d’appeler un roman ambitieux, mêlant dimension historique et actualité, côté policier et réflexion sur le deuil, le tout sur plus de 700 pages. La bonne idée est à mon avis de s’être intéressé à la personnalité du grand-père de Gil et Blaine, qui fut tour à tour combattant de la révolution mexicaine, vaquero et policier, personnage d’un autre âge, dont la violence contribua à créer des haines farouches. Celles-ci poursuivront ses petits-enfants au-delà des années. D’autres personnages interviennent, que ce soit au Mexique ou en Arizona, une amie des cousins de Gil pour le côté romance, un policier infiltré, une femme à la tête d’un cartel mexicain…
Certes ce roman est long, mais il ne comporte pas de longueurs, je ne vois pas ce qui aurait pu être coupé ou évité. La violence y existe, mais sans gratuité aucune, et l’alternance entre passé et présent, vision mexicaine et point de vue américain, est bien menée, centrant tout de même l’histoire sur le personnage de Gil Castle, intéressant dans son évolution. J’ai beaucoup apprécié cet excellent roman, que je guettais depuis un moment à la bibliothèque ! 

Le roman s’intéresse aussi à la Révolution mexicaine, dans les chapitres sur le grand-père de Gil.

Extrait : Ils roulèrent en silence jusqu’à atteindre un croisement en T où les directions étaient gravées sur des panneaux en bois fixés à un poteau. A côté, une pancarte en métal érigée par la police des frontières prévenait : ATTENTION, RISQUE DE CONTREBANDE ET D’IMMIGRATION ILLEGALE DANS CETTE ZONE. SOYEZ CONSCIENT DE VOTRE ENVIRONNEMENT. Castle se demanda à haute voix ce que le fait d’avoir conscience de son environnement pouvait signifier.
Ç
a signifie que si vous tombez sur des marijuanitas, vous pouvez soit faire semblant de ne pas les voir, soit soulever votre chapeau et dire : « Bienvenidosa los Estados Unidos, passez une bonne journée. », expliqua Tessa, l’initiant un peu plus aux usages de l’Ouest, l’Ouest moderne.

Les avis de Clara, Jérôme, Keisha, Le Papou et Zarline.

Publicités

20 réflexions au sujet de « Philip Caputo, Clandestin »

  1. Ce roman me fait très envie : je l’avais un peu oublié, et ton billet ravive l’envie de le lire, d’autant que tu dis bien qu’on ne sent pas réellement le côté pavé. En tout cas, ça a l’air à la fois beau et fort.

    J'aime

    1. La partie sur la révolution mexicaine est assez courte mais permet de mieux comprendre… Quant à l’époque actuelle et l’organisation des trafics en tout genre, on voit que l’auteur connaît bien le sujet aussi.

      J'aime

  2. Il a fallu qu’il arrive dans les « pavés de l’été » pour que j’y prête attention, pourtant vous êtes plusieurs, sur des blogs que je fréquente, à en avoir parlé… Un pavé pareil, il a réussi à passer entre les mailles du filet !
    (au demeurant, je ne suis pas certaine qu’il soit pour moi, peur de m’essouffler en route)

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s