littérature Amérique du Nord

Louise Erdrich, Ce qui a dévoré nos coeurs

L’auteur : Louise Erdrich est née en 1954. D’origine germano-américaine par son père, elle appartient par sa mère à la tribu indienne Chippewa. Elle a passé sa jeunesse dans le Nord-Dakota où ses parents travaillait au Bureau des Affaires Indiennes. Son premier livre est un volume de poèmes : Jacklight. L’amour sorcier a remporté le prix du meilleur roman décerné en 1985 par le Los Angeles Times. Elle vit désormais dans le Minnesota avec ses filles et est la propriétaire d’une petite librairie indépendante appelée Birchbark Books, « birchbark » signifiant « écorce de bouleau » en anglais.
343 pages
Editeur : Le livre de poche (2010)
Traduction : Isabelle Reinharez
Titre original : The painted drum

Comme l’indique le titre original, c’est un objet, un tambour peint fabriqué par un amérindien en bois de cèdre, qui est le sujet du roman. La première partie relate la découverte à l’époque actuelle de ce tambour par deux femmes, Faye Travers et sa mère Elsie, dont l’activité consiste à évaluer les objets issus de successions. La vie quotidienne de Faye, et de la petite collectivité qui l’entoure, est dessinée à cette occasion, et si d’autres lecteurs ont trouvé cette première partie longuette, je m’y suis trouvée à l’aise. J’ai aimé le personnage de Faye et la découverte des habitants de ce coin rural du New Hampshire. A tel point que j’ai été un peu déboussolée par la deuxième partie qui change de narrateur, pour faire entendre la voix du petit-fils de celui qui a fabriqué le tambour.
Je ne me souvenais pas, par contre, avoir été autant éblouie par le style de Louise Erdrich, flamboyant, débordant d’ellipses et de raccourcis surprenants, comme je les aime, quoi ! Il permet de se laisser porter, entre réalité et vieilles légendes indiennes, par une histoire qu’on pourrait nommer : La petite fille et le tambour, et qui donne lieu à de très très beaux passages, dont l’image reste forte et inoubliable. Après La chorale des maîtres bouchers et La malédiction des colombes, j’ai retrouvé avec plaisir l’univers de Louise Erdrich et ses thèmes de prédilection, comme les objets chargés d’histoire qui traversent les époques, les légendes indiennes… Ce roman m’a donné envie de retenter la lecture de Four souls, attaqué en anglais, et auquel je n’arrivais pas trop à accrocher. L’un des personnages est présent dans les deux livres, cela devrait m’aider à me plonger dedans !

Extrait : Pendant ces semaines-là, il n’y a pas de trace de la chienne qui a échappé à l’érable mort, et Elsie et moi ne pouvons que supposer qu’elle a été prise pour un chien errant et emmenée quelque part, ou peut-être abattue par un fermier depuis la galerie à l’arrière de sa maison, parce qu’elle pourchassait un cerf. En effet, c’est probablement ainsi qu’elle survit, en se faufilant par un trou dans la clôture de la réserve de chasse, en mangeant des faisans nourris à la main et des carcasses d’animaux tués par l’hiver.
La chienne réapparaît pendant un faux radoucissement de trois jours qui ne trompe personne. Le cocker de mes voisins un peu plus haut sur la route, ceux qui ont abattu vingt hectares de bois d’oeuvre sur pied en quatre jours atroces, se fait dévorer. Ils laissent l’animal dehors toute la nuit dans son enclos grillagé et le lendemain matin, en appelant le chienchien depuis la porte de derrière, Ann Flaud en chemise de nuit tire sur la laisse. Celle-ci vient à elle en traînant sur le sol dans un bruit de ferraille. Au bout pend un collier vide, à demi rongé. Ann reste plantée là, sur les marches, le collier à la main, à s’interroger.
À part cela, il n’y a pas grand-chose à découvrir. Peu de preuves. Juste une tache de sang et les deux longues oreilles brunes, semblables à des moufles.

D’autres avis :  AifelleAlex-Mots-à-motsMyrtilleSybilline

Publicités

27 réflexions au sujet de « Louise Erdrich, Ce qui a dévoré nos coeurs »

  1. Ce que tu dis fait très envie! Je l’ai acheté cet été sur les conseils d’une amie, puis j’ai calé : pas commencé au bon moment, tout en étant persuadée que c’était un livre susceptible de me plaire. Je vais le replacer au sommet de ma PAL! ta manière d’évoquer son écriture me donne particulièrement envie de m’y replonger, pour de bon cette fois.

    J'aime

    1. Bravo Tasha, tu es la première à laisser un commentaire sur ce blog pas encore vraiment opérationnel ! 😉 J’espère que tu succomberas à l’univers de Louise Erdrich !

      J'aime

      1. Je n’ai pas osé réagir sur ce point lors de mon précédent commentaire, de peur de me tromper: j’aime beaucoup ce nouveau blog!!!

        J'aime

  2. Welcome dans ton nouveau chez toi ! 🙂
    Je ne sais pas si tu as opéré ce déménagement toute seule comme une grande ou si tu as profité de certains conseils, mais si tu as des tuyaux sur une bonne âme (même moyennant (modeste) salaire) pouvant me donner un coup de main, je suis preneur 🙂

    J'aime

    1. Merci, cela fait plaisir d’avoir déjà de la visite !
      J’ai déménagé toute seule, mais comme tu peux le constater, n’ai rapatrié qu’une toute petite partie de mes articles. Pour l’instant le reste est toujours lisible sur mon ancien blog ou sur Babelio. Je ne suis pas d’un très bon conseil en informatique, mais wordpress est assez intuitif, et j’arrive à y faire le minimum syndical !
      😉

      J'aime

  3. Alors tu as sauté le pas .. je t’admire, j’en suis bien incapable et pourtant canalblog me pose problème depuis un bon moment. Ton nouveau chez toi est clair et agréable, je fais le changement tout de suite.

    J'aime

    1. Bienvenue, Aifelle ! Je faisais mes articles en double depuis quelques semaines, mais je ne vais pas déménager tout… J’ai trouvé quelques fonctionnalités sympas ici, comme la bannière qui change à chaque fois, et d’autres me manquent comme pouvoir changer la police de caractère.

      J'aime

    1. Hello Anne… je n’avais pas songé aux abonnés, j’utilise plutôt Netvibes. Je viens d’ajouter un bouton « suivre » qui a l’air de marcher.
      Tu peux le tester, si tu veux ! 😉

      J'aime

  4. Hélas tout le monde s’en va. Mais bon cela ne change pas énormément de choses. Toutefois on n’a pas le même confort de prestations ; je le vois bien avec cette nouvelle plateforme.

    J'aime

  5. Alors toi aussi tu as quitté Over blog… Je ne me sens pas le courage d’abattre tout ce travail alors pour l’instant j’attends… En tout cas ton nouveau chez toi me plait beaucoup, et j’ai changé mon lien, bonne continuation par ici Kathel :0)

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s