littérature Europe de l'Ouest

Anna Enquist, Les porteurs de glace

Poète et romancière, Anna Enquist est néerlandaise. Elle consacre aujourd’hui sa vie à l’écriture. Son œuvre est traduite dans de nombreux pays. Le Retour, Les porteurs de glace, Le secret, Le chef d’oeuvre, La blessure, Le saut sont publiés en français chez Actes Sud.

141 pages
Editeur : Actes Sud (2006)
Traduction : Micheline Goche
Titre original : De ijsfdragers

Tout d’abord, une petite mise en garde : autant vous pouvez lire sans crainte la quatrième de couverture de l’édition brochée, autant vous devez vous méfier de celle du format de poche qui raconte tout ! Un des grands atouts de l’écriture d’Anna Enquist étant la subtilité avec laquelle elle amène les révélations, tout effet est perdu par une lecture détaillée de cet argumentaire de l’éditeur…
Un couple d’une cinquantaine d’années vit dans une maison près des dunes. Elle se passionne pour le jardinage, tentant de faire émerger du sable toutes sortes de plantes, lui se remet au vélo et se jette à corps perdu dans le travail. Elle est enseignante, il est directeur de l’hôpital psychiatrique de la petite ville où ils habitent. Tout le mode semble s’y connaître, mais personne ne sait vraiment ce que vivent Nico et Lou, ni quelle ambiance sombre et pleine de ressentiment tisse leurs soirées.
L’auteur a la plume acérée lorsqu’il s’agit de décrire les petits gestes quotidiens d’une vie de couple ravagée, et ce qu’ils cachent. Tantôt du point de vue de Lou, tantôt de celui de Nico, tout se dérègle imperceptiblement, en mettant au jour tout ce que l’un et l’autre tentent de taire, et en fonçant vers une déflagration finale inévitable. C’est estomaquant, et on se surprend à avoir du mal à lâcher un livre aussi sombre, sans doute grâce à une forme d’humour noir subtil, un peu dans le style de Pascal Garnier, qui maintient à flot au-dessus de l’atmosphère neurasthénique, et grâce à une construction implacable. Et pourquoi le titre, Les porteurs de glace ? On le découvre au cours du roman, et l’image colle bien avec celle de ce couple éreinté et glacé à la fois.
Une superbe découverte que ce roman !

Extrait : Recommencer chaque jour, essayer de ne pas penser. Ignorer de toutes ses forces le choeur muet qui, dans sa tête, braillait « Au secours », qui scandait continuellement : « Si je pouvais être morte. » Restreindre efficacement les heures libres de la journée en travaillant, en répondant au courrier, en tenant le ménage, en taillant les buissons. Et tout cela en silence, séparés l’un de l’autre, seuls. Lui chassait les heures à coup de pédale sur son vélo de course, elle les enfonçait à coups de bêche dans le sol.

Noté chez Cathulu qui est fan de l’auteur ! Lu aussi par  Mimipinson et Sharon

Publicités

5 réflexions au sujet de « Anna Enquist, Les porteurs de glace »

    1. Coucou Dominique, bienvenue ici !
      Sur l’article de Louise Erdrich, il y a déjà des commentaires, aussi faut-il cliquer sur le gros nombre qui se trouve en haut et à gauche de l’article (j’espère être claire !) 🙂

      J'aime

  1. Moi aussi je découvre ton nouveau blog 😉 bravo pour avoir changé de plateforme (j’y réfléchis je vais peut etre faire pareil). Il faudrait que je tente cette auteure, en tout cas le sujet me plaît.

    J'aime

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s